En 2015, Christian Nicol, inspecteur gĂ©nĂ©ral de l’administration du dĂ©veloppement durable et ancien directeur de l’Anah, estimait Ă  40.000 le nombre de logements privĂ©s indignes Ă  Marseille, soit 13 % du parc de rĂ©sidences principales. La plupart d’entre eux se situent dans dix grandes copropriĂ©tĂ©s dont Maison Blanche.

MalgrĂ© ce rapport Nicol de 2015, ce n`est qu`en octobre 2018 que les responsables du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) dĂ©cident d`inclure la copropriĂ©tĂ© Maison Blanche (14e Marseille) dans un plan de sauvegarde appelĂ© « Initiative CopropriĂ©tĂ©s Â».

En attendant la Maison brûle et ce n`est pas faute d`avoir prévenu.

[embedded content]

Difficile de faire taire le paysage et ses habitants, tant les flammes ont noircies les murs et laisser une forte odeurs d`Ă©manations toxiques.

Si les mouvements citoyens oeuvrent quotidiennement quand est-il

du mouvement des institutions ?

Une des membres du collectif 5 Novembre affirme :

Depuis vendredi (23 Aout) C`est mon mari qui est venu amener les décombres à la déchetterie, nous sommes mercredi (28 Aout) et le service de la ville mandaté pour le faire n`est pas encore venu.

La Mairie centrale, affirme elle faire le nécessaire pour reloger les personnes victimes de l`incendie, quand à ceux subissant les dommages collatéraux entre le rez de chaussée et le 4eme, et ceux des derniers étages, ils doivent réintégrer leur logement.

Sur place un mĂ©lange de consternation, et de rĂ©silience : les ONG et les associations pressent le pas pour venir prĂȘter main forte aux habitants de Maison Blanche. Ces derniers portĂ©s par leur propre collectif s`organisent jours et nuits pour prendre en charge les familles dĂ©logĂ©es et celles relogĂ©es, jeunes et moins jeunes s`occupent de la restauration, des donations en tout genre Ă  remettre aux familles, et des divers procĂ©dures administratives. [1]

La mise en place des travaux dans le cadre du plan d`« Initiative CopropriĂ©tĂ©s Â» semble une non plus une aubaine mais une promesse non tenu,

Julien Denormandie paraissait pourtant plein de fermetĂ© et d`indignation, en Octobre 2018, clamant haut et fort “un grand plan de bataille contre les copropriĂ©tĂ©s dĂ©gradĂ©es“, une prioritĂ© pour le gouvernement …

Il semble que Maison Blanche n`a plus le temps de faire comprendre son sens du mot prioritaire.

En attendant l`ouverture du plan à chacun d`apprécier les choix de Réaménagements prioritaires urbains sur la voie publique marseillaise pour le meilleur mais encore plus pour le pire.


Article publié le 26 Sep 2019 sur Mars-infos.org