L’administration a effectué un dépistage jeudi 13 août dans l’ensemble du CRA. Une quinzaine de personnes ont refusé les tests et ont été rassemblées dans les secteurs D et A.

Les prisonnier·e·s sont à bout et attendent les résultats de ce premier dépistage et ne comprennent toujours pas pourquoi ils et elles ne sont pas libéré·e·s. C’est la même situation qu’au début du confinement pendant lequel l’État n’a jamais voulu fermer les CRA face au risque de les transformer en clusters du Covid-19, au péril de la vie des personnes, ce qui est précisément en train de se produire en ce moment au CRA du Mesnil Amelot où l’Agence régionale de santé (ARS) s’est décidée à déclencher une enquête sanitaire.

Les audiences qui ont lieu aujourd’hui se sont déroulées sans la présence des personnes concernées ! Le placard qui sert de salle d’audience en visio à l’intérieur du CRA n’est plus accessible.

Depuis que ce cas de Covid-19 a été détecté, les personnes enfermées sont encore plus isolées, La Cimade a exercé son droit de retrait en maintenant les contacts par téléphone, les visites ne sont plus autorisées, les proches venant parfois de loin ne peuvent plus fournir cigarettes, nourriture et vêtements.

Témoignages de personnes enfermées dans différents secteurs

K : « Une femme a été amenée ici, elle a été contrôlée dans un train, elle est restée 2 ou 3 jours ici, elle est étudiante, elle devait aller à Paris. Elle a eu de la fièvre ici, ils ont fait le test, ils ont trouvé qu’elle avait le Covid. Ils l’ont relâché, on n’a plus de nouvelles d’elle.

Le virus va circuler ici, on a été en contact avec les femmes, on a parlé avec elles… Elles sont 6 au secteur B, elles ne peuvent plus sortir même pour manger.

Ils nous ont demandé à nous tous de faire le test. Ici au secteur E on a accepté et il y en a 15 ou 20 qui ont refusé, ils les ont mis au secteur A et au secteur D.

Pour le sanitaire il n’y a rien qui est respecté, ils disent de mettre le masque et le gel mais les gens qu’ils ramènent ici, ils viennent directement sans test…

Ce matin, ils ont libéré quelqu’un vers 9h30 avant le résultat du test…Il est resté 6 jours, il a une demande d’asile en Italie.

J’ai demandé ce matin à l’infirmerie quand on aura les résultats, c’est peut-être cet après-midi et dans une semaine ils vont encore faire des tests mais je ne comprends pas, il y a des nouveaux qui rentrent ils ont pas fait le test et ils les ramènent ici, hier ils ont ramené 2 nouveaux.

Ils ramènent aussi des gens des autres quartiers sans savoir s’ils ont le Covid ou pas. S’il y a le Covid au secteur A et ils en ramènent ici au E, ils vont nous contaminer, ils font des mélanges, je comprends pas…

A quoi ça sert les masques, on mange ensemble à côté, on est obligé d’enlever les masques pour manger, on regarde la télé ensemble on est posés l’un à côté de l’autre il n’y a qu’une seule salle on est tous ensemble, on joue aux cartes ensemble… Comme les cigarettes ne sont pas rentrées, on fume ensemble, on passe la moitié de la cigarette…ça sert à rien le masque et le gel.

Ils nous ont donné un seul masque, ils te disent tu le perds pas, on a toujours le même.

Une personne devait passer au tribunal hier, ils ont repoussé son jugement à cause de tout ça, il était même pas présent

Il n’y a plus de visites, des gens sont venus de loin, il y a ici des gens de Montpellier, de Lyon, de Nice, ils n’ont pas eu le droit de rentrer ni de donner des cigarettes ou des vêtements, tout est bloqué jusqu’à nouvel ordre.

Les gens de la Cimade sont partis on ne peut pas les voir pour parler avec eux des jugements, ils sont fermés par rapport au Covid-19. »

R : « On n’a pas fait les tests, on a refusé, on veut sortir d’ici ! On s’en fout des tests, y’en a marre les frontières sont fermées ! Pourquoi on nous libère pas, pourquoi ?

Nous on veut sortir d’ici, c’est tout, c’est possible ou pas ? Des collègues sont là depuis 52 jours, 60 jours, pourquoi ils nous libère pas ? Y’en a marre !

Et depuis hier soir, ils veulent plus qu’on aille à la promenade ici au secteur D… »

L : « On est 6 femmes dans ce secteur. J’ai eu mon audience aujourd’hui, je n’étais pas présente, je n’ai pas vu le juge, l’avocate est partie seule au tribunal, on ne plus pas aller dans la salle d’audience avec la visio.

ça fait 60 jours que je suis ici au centre et il n’y a pas de vol pour le Maroc, j’attends la décision du juge.

La préfecture a refusé mes papiers, les gendarmes m’ont ramené ici. J’ai pas l’habitude d’être enfermée, je n’ai jamais volé ou fait de connerie, le problème c’est le droit qui est très difficile.

Vous avez entendu des informations sur le Corona ici ? Ils nous ont dit que la dame qui est partie d’ici est négative, ça veut dire quoi  ? Je n’ai pas compris…

Ils ont fait le test ici pour tout le monde, on n’a pas encore le résultat on attend. On a des masques et du désinfectant.

Dans notre secteur on ne peut plus aller dans la salle des distributeurs pour prendre un café et discuter avec les hommes, on est enfermées dans notre secteur, les chambres, le couloir et la cour…

Il n’y a pas d’avion, les gens sont enfermés pour rien, parfois ils ont des cartes de séjour et ils sont ici pour rien, parce qu’ils sont sortis de prison.

Si vous parlez de nous par solidarité, s’il vous plait dites qu’on est enfermés ici pour rien du tout, il faut nous faire sortir. »

Pour manifester notre solidarité avec les prisonnier·e·s, on peut les appeler sur les cabines téléphoniques du centre, plus d’infos ici


Article publié le 15 Août 2020 sur Iaata.info