Mai 19, 2022
Par Demain Le Grand Soir
159 visites

Nombreux sont les camarades à m’interroger voire me reprocher mon soutien à la France insoumise. quand ce ne sont pas carrément des insultes.

Ils y voient une contradiction indépassable voire une trahison.

Je vais donc essayer d’être clair. comme ça, je n’aurai plus qu’à copié/collé ce message le prochain coup. Tout d’abord, il y a le constat.

Nous vivons une époque charnière. l’humanité va affronter des défis immenses en matière d’énergie, d’agriculture, de gestion des population etc.. le tout sur fond de changement climatique qui va fragiliser le tout.

A la différence du début du siècle dernier, nous ne pouvons plus ignorer que la planète et ses ressources ne sont pas infinies. nous avons même atteint un point de bascule. Ce qui nous attend ne va pas favoriser les solidarités, nous le savons bien. la lutte pour les ressources va aller en s’intensifiant.

Coté social, c’est pas la joie, y compris dans nos démocraties bourgeoises. la paupérisation a gagné des cités entières. Le totalitarisme religieux se porte bien et les identitaires ont la cote dans certaines communautés.

Et qu’avons nous pour faire face ? peu de choses. Les orgas se réclamant du courant libertaire ne représentent rien. tout au plus quelques centaines d’adhérents. c’est pareil pour toutes les autres se revendiquant révolutionnaires. Ce n’est pas tant que le capitalisme jouit d’une aura inégalée. nombreux sont ceux qui le considèrent comme une impasse voire un danger. mais faute d’alternative crédible, on fait avec.

Et c’est vrai que malheureusement, coincées dans des schémas souvent dépassés, les orgas révolutionnaires se complaisent dans un militantisme de témoignage, essayant de rejouer Barcelone 36 ou la prise du palais d’hiver, singeant les congrès du siècle dernier,reprenant les slogans des mineurs ou des journaliers agricoles.

Perso, j’ai passé 15 ans de ma vie à militer quotidiennement. (et quand je dis quotidiennement, c’est pas du flan). j’ai vu les conflits abscons, les luttes intestines, les conflits de personnes, les motions que l’on présente pour mettre en difficulté d’autres camarades voire les exclure. je ne regrette pas. surtout qu’il y avait aussi ces luttes des “sans” (logis/papiers/travail) ou l’on a pu parfois apporter du mieux dans le quotidien d’individus écrasés.

Mais aujourd’hui, il y a pour moi une urgence à ne plus reculer devant un libéralisme qui écrase tout. Que ce soit pour la règle verte inscrite dans la constitution, les nouveaux droits pour les salariés comme le droit de préemption sur leur boite, les augmentations du Smic, des minimas sociaux, l’abrogation de la loi el connerie etc…. quantité de mesures du programme de la France Insoumise me conviennent.

Elles sont nécessaires pour repartir sur une dynamique de lutte. tout ce qui tombe dans la besace du mouvement social le renforce. Y compris quand ce n’est pas que le fruit de lutte. nous le savons bien. nous nous battrons pour les 35 h ou la 5eme semaine de congés en cas de victoire d’un macron ou d’un Fillon.

Bien sur, j’aurai préféré qu’une partie importante des travailleurs se lève et impose ses revendications, sans leader ni représentant d’un parti/mouvement. sauf qu’il n’y a pas. Je fais donc avec ce que j’ai. alors la république, la patrie ?

A un moment donné, nous devons trouver un dénominateur commun pour relier et fédérer les travailleurs. si le projet d’une république ouverte et inclusive, plus démocratique etc.. peut servir à ça, pourquoi pas. je préférerais que ce soit le drapeau rouge et noir qui fédère un max de travailleurs. mais c’est pas le cas.

Le vote ? perso, j’ai toujours voté dans les orgas ou j’ai milité. pour des motions, pour élire un mandaté etc… j’ai donc pas de problème avec le vote en tant que tel. Ce qui pose problème, c’est le vote pour un mandaté que l’on ne peut pas contrôler. Mélenchon propose de saborder son poste de président avec la nouvelle constitution et de démissionner ensuite. avec la possibilité du referendum révocatoire. Mélenchon n’est pas pour en finir avec l’état. perso, je préférerais un projet menant a une fédération de régions, elles mêmes fédérations de communes et en finir avec l’état. c’est pas dans l’air du temps. seuls les libéraux poussent au démembrement de l’état et sa dissolution. Oui, Mélenchon ne va pas proclamer le communisme libertaire depuis le perron de l’Élysée s’il est élu, c’est clair.

Mais rien que pour les mesures que j’ai évoqué, ce serait une belle journée pour le mouvement ouvrier. surtout en cette période de reculs et la faible mobilisation des salariés. nous étions combien dans la rue contre la loi El connerie ? . Alors non, je ne vais pas aller participer aux grillades abstentionnistes de tel ou tel groupe. je ne vais pas aller non plus leur reprocher ces initiatives.

Je fais d’autres choix qui sont guidés par l’urgence.

Tout comme localement, je préfère me joindre à des réformistes qui vont faire sauter un contrat de gestion de l’eau au privé pour remettre en place une régie municipale plutôt que rejoindre un groupe de nanars se tripotant la nouille sur les écrits de Bakounine.

J’ai plus le temps ni l’envie. coté anar, on a souvent pris des postures de puristes, regardant passer le mouvement social en distribuant les bons points, jaugeant la teneur révolutionnaire de tel ou tel cortège. en bons puristes, nous sommes souvent partisans du tout ou rien. avec le rien à la clef depuis des décennies. Souvent nous avons craché dans la soupe, vomissant autant la démocratie bourgeoise que les dictatures. tout en feignant de ne pas voir que tout notre militantisme était adossé à la démocratie. On se croyait même révolutionnaire quand, parfois de concert avec des patrons, nous exigions la régularisation de travailleurs sans papiers. régularisations que le préfet nous faisait tomber depuis sa fenêtre, pas impressionné . par les 30 clampins qui étaient venus manifester leur solidarité.

Je vais arrêter là……

Oui, je soutiens le programme de la France insoumise et je souhaite vraiment que Mélenchon soit élu. pas que cela sonnera le glas du capitalisme et de l’exploitation. mais ce serait un sacré coup de frein à l’entreprise de casse sociale à l’œuvre.

Et je suis très conscient que le gros du boulot commencera après son élection. en cas de victoire de Macron/Fillon/Le Pen, nous subirons encore.

JJ Jouve




Source: Demainlegrandsoir.org