Les Brigandes et leurs copains fachos le 8 mai à Paris.

Les Brigandes, vous vous rappelez ? Mais si, un girl’s band ultra-réac, antisémite et islamophobe, aux chorégraphies débiles et aux costumes improbables. Après avoir joué pour Synthèse nationale en octobre 2015, elles annoncent un mini-concert le 8 mai prochain à Paris juste avant le traditionnel défilé de l’extrême droite radicale en l’honneur de Jeanne d’Arc : on en profite pour vous dire qui se cache derrière le masque, et surtout pour démonter leur stratégie d’implantation locale, derrière le groupe Ultra Sixties, dont la plupart des musiciens avaient déjà joué lors de la seule performance live des Brigandes à ce jour.

Lors de la seule performance live des Brigandes à ce jour, le 11 octobre 2015 à la 9ème journée de Synthèse nationale (au cours de laquelle on a pu entendre entre autres le skinhead Serge Ayoub, l’antisémite Jérôme Bourbon ou l’islamophobe Pierre Cassen) on retrouve les musiciens d’Ultra Sixties et des Brigandes, comme on peut le voir sur la vidéo : les fondateurs d’Ultra Sixties Jean-Marc Anneron (à la batterie) et Xavier Berardi (à la basse), Florian Miglione (à la guitare), Maxime Billaud (à la guitare soliste) et Marianne Mourgeon (au chant), accompagnée de Sarah, la compagne de Miglione, et Gwen, la compagne de Berardi.

La Salvetat sur Agoût

La Salvetat sur Agoût est un petit village de l’Hérault, principalement connu pour son eau minérale. Selon son office du tourisme, c’est aussi « un village accueillant » : et c’est sûrement vrai, mais au point d’accueillir n’importe qui ! En effet, les Brigandes s’y sont installées en juillet 2015, dissimulées non plus derrière un masque, mais derrière un groupe de rock suranné, les Ultra Sixties. Proposée par des antifascistes locaux, voici, une « fiche jardinage » expliquant comment elles s’y sont prises…

Étape 1 : Porte-greffe

Commencez par constituer, sous le nom d’Ultra Sixties, un groupe d’espèce rustique de quelques musiciens et une chanteuse qui se consacreront à la copie servile de tubes des années soixante.

Qui sont les Ultra Sixties ? Cliquez pour en savoir plus
De gauche à droite :

De gauche à droite : Xavier Berardi, Jean-Marc Anneron, Alexis Olivier, Étienne Giraud, Maxime Billaud et Marianne Mourgeon.

Le groupe est fondé en 2010 par Xavier « Angelo » Berardi (à la basse et autres instruments) et Jean-Marc Anneron (à la batterie), ce dernier ayant un peu d’expérience, puisqu’il a joué dans plusieurs formations avant, dont le groupe d’un certain Monsieur Lulu, un rigolo qui aime bien montrer ses fesses. Ils sont par la suite rejoints par Alexis Olivier (au chant), Étienne Giraud (à la guitare rythmique), mais surtout par Marianne Mourgeon (au chant et à la flûte traversière) et Maxime Billaud (à la guitare soliste).

Marianne_Maxime

Marianne Mourgeon et Maxime Billaud : en haut dans Ultra Sixties, en bas sur Radio Brigandes.

Or Marianne Mourgeon est la principale chanteuse des Brigandes, et Billaud toujours présent à ses côtés pour en assurer la promotion. Le représentant du fantômatique « Comité de Salut public », un certain « Antoine », qui a le premier publié sur Internet les vidéos des Brigandes, est lui aussi dans la bande, ainsi que Bruce Bujosa, qu’on peut voir déguisé en rat jésuite sur les vidéos du groupe, et qui s’occupe de la régie avec Florian Miglione, dont la femme Sarah, dite « Roxane », fait partie elle aussi des Brigandes. Il n’est en effet pas rare de voir quelques-unes des compagnes des gars de la bande déguisées dans les clips ringards du girl’s band. Jean-Marc Anneron est chargé de la com’ des Brigandes, et a fait une apparition éclair dans le clip « Les Soixante-huitards ».

Côté face, les Ultra Sixties (en haut) ; côté pile, les Brigandes.

Côté face, les Ultra Sixties (en haut) ; côté pile, les Brigandes.

Il sera le porte-greffe de votre entreprise idéologique. Montez un petit répertoire. On recommande « Tous les garçons et les filles de mon âge » et « Ce soir je serai la plus belle ». Laissez passer un peu de temps que vous pourrez occuper utilement à bâtir site internet et supports publicitaires. Dans le même temps, démarchez thés dansants et maisons de retraite locales, de manière à doter votre porte-greffe d’un dossier de presse, le plus épais possible. L’édition d’un CD est facultative, mais bénéfique.

Marianne Mourgeon « ne reconnait plus personne en Harley Davidson », mais nous on l’a reconnue !

Dans le même temps, entamez la culture de votre greffon, Les Brigandes : un groupe musical ouvertement d’extrême droite, exclusivement féminin. Il est important, pour assurer par la suite une bonne reprise à votre greffon, que l’élément féminin du porte-greffe soit commun à celui-ci et au greffon. La qualité musicale est secondaire, voire superflue, mais l’idéologie à défendre doit être ici la plus affirmée possible.

Le discours réactionnaire, islamophobe et antisémite des Brigandes
On avait largement présenté dans notre article précédent le discours des Brigandes et ses outrances, mais peut-être peut-on faire une petite piqûre de rappel. À l’origine, c’est le discours contre-révolutionnaire de type vendéen qui domine (c’est de là qu’elles tirent leur nom). Les charges régulières contre les francs-maçons, la Révolution, mai 68, la liberté des mœurs, en découlent. S’y ajoute une islamophobie et un antisémitisme parfois codés (faire rimer « fumer du shit » et « loi noachite », il fallait quand même y penser !) qui reprend les concepts de l’air du temps, comme le « grand remplacement » et d’autres théories du complot. Dans leurs clips, elles s’en prennent ainsi aux jésuites, pour expliquer sur « Radio Brigandes »[] que la Compagnie de Jésus a pour caractéristique d’avoir été la seule à accueillir en son sein les Juifs convertis, sapant ainsi les fondements de la chrétienté. Dans leur lutte contre Satan, les Brigandes essayent de n’oublier personne : les Américains, les pédophiles, les antifas, les Arabes, les jésuites, les homos, les Juifs, les drogués et les politiciens, tout ça c’est pareil ! La solution ? envoyer tous ces ennemis… « sur la Lune » ! On l’aura compris, pas la peine de chercher le début du commencement d’un raisonnement : chez les Brigandes, on se contente d’enfiler les perles d’extrême droite avec des rimes de mirliton, et on les dit avec le sourire jusque-là. Comme disait l’autre, les cons, ça ose tout : on rajoutera les connes aussi, c’est même à ça qu’on les reconnait !

On recommande tout de même de crypter un peu les allusions antisémites : évitez le procès. Sur les Arabes et sur les homosexuels, vous pouvez par contre avancer à visage découvert et y aller franchement, vous lâcher jusqu’à la menace de mort. Sur le péril que fait courir l’Islam invasif à notre bonne civilisation, de même. À condition de conserver la prudence de mise en cette matière, vous pourrez même attacher à ce péril quelques thèmes mettant en lumière les profits que les Juifs ne manqueront pas de retirer de la défaite de la chrétienté.

La théorie sur la grande conspiration des francs-maçons, l’antiaméricanisme primaire, la dénonciation de toute la classe politique réussissent souvent très bien, et il est même susceptible de vous gagner audience auprès de quelques éléments des groupuscules d’extrême gauche. Ne négligez pas pour autant quelques thèmes positifs, convenablement nostalgiques, autour de la douce terre de France et de ses héros et héroïnes.

Vous réaliserez artisanalement quelques vidéos. La croissance du greffon se doit dans un premier temps d’être menée dans l’obscurité complète, et, surtout, en se gardant de tout contact entre le greffon et le porte-greffe, ce qui serait fatal à la vitalité de celui-ci. Vous éviterez donc à cette étape toute diffusion. Attendez un développement convenable du greffon pour déposer quelques vidéos sur YouTube.

A partir de là, vous pouvez entamer une promotion modérée, limitée aux milieux d’extrême droite, presse et radios, puis tenter un premier lancer d’essai, toujours en milieu protégé, par exemple aux Journées nationalistes et identitaires.

Étape 2. Implantation : plantation du porte-greffe

Est venu alors le moment de choisir pour votre entreprise idéologique à venir un site approprié pour transplanter votre porte-greffe. Il n’est pas nécessaire que l’extrême droite s’y soit d’emblée bien développée, bien qu’un pourcentage raisonnable et surtout en progression soit un bon indice. Un FN en tête à 36,57% aux régionales de 2015 lorsqu’il était à 14,5% en 2010, dans un bourg d’un petit millier d’habitants, c’est parfait. Une municipalité de droite n’est pas indispensable, même si elle est préférable. La bourgade choisie avec soin, votre producteur y achètera pour commencer une grande bâtisse, qui servira de studio d’enregistrement et de répétition. Cette dépense vous dotera dans le pays d’une bonne respectabilité.

Le Gazel, le repaire des Brigandes à La Salvetat sur Agoût
Le Gazel, repaire des Brigandes, bien caché au fond des bois…

Le Gazel, repaire des Brigandes, bien caché au fond des bois… [Source : Google Maps]

La plupart des membres d’Ultra Sixties et des Brigandes ont d’abord vécu à Arren-Marsous, dans les Hautes-Pyrénées, dans une ancienne colonie de vacances de 27 pièces. Puis, l’été dernier, tout ce petit monde a choisi d’emmenager à La Salvetat sur Agout, disséminés un peu partout dans le village. Le journaliste de Technikart qui avait réussi à les rencontrer, avait parlé de vie en communauté, ce qui est à moitié vrai.

La bande dispose en effet d’un lieu collectif où résident les principaux membres des Brigandes, dont la chanteuse Marianne et son copain Maxime : le Gazel, encore une ancienne colo de vacances,  acquisition du producteur du groupe, Joël Barka, qui y vit également. Selon le journaliste de Technikart, il serait le « gourou » du groupe, et inspirerait la vision conspirationniste des Brigandes. Peut-être, mais c’est bien Marianne qui écrit les paroles… Le Gazel sert de studio de répétition et d’enregistrement. Quoiqu’il en soit, depuis son arrivée, le groupe a réussi à devenir incontournable dans la vie culturelle et à être dans les petits papiers du maire du village, Thibault Estadieu. Ce dernier dit ne pas avoir eu connaissance à l’origine des relations Ultra Sixties / Brigandes. Mais il se déclare décidé à continuer à faire la promotion du groupe de rock, pour lequel plusieurs concerts gratuits d’Ultra Sixties sont programmés.

Attendez patiemment l’été, qui entourera l’installation du porte-greffe et la vôtre d’un peu d’incognito, étant donné les allées et venues touristiques en cette période. Placez votre porte-greffe sur ce nouveau terrain, en prenant alors contact avec le maximum d’autochtones. Ces contacts vous seront fort utiles pour trouver non seulement des engagements, mais aussi des logements pour votre petite tribu. Il est important dans cette période de soigner particulièrement son habillement et ses manières, et de se présenter à tous comme désireux d’une chose par-dessus tout, répandre le bien autour de vous.

Sur le site de la mairie, Ultra Sixties est à l'honneur…

Sur le site de la mairie, Ultra Sixties est à l’honneur… On appréciera la petite citation de Nietzsche !

Vous multiplierez les propositions de services gratuits, en particulier en direction de la municipalité (concerts mensuels gratuits, mais aussi ravalement gracieux des façades, etc.), et ne négligerez aucune possibilité de vous produire en public. Votre catholicisme se doit d’être mentionné. Il peut s’avérer utile de faire ostensiblement de la communauté de l’Arche, voisine de votre bourgade, votre fournisseur en matière de pain quotidien, cela d’autant plus qu’un contact avec cette communauté pourra resservir.

Vous vous efforcerez de mettre en avant essentiellement votre amour de la nature, vos préoccupations écologistes, votre refus de la mondialisation, votre goût pour tout ce qui est local, et vos activités manuelles, chantiers, jardinage etc., tout en ne laissant pas oublier votre appartenance à un « bon milieu ». Votre refus d’inscrire vos enfants dans l’école publique peut avoir quelque mal à passer : mais, convenablement exposé, en le surimposant à vos pratiques de vie communautaires, il peut au contraire servir le développement de votre porte-greffe auprès des nostalgiques des années soixante-dix.

Brigandes_antisemites

À gauche, un extrait du clip antisémite des Brigandes « Seigneur, je ne veux pas devenir Charlie », dans lequel on reconnait Sarah. À gauche, toute la bande des Brigandes (dont Sarah en vert) avec un de leurs amis qui porte la même kippa que dans le clip (la photo est sur le site de la mairie de la Salvetat sur Agoût).

Nous recommandons à toutes fins utiles, pour toutes vos démarches en mairie, le port de la kippa : vos adversaires ne manqueront pas de parler « d’enjuivement municipal », ce qui va dans le sens de votre entreprise idéologique ; et vous serez lavé ainsi aux yeux de l’autochtone moyen de tout soupçon d’antisémitisme. La presse locale type La Dépêche du Midi, se chargera d’elle-même de contribuer à assurer à votre Ultra Sixties une belle croissance.

Étape 3. Pose du greffon

La greffe, à savoir la pose du greffon sur son porte-greffe est l’opération la plus délicate, celle à ne pas manquer : il s’agit de présenter à tous votre nouveau groupe des Brigandes et son lien à Ultra Sixties. Pas de précipitation : attendez le cœur de l’hiver et d’avoir pu vous assurer du soutien inconditionnel de la municipalité, ainsi que de celui d’une partie importante de la population. Votre statut de femmes, la mise en avant de vos enfants, que vous aurez eu soin de faire figurer en bonne place aussi dans quelques vidéos, seront de précieux atouts.

En couleur, la communauté des Brigandes au premier rang pour écouter Monsieur le maire lors des vœux municipaux pour 2016. Voilà des gens qui savent se placer…

En couleur, la communauté des Brigandes au premier rang pour écouter Monsieur le maire lors des vœux municipaux pour 2016. Voilà des gens qui savent se placer…

Procédons à la greffe : dans une municipalité « divers droite », le journal Le Point convient. Un seul article suffira, et la prise sera alors très rapide. Vous pouvez laisser dès lors le porte-greffe se dessécher sans inquiétude, sa vitalité passe désormais toute entière à l’entreprise des Brigandes, qui n’a plus qu’à s’épanouir. Certes, un certain nombre de sujets dans la population locale vont vous tourner le dos. Vous avez intérêt à prendre les devants et à cesser de vous forcer à adresser la parole à ceux que vous aurez repérés comme résolument allergiques à vos thèses. N’ayez aucune inquiétude, vous serez surpris du peu qu’ils sont. Vous serez surpris des éloges que vous recevrez alors de la qualité musicale « indéniable quoi qu’il en soit » des productions de votre arbrisseau Brigandes, de l’audience accrue affluant et des manières souriantes, amusées, presque attendries, légèrement protectrices, dont seront entourés vos « enfantillages ».

Dès l’éveil du printemps, vous pourrez tranquillement jouir des bénéfices de votre dur labeur : car votre arbuste maintenant bien enraciné aura aménagé tout seul son sol. Mais attention, nul n’est à l’abri des intempéries…

La Horde et des antifascistes de La Salvetat sur Agoût

Par La Horde,
Source: http://lahorde.samizdat.net/2016/04/19/ultra-sixities-les-brigandes-demasquees-ou-comment-lextreme-droite-cherche-a-simplanter-localement/