Novembre 1, 2020
Par Rebellyon
285 visites


Les organisations syndicales CGT, FO, SNUEPFSU, SNESFSU, SUD du Rhône, constatant l’improvisation totale dans laquelle se déroule la rentrée, tant sur le plan sanitaire, la carence de protection des personnels et des élèves que sur la décision indigne de réorganiser au rabais, à la dernière minute, l’hommage à notre collègue Samuel Paty, appellent les personnels à se réunir en assemblée générale pour décider le cas échéant de la grève.

Communiqué Intersyndical du Rhône

Les organisations syndicales CGT, FO, SNUEPFSU, SNESFSU, SUD du Rhône, constatant l’improvisation totale dans laquelle se déroule la rentrée, tant sur le plan sanitaire, la carence de protection des personnels et des élèves que sur la décision indigne de réorganiser au rabais, à la dernière minute, l’hommage à notre collègue Samuel Paty, appellent les personnels :

- À demander le maintien d’un temps d’hommage auprès de leur supérieur hiérarchique sous la forme d’un échange entre personnels de l’éducation

- À décider le cas échéant la grève, afin de lui rendre hommage et de faire valoir leurs revendications

- À inscrire au registre santé sécurité et registre des dangers graves et imminents toute carence dans les mesures de protection

- À exiger notamment le dédoublement des classes , ainsi que la fourniture d’équipements de protection de qualité professionnelle. Au-delà de cette disposition, la baisse pérenne des effectifs implique des créations de poste.Dans l’immédiat, il faut admettre dès à présent l’ensemble des inscritessur listes complémentaires.

- À se réunir en assemblée générale pour décider d’actions collectives dans ce sens et mettre en débat la grève pour exiger de réelles mesures sanitaires de protection des personnels et défendre leurs conditions de travail

JPEG - 480.7 ko

Communiqué Sud Éducation Rhône

Trop, C’est Trop

Le dernier jour de classe a été marqué par l’effroyable assassinat de Samuel Paty. S’attaquer à un enseignant, c’est s’attaquer à l’école qui est un lieu de construction d’un savoir critique, de rencontre de l’autre, de la formation de futur.es adultes libres et éclairée-s. Depuis, un nouvel attentat a eu lieu, et le plan Vigipirate a été élevé à son maximum. Blanquer a annulé au détour d’un message aux personnels le temps de concertation des personnels enseignants prévu le lundi 2 novembre. La rentrée devait être un moment d’échange entre collègues puis avec les élèves. Le ministre dénie ce temps de concertation aux personnels durement touchés par l’assassinat de notre collègue. À ce jour, dans l’académie, certains établissements main-tiennent les temps de concertation au personnel, d’autres non, d’autres enfin n’ont, à moins de 24 h de la rentrée, communiqué aucune des modalités d’organisation de cette journée si particulière !Macron a annoncé qu’il faut s’attendre à la saturation des hôpitaux d’ici une dizaine de jours. La circulation du virus est devenue incontrôlable. Des études récentes mettent en avant le risque épidémiologique sérieux que font peser les ouvertures d’écoles. La seule réponse dans l’éducation est un protocole sanitaire indigent. Blanquer refuse le dédoublement des classes prévu dans ce cas de figure. Si l’on ne l’impose pas maintenant, les écoles et établissements risquent de fermer complètement dans les semaines à venir. Le ministre envoie au casse-pipe un million de personnels, douze millions d’élèves et au-delà l’ensemble de la population.SUD éducation Rhône ne peut accepter un tel mépris, et appelle les collègues à se réunir au plus vite afin d’organiser la riposte. La fédération SUD éducation a d’ores et déjà déposé un préavis de grève. SUD porte depuis le printemps un plan d’urgence. Depuis l’annonce du président Macron, SUD éducation revendique des dédoublements de l’ensemble des classes conformément aux protocoles en cas de circulation active du virus ainsi que la banalisation des lundi 2 et mardi 3 novembre pour réorganiser les enseignements

Face aux choix irresponsables et au mépris du ministre, SUD éducation 69 appelle les personnels :

• À se mettre immédiatement en grève dès lundi matin 8 h, si aucun temps de concertation suffisant n’est prévu avant l’accueil des élèves.

• À se réunir en Assemblée Générale et à communiquer, dans toutes les modalités possibles et avec tous les outils dont nous disposons, afin d’échanger sur les conditions de reprise et envisager les actions à mener.• À se mettre massivement en grève, dès mardi, afin de protester contre le mépris grandissant et insupportable de notre ministère et contre le risque imminent que fait courir aux élèves et aux personnels, une réouverture des établissements scolaires dans ces conditions.

• À déposer, pour les personnels du 1er degré, une déclaration d’intention de grève lundi afin de pouvoir rejoindre le mouvement dès jeudi

JPEG - 1.2 Mo



Source: Rebellyon.info