Février 22, 2018
Par Alternative Libertaire (AL)
177 visites

« Kendal avait bien conscience du danger, comme nous toutes et tous, mais cela n’a pas atténué sa détermination. En nous quittant il m’a demandé : « Souhaite moi bonne chance ! », non pas pour les combats contre l’armée turque et les islamistes, mais pour réussir à passer sous les radars du régime syrien qui nous empêchait de nous rendre à Afrîn. »


Un communiste libertaire dans l’IFB

/
,




Source: