En l’espace d’une semaine, quatre prisonniers politiques kurdes ont mis fin à leur vie dans les prisons turques alors que plus de 7 000 prisonniers sont en grève de la faim contre l’isolement d’Abdullah Ocalan et que le gouvernement turc reste de marbre devant leurs demandes.

Dans les manifestations contre l’isolement imposé au chef emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan, une autre détenue a mis fin à ses jours. Medya Çınar a trouvé la mort dans la prison de type E de Mardin.

Née en1995 à Mardin / Kızıltepe, Medya Çınar avait combattu DAESH dans les rangs des YPJ au Rojava.

Çınar est revenue à Nusaybin après avoir été blessée au Rojava et a été arrêtée en 2015 lors du couvre-feu à Nusaybin. Elle était en train d’être jugée à Mardin. Au cours des audiences, elle a raconté la torture qu’elle a subi en prison. (Via Ferzad Penaber)

Medya Çınar est devenue la cinquième personne à mettre fin à sa vie lors des manifestations contre l’isolement.

Les autres personnes qui ont perdu la vie sont Uğur Şakar (22), Ayten Beçet (22 mars, prison pour femmes de Gebze), Zehra Sağlam. (24 mars, prison d’Oltu.

Déclaration du PKK

Le PKK a publié un communiqué appelant les détenus à ne pas mettre fin à leur vie. Alors qu’il a rendu hommage à ceux qui ont perdu la vie, le PKK a appelé les détenus à ne pas « commettre d’actes individuels ».

Öztürk Türkdoğan, coprésident de l’Association des droits de l’Homme (IHD), et le secrétaire général de la Fondation turque pour les droits de l’Homme (TİHV), Metin Bakkalcı, ont fait une déclaration à la presse aujourd’hui sur les grèves de la faim et l’isolement dans les prisons.