Novembre 1, 2021
Par Manif Est
337 visites


Impossible de s’habituer à cela ! Dans le coin, on avait déjà eu notre lot d’horreurs.

Concert skin à Nancy (54), en octobre 1998, organisée par l’ex-FNJ Clément Cuny, avec le soutien logistique de son père, le libraire ex-FN Jean-Marie Cuny. Soirée bières et bras tendus d’une soixantaine de naziskins à Plainfaing (88), en décembre 1999, avec quelques responsables du FN local. Assassinat d’un vendeur ambulant immigré par un néonazi alsacien en mai 2001, à Gundolsheim (68). Profanation du cimetière juif de Herrlisheim (68), par un trio de néonazis (dont Emmanuel Rist et sa cellule “Tiwaz 2882”), en avril 2004. “Depuis 1986, c’est en Alsace que se concentrent 90% des profanations de cimetières juifs, selon une enquête de Nicolas Lebourg, l’historien spécialiste de l’extrême droite (…). Il y a forcément des réseaux à démantelerhttps://www.rue89strasbourg.com/pro…, témoignait, en mai 2021, Samuel Thomas de la Maison des potes. Attentat à la bombe contre un retraité marocain par un militant néonazi à Rouffach (67), en septembre 2005. En novembre 2012, rassemblement d’environ 1500 naziskins lors d’un Hammerfest à Toul (54). Mai 2013 : ouverture d’un local de hammerskins à Combres-sous-les-côtes (55). Avril 2016 : ouverture d’un salon de tatouage par deux néonazis notoires, en plein cœur de Nancy. Le salon a toujours pignon sur rue… Reims (51) : arrestation de Thierry Maillard https://lahorde.samizdat.net/thierr…, ex-militant au FN et à l’Oeuvre française, également ami du militant d’extrême droite Serge Ayoub, pour trafic d’armes en novembre 2017 (déjà arrêté en 2015 pour les mêmes raisons). Installation d’une stèle en hommage à une division SS dans un champ à Volmunster (57) en janvier 2018. Concert de rock néonazi aux alentours de Nancy (54), en avril 2019 organisé par des hammerskins, pour fêter l’anniversaire de “papi Hitler”. Globalement, il semble que les néonazis allemands, confrontés à plus d’intransigeance face à la justice de leur pays, trouvent refuge, dès qu’ils le peuvent, en Lorraine et en Alsace pour organiser leurs soirées nauséabondes, dont la liste n’est évidemment pas exhaustive…

JPEG - 1.8 Mo

Alors quand, ces derniers mois, nous avons vu réapparaître la région Grand Est dans les arrestations de terroristes d’ultra droite, cela ne nous a malheureusement pas étonné·es.

Plusieurs membres des “Barjols”, accusés d’association de malfaiteurs pour avoir envisagé de tuer Emmanuel Macron, en novembre 2018, lors d’un déplacement à Morhange (57), ont été arrêtés en Lorraine. Le président de ce groupe xénophobe, ancien membre du Rassemblement national, est un Meusien (55) et son compère, un ancien adhérent de Debout la France aux tendances survivalistes et paramilitaires, stockait des fusils à son domicile. Selon Médiapart https://www.mediapart.fr/journal/fr…, “certains de ses membres s’entraînaient à la manipulation d’armes et au cryptage des moyens de communication, lors d’ateliers réalisés sur un terrain agricole dans la Meuse“.

JPEG - 1.1 Mo

Plus récemment, autre histoire inquiétante encore : en mai 2021, deux hommes du groupuscule néonazi “Honneur et nation” (des anciens de la “Division nationaliste révolutionnaire” https://lahorde.samizdat.net/A-prop…), qui projetaient des attentats contre des loges maçonniques à Thionville (57) et à Lunéville (54) https://www.leparisien.fr/faits-div… ont été arrêtés dans le Bas-Rhin (67). Un des deux extrémistes avait été candidat pour le Front National aux municipales de 2014. Le groupe avait visiblement des liens avec le complotiste Rémy Daillet, impliqué en avril 2021 dans l’enlèvement de la jeune Mia près d’Epinal (88). Ce dernier a été placé en garde à vue mardi 19 octobre 2021 ; l’homme de 54 ans est soupçonné d’être le cerveau de ce groupe projetant des actions violentes.

Enfin, en août dernier, un jeune homme de 26 ans a été arrêté à Rouffach (67) : il avait confectionné des bombes artisanales et était en possession de minerai d’uranium. Et là encore, pour couronner le tout, la police a retrouvé chez lui des écussons nazis, une tenue complète du Ku Klux Klan et des documents ornés de croix gammées. Un répugnant mélange… https://www.dna.fr/faits-divers-jus…

N’oublions pas que chez nos voisin·es bourguignon·nes, des membres armés de l’ultra droite d’AFO (Action des forces opérationnelles), arrêtés en 2018 et 2019, ont participé à des stages d’entrainement paramilitaire à Chablis (89) et que chez nos autres voisin·es franc-comtois·es, des militants néonazis de “Blood and honour” s’affichaient tranquillement en 2014 avec des fusils et des armes de guerre sur leur site internet https://fafwatchfc.noblogs.org/post…, tout de même arrêtés quelques mois plus tard https://www.lemonde.fr/societe/arti….

Extrême droite, armes, néonazis, explosifs, complotistes, etc., au regard de ce triste résumé, il ne fait aucun doute que les militant·es antifascistes du Grand Est doivent redoubler de vigilance et rester très actif·ves. Nous appelons à un renforcement des liens entre les différents groupes antifas de la région afin d’améliorer encore l’indispensable lutte contre la haine !

BAF Bloc Antifasciste-Nancy (Twitter = @BAF_Nancy)




Source: Manif-est.info