Avril 10, 2022
Par Dijoncter
223 visites

Le patriotisme veut imposer l’image d’un peuple uni dans sa rĂ©sistance, mais cette opĂ©ration se produit au dĂ©triment de celles et ceux qui n’ont pas envie de mourir pour la patrie. Nous nous intĂ©resserons ici Ă  ce qui, en Ukraine et en Russie, ne participe pas Ă  la communion hĂ©roĂŻque.

Entretien avec A., 5 avril 2022

Le changement dans la situation militaire et le retrait des troupes russes de la rĂ©gion de Kiev ont-ils un impact sur les relations entre le gouvernement et les groupes de droite  ?

Je pense que pour l’instant les dĂ©tails de ces relations sont masquĂ©es par le « â€Żbrouillard  Â» de la guerre, et je demeure sceptique quant Ă  la possibilitĂ© pour ces groupes de droite de faire usage de leur puissance aprĂšs la guerre. L’Ukraine ne communique pas sur ses pertes, et comme les groupes de droite sont impliquĂ©s dans certains des combats les plus intenses, on ne sait tout simplement pas Ă  quel point ils sont encore opĂ©rationnels. Mais le fait que le gouvernement ukrainien puisse peindre la guerre comme une victoire signifie de toute façon davantage d’armes pour ces groupes et la croissance du sentiment nationaliste Ă  travers le pays. Le gouvernement pourra imposer plus facilement la normalitĂ© dans l’Ouest, Ă  prĂ©sent, et les milices de droite locales vont poursuivre leurs attaques.

Qu’en est-il des lois interdisant certains partis politiques « â€Żpro-russes  Â»â€Ż ? Touchent-elles aussi d’autres organisations   ?

Les seuls partis qui ont Ă©tĂ© visĂ©s jusqu’à prĂ©sent sont des partis ouvertement « â€Żpro-russes  Â» qui rĂ©pĂ©taient les propos du Kremlin et qui appelaient Ă  la capitulation de l’Ukraine. Plusieurs organisations de gauche ont Ă©tĂ© menacĂ©es de mesures similaires, soit officiellement par l’État, soit par le public, depuis au moins huit ans maintenant. Tout sentiment contre l’État ukrainien dans cette « â€ŻpĂ©riode dangereuse  Â» est gĂ©nĂ©ralement vu comme pro-russe et facilement Ă©touffĂ©. Je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que ces mesures « â€Żde guerre  Â» ne soient dirigĂ©es contre les radicaux et les syndicats. L’Ukraine n’ayant pas vraiment de parti « â€Żsocial-dĂ©mocrate  Â», ceux qui tentent de dĂ©peindre les partis « â€Żpro-russes  Â» comme Ă©tant de gauche dans tous les sens du terme mentent, tout simplement.

Et la loi sur le travail, permettant de pousser la semaine de travail jusqu’à 60 heures au lieu de 40 et facilitant les licenciements  ? Est-elle passĂ©e et appliquĂ©e  ?

La loi est passĂ©e, mais son application est assez limitĂ©e jusqu’à maintenant, que je sache. Les rĂ©fugiĂ©s ont du mal Ă  trouver du travail, et il est clair que les gens sont prĂȘts Ă  travailler 60 heures s’il le faut. L’essentiel de cette loi a pour but de formaliser des pratiques rĂ©pandues dans l’Est, oĂč la plupart des gens ont simplement quittĂ© leur travail et ont vu leurs appartements et leurs bureaux dĂ©truits. Mais elle sera Ă  coup sĂ»r utilisĂ©e dans des rĂ©gions non directement affectĂ©es par les combats, car le gouvernement essaie de motiver les gens Ă  « â€Żreconstruire l’économie  Â».




Source: Dijoncter.info