Article
Global
Valide
publié
le samedi 3 octobre 2020 Ă  04:21 |

UN MOIS DE SEPTEMBRE PLEIN DE DÉFIANCE !




Blanquer-pue-toujours-autant-676x562-medium
Blanquer pue

  • DĂ©confinement, masques, protocoles
 n’en jetez plus !

On a donc vu une circulaire tomber la veille de la rentrĂ©e aprĂšs moultes rĂ©Ă©critures, signes d’un mĂ©pris constant pour nos collĂšgues prĂ©caires (AESH, AED, vacataires). Qu’en retenir ? Le coĂ»t des masques sera Ă  la charge des usager·es ! CĂŽtĂ© employeur, on assiste Ă  des pĂ©nuries assez Ă©tonnantes dans certains Ă©tablissements, tandis que parfois dans la mĂȘme commune, une autre Ă©cole ou un autre collĂšge est bien fourni. On assiste Ă©galement Ă  de grandes disparitĂ©s entre les personnels territoriaux.

Au bout de quelques jours certaines classes ferment leurs portes, puis certaines Ă©coles, puis certaines promos d’établissements supĂ©rieurs. La faute : cette jeunesse qui a choppĂ© le virus en vacances, dans des soirĂ©es Ă©tudiantes, etc etc
 surtout pas Ă  l’école ! Pourtant un consensus scientifique Ă©merge sur l’inadaptation du protocole en matiĂšre de masque dans le 1er degrĂ© ; surtout pas au lycĂ©e ni Ă  la fac ! Pourtant les classes ou les amphis sont surchargĂ©s. En cette fin de mois de septembre, ces contradictions deviennent criantes et insupportables : alors que partout les restrictions pleuvent (la mĂ©tropole rennaise et le dĂ©partement ont Ă©tĂ© classĂ©s en zone d’alerte maximale), chez nous le protocole est allĂ©gĂ©. Mais, paradoxalement, il demeure difficile Ă  gĂ©rer et Ă  respecter, entraĂźnant une fatigabilitĂ© et lassitude beaucoup plus importante que d’habitude au mĂȘme moment de l’annĂ©e : il ne faut pas hĂ©siter Ă  le signaler dans les registres SST (dĂ©sormais accessibles par toutatice, voir ci-dessous) !

Sur les masques, le gouvernement a Ă©galement un discours incomprĂ©hensible : inutiles, puis de temps en temps, maintenant en permanence
 Ces errances de communication ont favorisĂ© le dĂ©veloppement des discours complotistes anti-masques. Nous savons que le virus est lĂ , mais la dĂ©sorganisation actuelle est la faute de l’État, qui n’a pas anticipĂ©, pire, qui s’est attaquĂ© systĂ©matiquement aux services publics qui se sont retrouvĂ©s en premiĂšre ligne sans moyens ! Aujourd’hui, si nous portons le masque et appliquons les gestes barriĂšre, ce n’est pas en signe de soumission Ă  un pouvoir incompĂ©tent et contradictoire, mais c’est par solidaritĂ© avec les travailleur·euses de la santĂ© (entre autres) qui se trouveront de nouveau en premiĂšre ligne devant la 2Ăšme vague de contamination qui s’annonce !

Qu’a fait le pouvoir depuis le dĂ©confinement ? Dans les hĂŽpitaux, toujours pas remis de la 1Ăšre vague, on commence bien Ă  se le demander
 Dans l’Éducation nationale, on se le demande aussi ! Que se passera-t-il en cas de reconfinement ? Ou d’absence massive de personnels et d’élĂšves du fait de la multiplication des clusters ? Rien n’est prĂȘt. Aucun enseignement n’a Ă©tĂ© tirĂ© du printemps dernier.

  • Évaluations nationales
 la coupe est pleine !

La seule chose que le ministre a su dĂ©gaĂźner, c’est la gĂ©nĂ©ralisation des Ă©valuations nationales, soi-disant pour nous aider Ă  poser un “diagnostic” sur les difficultĂ©s des Ă©lĂšves suite au confinement, et nous offrir des pistes de remĂ©diation. Mais Ă  quoi servent des Ă©valuations, qui n’ont pas Ă©tĂ© conçues par les enseignant·es en fonction de leurs besoins rĂ©els, un mois aprĂšs la rentrĂ©e ? Le ministre croie rĂ©ellement que nous avons attendu un mois pour commencer Ă  repĂ©rer les difficultĂ©s (qui ne sont d’ailleurs pas que scolaires
) de certain·es de nos Ă©lĂšves, et travailler avec les familles pour y remĂ©dier ? De qui se moque-t-on ? Ces Ă©valuations sont inutiles, chronophages, angoissantes pour les Ă©lĂšves, culpabilisantes pour les personnels
 Elles ne servent qu’à alimenter la machine Ă  statistique du ministĂšre afin d’étayer un discours « de la confiance » dont plus personne n’est dupe aujourd’hui ! Plus inquiĂ©tant encore, certaines questions posĂ©es dans ces Ă©valuations sur le confinement font froid dans le dos : « lorsque vous envoyiez du travail Ă  votre professeur, comment vous faisait-il un retour ? » ou encore « comment vos professeurs vous donnaient-ils le travail Ă  faire ? » On voit dĂ©jĂ  poindre le retour du prof bashing !

  • Nous voulons une Ă©cole joyeuse et vivante !

La meilleure façon de se dĂ©fendre aujourd’hui, c’est l’action collective, pour exiger :

  • des protections adaptĂ©es pour toutes et tous, Ă©lĂšves comme personnels Ă  la charge de l’État
  • la prĂ©paration dĂšs maintenant de la 2nde vague, avec des moyens matĂ©riels notamment, mais aussi un accompagnement digne de ce nom (Ă©ducatif, pĂ©dagogique, mais aussi social, psychologique
)
  • la suppression du jour de carence
  • une baisse des effectifs en classe, afin de permettre une meilleure prise en charge de tous les Ă©lĂšves, quel que soit leur profil, dans ce contexte post-confinement
  • le dĂ©veloppement du co-enseignement sur la base du volontariat
  • une baisse du temps de travail sans perte de salaire, pour accompagner une crĂ©ation massive de postes
  • la fin de l’autoritarisme hiĂ©rarchique Ă  tous les Ă©chelons, du pilotage par les chiffres, et le retour d’une vraie libertĂ© pĂ©dagogique
  • des locaux mieux adaptĂ©s aux enjeux sanitaires et climatiques contemporains

Ces revendications ne sont qu’un prĂ©requis, car c’est bien d’une autre Ă©cole que nous voulons : une Ă©cole rĂ©ellement inclusive, sans prĂ©caritĂ©, joyeuse et vivante !

____________

Rappel des rĂšgles en application :

  • en cas de symptomes covid : seul un mĂ©decin peut mettre en arrĂȘt maladie, ce qui entraĂźnera un jour de carence ; les enseignant·es ne sont alors bien entendu pas tenu·es d’ĂȘtre joignables par pronote ou mail
  • cas contact : obligation d’ĂȘtre en Asa, pour soi-mĂȘme ou garde d’enfant, il n’y a donc pas de rattrapage de cours

Renseigner le Registre SantĂ© et SĂ©curitĂ© au Travail (RSST) :

> depuis toutatice > ARENA > onglet Intranet, Référentiels et Outils > Autres outils >

http://www.cnt-f.org/ul.rennes/wp-content/uploads/2020/09/comm-rentr%C3%A9e2020v4.pdf


Article publié le 03 Oct 2020 sur Nantes.indymedia.org