Dans la nuit du mercredi 11 décembre, nous avons recouvert les bâtiments d’Uber et les rues de 8 villes de France afin de dénoncer les viols cachés et excusés par la multinationale depuis des années.

Comment pouvons nous accepter qu’un service censé assurer la sécurité de ses passagères et passagers accorde un passe-droit aux violeurs, lequel n’est rien d’autre qu’un permis de violer répété ?

[…]

Tant que la réputation d’un homme sera plus considérée que la vie d’une femme, nous nous battrons.

Tant que l’image et le profit d’une entreprise auront plus de valeur que la justice et les souffrances des victimes, nous collerons.

Tant que l’État, la Justice et la Police protégeront les hommes violents, violeurs et agresseurs, nos voix indignées résonneront dans toutes les rues de France.


Uber visé dans 8 villes par les collages féminicides

Uber visé dans 8 villes par les collages féminicides

Uber visé dans 8 villes par les collages féminicides

Uber visé dans 8 villes par les collages féminicides

Repris de Collages féminicide Marseille, un groupe marseillais de collages visant à désinvisibiliser les violences faites aux femmes et les féminicides.


Article publié le 16 Déc 2019 sur Mars-infos.org