Mai 30, 2021
Par Sans Nom
153 visites


Tuluá (Colombie), 25 mai : Beau comme un tribunal ravagé par les flammes de la colère

En Colombie, la révolte qui s’est emparée des rues depuis le 28 avril dernier, soit maintenant plus d’un mois, ne semble pas près de s’arrêter. Le président conservateur Iván Duque, dont le mandat s’achève en 2022, a bien tenté nombre de manœuvres classiques pour apaiser les émeutiers, mais rien n’y a fait : ni la suspension de la réforme fiscale qui en avait été l’étincelle initiale (comportant par exemple une hausse de la TVA de 5 à 19 % sur les biens de base), le 2 mai ; ni la démission du ministre des Finances qui l’avait portée, le 3 mai ; ni l’ouverture de négociations avec le Comité national de Grève le 10 mai (suivie  d’un pré-accord le 24 mai en cours de validation) ; ni le rejet par le Congrès du projet de loi sur la réforme du système de santé qui se calquait sur le modèle libéral nord-américain (ce rejet était demandé par de nombreux manifestants), le 19 mai ;  ni quelques miettes lâchées à des catégories particulières, comme l’extension de la gratuité de l’université pour les plus pauvres pendant… un semestre, ce qui n’a pas calmé les étudiants ; ni bien entendu la terreur policière contre les protestataires.

Dans un contexte colombien marqué par la pauvreté et l’économie informelle, le chantage gouvernemental des confinements et du couvre-feu contre la propagation du covid-19 ne fonctionne pas non plus depuis un bail pour empêcher les manifestants de se regrouper en masse, si bien que le gouvernement a même officiellement levé nombre de restrictions le 19 mai, qui n’étaient de toutes façons pas respectées (le couvre-feu étant toutefois maintenu avec un objectif anti-émeute à Medellin et Bogota, et tout le week-end à Santa Marta et Carthagène).  Depuis un mois, ce sont ainsi blocages de rue et barrages routiers qui parsèment l’ensemble du pays, avec des manifestations et rassemblements plus tranquilles en journée (près de 10.400 en un mois), souvent suivis d’émeutes, de pillages et saccages à la nuit tombée.

Des blocages à travers tout le territoire…

Concernant les blocages, le ministère de la défense recensait par exemple au 21 mai près de 90 barrages journaliers à l’entrée des grandes villes et sur les principaux axes routiers du territoire (soit 2.577 au total depuis un mois), régulièrement attaqués ou repris par la police… avant d’être remontés les jours suivants. Face aux pénuries qui se font sentir ici ou là (nourriture, essence, médicaments), l’armée escorte à présent de long convois de camions à travers le pays comme au temps de l’ex-guerilla des Farc (dissoute en 2016), tandis que certains maires ou gouverneurs négocient avec une partie des manifestants le passage de  » convois humanitaires  » pour maintenir un approvisionnement minimal (appuyant de fait petits leaders locaux et politiciens en herbe). C’est d’ailleurs aussi l’un des enjeux du bras de fer au sommet entre le gouvernement et les représentants du Comité national de Grève (composé des principaux syndicats, CUT-CGT-CTC et ceux de camionneurs, de retraités ou de l’éducation), où les seconds privilégient ces convois négociés, tandis que l’État exige logiquement comme préalable la levée de tous les barrages.
Au milieu de tout ce bordel, le pouvoir s’empresse évidemment de dénoncer les « faux-barrages » où certains cagoulés rackettent les véhicules pour les laisser passer, les commerçants et entrepreneurs pleurent leurs pertes qui s’accumulent (le grand port maritime du pays, celui de Buenaventura, estime par exemple que 270.000 tonnes de marchandises sont actuellement bloquées), tandis que d’autres saisissent l’occasion pour faire avancer leurs propres revendications locales, avec parfois des conséquences inattendues. Un bon exemple de cela a été la mise à l’arrêt le 24 mai de la plus grande mine de charbon à ciel ouvert  d’Amérique du Sud, à Cerrejón (nord-est de la Colombie), sous le double effet du blocage par d’anciens salariés licenciés de la ligne du chemin de fer qui l’approvisionnait depuis le 5 mai, suivi de celui des camions de substitution au niveau de la municipalité voisine de Media Luna depuis le 20 mai, par des habitants réclamant plus d’emplois (et pas son arrêt qui ravage leurs vies). Il faut dire que cette zone du cinquième plus grand exportateur de charbon au monde, La Guajira, est paradoxalement considérée comme une des plus pauvres du pays, à tel point que s’y posent officiellement jusque des problèmes immédiats de survie comme la faim, avec les besoins de base de 65% de la population qui ne sont pas couverts.

Et des attaques destructives en tout genre…

Facatativá (ouest de Bogota), 28 mai : incendie du commissariat

Du côté des émeutes urbaines, qui touchent la capitale Bogotá, Cali et mais également des villes plus petites, notamment dans le Sud, on assiste ici ou là comme au Chili fin 2019 à la création formelle d’une Primera Línea (Première ligne), c’est-à-dire de jeunes manifestants matossés de bric et de broc qui tiennent avec courage et détermination le dur affrontement avec les escadrons anti-émeute (Esmad) dans les manifestations. A côté de cette forme « bloc contre bloc » issue de nécessités spontanées d’auto-défense collectives, continuent heureusement de se développer des pratiques plus décentralisées, diffuses et mobiles (y compris plus loin des concentrations policières) pour ne pas focaliser toute l’attention sur les gardiens de l’ordre, mais aussi multiplier pillages, saccages et incendies de banques, bus ou bâtiments institutionnels.

Medellín, 28 mai : quelques-unes des banques attaquées

Si on prend uniquement la journée d’hier 28 mai, où les formes d’auto-organisation et d’expérimentations émeutières sont restées multiples à travers tout le pays, des enragés ont par exemple réussi plusieurs fois à prendre les autorités de cours à Popayán (dans le sud du pays), en réussissant d’abord à incendier une partie de la mairie en plein centre-ville sous les hourras enthousiastes des manifestants, puis l’immense fourrière municipale située dans le quartier Bolívar, où se trouvaient près de 2000 motos et voitures séquestrés par les autorités, provoquant un immense brasier visible d’un peu partout.

Popayán (sud de la Colombie), 28 mai : molotovs dans la mairie (ci-dessus) puis brasier de 2000 motos et voitures séquestrées par les autorités dans la fourrière municipale (ci-dessous).

Pour prendre un autre exemple, toujours en en restant à la seule journée de vendredi, si on descend encore un peu plus au sud dans le département de Nariño, frontalier de l’Équateur, les affrontements ont également été conséquents dans la ville de Pasto. Là, après avoir résisté pendant plusieurs heures aux forces policières anti-émeutes grâce à un dépavage en règle de plusieurs rues du centre, de petits groupes mobiles ont entrepris de s’en prendre à quelques objectifs spécifiques comme des postes de police (CAI) laissés vacants, le parking de la fourrière municipale et sa grue de chantier adjacente qui ont été livrés aux flammes dans le quartier de Torobajo, mais aussi le grand bâtiment central de l’ORIP (Oficina de Registros e Instrumentos Públicos) qui fait à la fois fonction d’état civil et de cadastre public contenant les archives étatiques d’une dizaine de villes de la région. Des archives et documents officiels qui ont été impitoyablement réduits en cendres.

Pasto, 28 mai.

Cela concerne bien entendu les registres de naissances, mariages ou décès, mais également l’ensemble la centaine d’actes, titres et contrats variés qui nécessitent tous une validation officielle, notamment en matière commerciale, notariale et de propriété privée. C’est-à-dire les montagnes de papier typiques de toute bureaucratie étatique qui entend régenter la vie de ses braves sujets, et dont une grande partie n’était pas encore numérisée… A cette occasion, l’office colombien central a même tenu à préciser le lendemain 29 mai qu’au cours de ce joli mois, les ORIP d’Ibagué, Cartago et Popayán avaient également été livrés aux flammes en plus de celui de Pasto, tout comme six bureaux notariaux des villes de Medellín, Cali et Ipiales.

Pasto (sud de la Colombie), 28 mai : attaque puis incendie du bâtiment de l’ORIP, qui contenait l’ensemble des archives de l’état civil et des registres de propriété de la région de Nariño.

Quelques chiffres pour la route…

Au total, selon le dernier bilan des destructions variées fourni le 28 mai par le ministère de la Défense (en Colombie ce dernier et celui de l’Intérieur ne font qu’un), ce sont près de 1.175  » véhicules de transport public » et 422 distributeurs de tickets qui ont été touchés (incendiés ou mis hors service) en un mois –un objectif particulièrement prisé depuis le début de la révolte–, mais aussi 399 commerces et 433 succursales bancaires, sans oublier ni l’ensemble du mobilier urbain (comme les 160 mâts de vidéosurveillance abattus), ni les 28 péages autoroutiers détruits (dont le dernier en date le 28 mai à Villa Rica, incendié par des groupes d’indigènes qui sont à la pointe de la lutte contre ces infrastructures, et qui était le  dernier encore débout dans la région de Cauca) ou les 112 commissariats et postes de police endommagés entièrement ou partiellement.

A Tuluá, on fait dans le monumental…

Tuluá, 25 mai : le tribunal…

L’exemple le plus récent des attaques et ripostes ciblées qui accompagnent toutes ces pratiques, est certainement ce qui s’est passé mardi 25 mai au soir à Tuluá, une ville moyenne de 200 000 habitants située dans la Valle del Cauca à une centaine de kilomètres au nord de Cali. Là, comme presque tous les jours, des manifestants ont commencé à converger en début d’après-midi sur la place Boyacá, pour une nouvelle journée de blocages et de protestation. Vers 17h, les forces anti-émeutes de l’Esmad (Escuadrón Móvil Antidisturbios) interviennent pour rétablir l’ordre et la circulation, ce qu’ils parviennent certes à faire après plusieurs affrontements (pierres contre lacrymogènes et charges), mais tout en provoquant un éparpillement des manifestants dans les rues vers le centre-ville. Ces derniers, par petits groupes, entreprennent alors ici de démonter le mobilier urbain (comme les feux rouges qui servent à dresser de petits barricades), là de piller les boutiques, et ailleurs de saccager des banques (18 établissements commerciaux ont officiellement été « vandalisés »).

Le même tribunal le lendemain matin

En ordre dispersé, sans concentration ni centralisation, offrant plus d’espace à chacun et moins de prise à la police, des inconnus prennent ainsi une initiative parmi d’autres, en se rendant au Palais de Justice hébergé comme il se doit dans un immense bâtiment colonial (datant de 1928), avant d’arroser l’intérieur de plusieurs molotovs vers 19h30. Le feu prend à partir de la façade, et les pompiers sont bloqués par une petite foule qui les empêche de passer afin d’offrir du temps aux flammes pour qu’elles puissent dévorer l’ensemble de l’édifice. D’autres manifestants rejoignent les lieux pour profiter du spectacle, les flics arrivés en appui aux pompiers ne parviennent pas à dégager les émeutiers, et c’est bien trop tard que les lances à eau interviennent face à un incendie faisant désormais rage jusqu’au toit et de tous côtés.
Un peu plus loin, vers 21h, les derniers émeutiers ont également pillé un grand magasin de motos, dont 60 ont été expropriées, puis ont constitué un beau brasier avec une partie de ces dernières au milieu de la route (les autres se sont évanouies dans la nature…), pendant que des enragés tentaient plus loin encore d’attaquer en vain le siège de la mairie et des transports publics.

Pour tenter de contenir la situation et favoriser l’intervention de la police, les autorités municipales décrètent finalement vers 22h un couvre-feu jusqu’à 5h du matin, permettant aux uniformes d’arrêter quiconque se trouve dehors, tandis que la section locale du Comité national de grève dénonce évidemment toutes ces destructions. Mais peu importe, puisque beaucoup a déjà été fait jusqu’en début de soirée, y compris qualitativement, et que personne n’oubliera ce signal lancé à toutes les autres villes, celui d’un tribunal détruit du sol au plafond (après celui de Facatativá, entièrement saccagé le 2 mai une semaine avant son inauguration)… et qui fera, ça va de soi, la une de tous les journaux du lendemain avec cette déclaration du maire de Tuluá, John Jairo Gómez :  » Malheureusement, un groupe de personnes, sans amour et sans respect pour la ville et pour les autres, l’ont vandalisée… ils ont détruit un bâtiment si important, beau, emblématique et historique comme le Palais de Justice, une perte a présent irréparable ».

Malheureusement, on apprendra aussi le lendemain 26 mai qu’un jeune étudiant de la ville, Camilo Andrés Arango, a été assassiné par les flics vers 21h non loin de la zone d’affrontements (et deux autres blessés par balles), puis que neuf manifestants ont été arrêtés, dont trois spécifiquement accusés de l’incendie du Tribunal et du pillage du magasin de motos, inculpés de  » terrorisme, vol aggravé et émeutes  » par le parquet puis incarcérés dans la nuit. Le ministre de la Défense a également annoncé une prime de près de 100 millions de pesos (un peu plus de 20 000 euros), soit une somme gigantesque, pour toute balance livrant des informations détaillées sur l’attaque incendiaire contre l’instance judiciaire de Tuluá, plus l’envoi de troupes spéciales anti-blocage (Grupo Especial Antibloqueos), chargées de mettre fin à tout barrage dans la ville.

Répression sanglante, et la riposte de Popayán…

Au niveau national, pour donner une idée de la répression, disons simplement que selon les chiffres officiels des différentes ONG qui recensent ces exactions, en un mois ce sont une soixantaine de manifestants qui ont été assassinés par les flics,  47 d’entre eux qui ont perdu un œil, plus de 2900 qui ont été blessés (parfois par balles ou grenades), 1200 qui sont incarcérés (dont 300 suite aux blocages de rues), et plus de 300 qui sont toujours signalés comme desaparecidxs (c’est-à-dire ont disparu après avoir été arrêtés par la police ou après avoir été enlevés dans la rue par des milices para-étatiques, comme celle d’extrême-droite de triste mémoire nommée Aigles Noirs). A tout cela, il faut encore malheureusement rajouter un niveau de terrorisme d’État supplémentaire, qui est la torture de manifestants exercée par les uniformes, ainsi que les viols et abus sexuels pratiqués dans les commissariats de quartier dépendant de la police (CAI, Comando de Atención Inmediata) et les lieux de rétention dépendant du parquet (URI, Unidad de Reacción Inmediata).

Popayán, 14 mai, tags sur un des bâtiments de l’URI :  « Violeurs », « Ni pardon ni oubli », « Il faut avorter ce système patriarcal », « La police viole et assassine »…

Si cette terrible répression n’a pour l’instant pas réussi à entamer la détermination de manifestations qui refusent le retour à la normale en ne lâchant pas la rue depuis un mois, certaines nouvelles particulièrement odieuses à force d’accumulation ont également déclenché des offensives inédites jusqu’alors. Le 12 mai dernier en début de soirée à Popayán, une jeune fille est ainsi filmée en train d’être embarquée puis traînée à bout de bras par quatre flics. Ce qui n’est alors qu’une triste histoire parmi d’autres, prend rapidement une autre tournure lorsque les habitants de la ville apprennent non seulement qu’elle s’est suicidée à son retour chez elle après sa rétention pendant quelques heures dans les locaux de l’Unidad de Reacción Inmediata (URI), mais qu’elle a également laissé un dernier message en ligne précisant avoir été violée par les flics.  Elle s’appelait Alison, elle avait 17 ans, et n’était qu’une de plus dans ce cas depuis le début de la révolte.

Popayán, 14 mai au soir : les flammes de la vengeance commencent à ravager l’URI et l’ensemble du complexe judiciaire dépendant du parquet.

Le 14 mai, des rassemblements se forment spontanément dès l’après-midi devant différentes institutions policières dans plusieurs quartiers de Popayán,  mais la foule la plus enragée se regroupe petit à petit devant l’immense complexe du parquet où se trouve l’URI.  Après un premier assaut repoussé par les forces anti-émeutes lors duquel sa façade  est couverte de graffitis vengeurs et où des molotovs volent contre le bâtiment, un second assaut est lancé en début de soirée (lors duquel un énième manifestant touché au cou par une grenade trouve la mort) qui réussit finalement à s’emparer de l’URI puis de l’ensemble du siège honni de l’institution judiciaire. Inutile de préciser qu’il a ensuite été saccagé, pillé puis entièrement livré aux flammes sans rien épargner, et pas même l’institut de médecine légale attenant.

Le 15 mai, Francisco Barbosa, procureur général de Colombie accouru sur place depuis la capitale, ne peut que constater de visu les dizaines de milliers d’euros de dégâts incluant par exemple l’incinération d’une dizaine de véhicules du parquet, celle des laboratoires de la police scientifique avec les milliers de « preuves » conservées dans leurs bâtiments, mais également le pillage de toutes les saisies en matière de drogue, et sans oublier celui… de son armurerie bien fournie : c’est ainsi du bout des lèvres que le haut fonctionnaire a révélé avec réticence qu’une cinquantaine d’armes à feu étaient passées dans le camp des émeutiers au cours de cette nuit vengeresse de , dont une quinzaine de fusils.

Le pouvoir envoie l’armée en renfort…

Enfin, pour illustrer une situation où le pouvoir accentue de jour en jour une pression des plus sanglantes, on peut notamment se tourner vers la troisième ville du pays, Cali, qui est l’un des principaux foyers de la révolte depuis le début : hier 28 mai lors d’une nouvelle grande journée nationale de manifestations, 13 personnes y ont été tuées, dont plusieurs par des sbires en civil. L’une d’entre elles, un jeune de 22 ans participant à la primera línea sur le barrage de Campestre, a été abattu dès le matin. Puis ce fut au tour de deux autres manifestants, abattus sur un blocage dans le quartier central de La Luna, sauf que dans ce cas leurs camarades ont réussi à rattraper l’assaillant, puis à l’identifier avant de lui régler définitivement son compte sur place : il s’agissait d’un flic en civil appartenant au corps armé des enquêteurs judiciaires du parquet (Cuerpo Técnico de Investigaciones, CTI), ce que le pouvoir a dû finir par reconnaître. En soirée, enfin, c’est cette fois un manifestant originaire de la communauté de langue quechua Inga, un étudiant âgé de 22 ans, qui a été abattu dans le quartier de Meléndez. Les autres n’ont pas encore été identifiés publiquement.

Samedi 29 mai, le président Duque a réagi à la journée de révolte de la veille et particulièrement aux événements de Cali, en condamnant selon son style habituel  » les actes de vandalisme et de terrorisme urbain de basse intensité  » des manifestants, puis a déclaré utiliser la Loi d’assistance militaire pour décréter immédiatement l’envoi d’un millier de soldats dans les rues de Cali ; la création de patrouilles mixtes police/armée dans d’autres villes comme Popayán ; ainsi que le déploiement global de 7000 militaires dans dix départements touchés par des blocages pour y mettre fin. Il s’agit en réalité d’une alternative à la déclaration de l’état d’urgence (estado de conmoción interior) réclamée par les leaders de son parti, qui l’autoriserait à gouverner par simples décrets présidentiels pendant 90 jours, et dont il peut se passer pour l’instant puisque la Ley de asistencia militar lui permet plus simplement de déployer l’armée partout où la police se trouve en difficulté.
Une mesure qui n’était utilisée jusqu’à présent que dans la capitale Bogotá depuis le 5 mai, à la demande de la maire Claudia López… pour défendre l’ensemble des bâtiments de la police et du parquet où des manifestants sont quotidiennement enfermés en attendant d’être transférés en prison.

[Synthèse de la presse colombienne, 29 mai 2021]




Source: Sansnom.noblogs.org