Mai 4, 2016
Par Zone À DĂ©fendre
55 visites


Zad de Las Rebes, à l’intention des autres Zadistes

Y’a pas à tortiller, la ZAD en occupation est un moyen de lutte qui a fait ses preuves. Et c’est avec cette pensée logée quelque part entre conscient et inconscient qu’un groupe de personnes émanant de la fameuse Nuit Debout a répondu à l’appel de détresse d’une modeste association de quartier : les Enfants de la Colline. Modeste, mais non pas moins déterminée à mener leur combat pour ce bout de nature, ce poumon vert de quartier qu’est la friche de Las Rebes. Buttes de perma-culture, pique-niques et autres occupations illégales leur ont permis de protéger ce terrain. Mais la loi… vous savez. Malgré une stratégie juridique complète et menée par des citoyens aguerris au domaine, ACM (principal bailleur social de Montpellier, dont le président n’est autre que Philippe Saurel, maire de Montpellier) débarque en terrain conquis avec tronçonneuses et palissades, clôt la zone et commence le massacre sylvain. Maintenant, c’est du passé, et la donne a changée, un zad noyau s’est formé et occupe le terrain de jour comme de nuit, et jusqu’à 200 personnes/riverains (dont énormément d’enfants) viennent profiter de l’espace vert que nous aménageons selon leur bon vouloir, emmené et acté en AG. Car nous, Zadistes, devons bien gardé à l’esprit que nos intentions personnelles ne pèsent pas dans la balances. Nous sommes au milieu d’un équilibre urbain extrêmement sensible. C’est le quartier ici, on fait attention à ce qu’on dit, on fait attention à ce qu’on pense. Le respect nous conditionne, et vous m’en voyez ravis. Cependant, le mouvement dévoile une certaine fragilité… Les personnes présentes pour occuper le lieu ne suffisent pas. Pour s’organiser, gérer les déchets, le cadre illégal, et surtout pour accueillir les familles et garder un œil sur les enfants. Alors à tous les Zadistes confirmés, à tous ceux qui ont une expérience de lutte à partager, en logistique, sécurité, Assemblée Générale, perma-culture, ou respect de l’environnement et surtout médiation en quartier sensible, venez nous aider à préserver ce lieu.”




Source: