Françoise Vergès militante féministe anti colonial, elle a écrit récemment le Ventre des femmes, capitalisme, racialisation et féminisme. Partant du cas emblématique de La Réunion où, en juin 1970, des milliers d’avortements et de stérilisations sans consentement pratiqués par des médecins blancs sont rendus publics, elle retrace la politique de gestion du ventre des femmes, stigmatisées en raison de la couleur de leur peau.

Elle était à Terra nova le jeudi 21 février 2019 pour parler de son dernier livre, « un féminisme décolonial » Un livre qui invite « à renouer avec la puissance utopique du féminisme, c’est-à-dire avec un imaginaire à même de porter une transformation radicale de la société.

« Je n’ai pas découvert le féminisme en arrivant en France, ni en allant à l’université, ça faisait partie de ma vie. »

Comment est-on passé de libération des femmes à « droit des femmes » dans une perspective libérale, individualiste, des droits laissant de côté la transformation de la société contre le patriarcat et le capitalisme, comment la dimension radicale auquel il a manqué une dimension raciale, colonial a glissé vers une forme réactionnaire ? Comment la notion de genre s’est imposé au point de devenir hégémonique. Qu’est-ce que ça cache, qu’est-ce que ça invisibilise ? Voir l’émergence de mouvement féministes extrêmement fort dans le sud global, comment cela ramène au cœur de la question féministe le féminisme décolonial ?

Autant de question et plein d’autres auxquelles Françoise Vergès amène de façon claire et brillante des éléments de réponses et de réflexions.

Bonne écoute.

Les questions de la salle ne sont pas enregistré pour des questions techniques, mais les réponses de F. Vergès sont suffisamment précises et attentives à la question pour laisser entendre ce qui était demandé.

Par Information Anti Autoritaire Toulouse et Alentours (IAATA),

Source: http://iaata.info/Un-feminisme-decolonial-Francoise-Verges-a-Terra-Nova-3169.html