Avril 25, 2016
Par Marseille Infos Autonomes
78 visites


Aux travailleurs et aux travailleuses du rail

Assemblée 13 Lutte Contre La Loi Travail (pour commencer)

C’est avec enthousiasme que nous avons reçu l’appel à une journée de grève des cheminots. D’abord repoussée aux calendes grecques (le 3 mai, le 11 mai,…), l’entrée de la CGT cheminots en lutte est une bonne nouvelle.

Pourquoi cet enthousiasme ? Parce que nous sommes des travailleurs précaires, isolés dans le monde du travail, comme c’est le lot de pas mal de travailleurs de la SNCF : SOCORAIL, services de nettoyage, objets trouvés et autres secteurs en sous-traitance. Pour eux comme pour nous, la grève, c’est bien plus qu’un enjeu syndical, c’est tout ou rien. Pour nous, se mettre en grève, ce n’est pas que perdre de l’argent, c’est aussi risquer le licenciement, c’est repartir de zéro si on perd. Et pourtant cette perspective nous fait de moins en moins peur.

C’est que nous, prolétaires qui n’avons pas de pays, nous commençons à tirer des leçons de la crise. Tout le monde va passer au moulinet de l’austérité : Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Grande-Bretagne… la défaite partout, les salaires au rabais, le salaire indirect (Sécu, chômage, retraites…) sabordé, peu importe le parti au pouvoir, quand bien même il s’agit de la gauche ou la “vraie” gauche (Syriza). Nous voyons la défaite de tous ces mouvements comme l’échec à mettre de l’enjeu, à mettre tout en jeu. A dépasser le blabla, les concertations et les indignations des “Nuits Debout” et du mouvement “Indignado” espagnol.

Aussi nous sommes ici pour vous manifester notre soutien, pour la lutte à venir. Ce soutien est humain, matériel, il peut être parfois financier même si nous sommes largement dans le rouge. Il est surtout évident pour nous que la meilleure aide que nous puissions apporter à votre mouvement, sera de nous mettre en grève nous aussi. 
Et pour cela il faut bouger les lignes.

Les cheminots le savent : ce n’est pas de la direction que tomberont les appels à la grève reconductible. Ce 26 avril est une petite victoire sur le calendrier de l’enterrement de la lutte. Mais il faut agir au plus vite. Ne pas se laisser faire par les logiques corpos si fortes, quand on a pas d’Assemblée de site avec tous les travailleurs de la gare, comme à Marseille.

Alors, oui, tou-te-s en grève le 26. Mais tou-te-s en grève le 28 aussi. Un préavis a été posé par les syndicats.

Nous savons aussi que beaucoup pensent que la lutte des cheminots contre le décret socle risque d’être minorée par un large mouvement. A ceux là nous répondons qu’au contraire, l’élargissement de la grève est la condition sine qua non de la victoire.
D’abord parce que ce serait se mentir de penser que le RH0077 protège tous les travailleurs de la SNCF. A quoi sert de défendre un statut, si ce statut n’est plus la règle ? Combien de vos collègues sont recrutés après l’âge de 30 ans pour être placé hors statut ? Combien de boîtes de sous-traitance, combien de CDD bloqués par des concours ? Combien de déréglementations ?

Ensuite parce que la loi travail s’appliquera quoi qu’il arrive. Précariser les statuts de base ne se fera pas sans tirer les autres statuts vers le bas. Enfin et surtout, parce que personne ne sortira indemne de la crise. La loi Travail n’est pas qu’une loi scélérate : elle est aussi une loi prévisible, logique, et qui en attend d’autres.

Ce mouvement aura lieu, peu importe son point de départ. Pour nous qui voulons bloquer l’économie, pour nous qui avons vécu les échecer ls des blocages partiels de 2010 et les renoncements syndicaux, il n’y a pas d’alternative : il faut bloques gares, pas un wagon ne doit passer. Ce sera avec vous, ce sera avec nous.
PASSONS À L’OFFENSIVE. ! EN AVANT VERS LA GÉNÉRALE !

Assemblée 13 En Lutte Contre La Loi Travail


13enlutte.fr

groupe Facebook « 13 En Lutte »

*****
C’est le moment d’amplifier le mouvement et de préparer la grève générale afin d’obtenir le retrait inconditionnel de la loi travail (pour commencer)

La CGT a tenu son congrès à Marseille du 18 au 22 avril. Une majorité des représentants présents lors de ce rassemblement a validé le principe de la préparation d’une grève générale et reconductible contre la loi travail. Si l’appel aurait pu être plus ferme, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un vrai message de mobilisation et de solidarité adressé à l’ensemble des salarié.e.s et autres personnes mobilisé.e.s contre le projet de réforme du code du travail.

Au-­delà de la CGT et avec elle, nous pouvons tou.te.s agir pour rendre cet appel effectif en préparant, chacun.e à notre niveau, la grève générale. L’objectif de la grève générale : répondre radicalement à la répression et au mépris du gouvernement afin d’obtenir (pour commencer) le retrait nconditionnel de la loi travail.

Une priorité : être massivement dans la rue le 28 avril !

Salarié.e.s, apprenti.e.s, étudiant.e.s en formation professionnelle, stagiaires en entreprise : vous ne savez pas comment entrer en grève ? Vous pouvez trouver des infos sur la marche à suivre en consultant le site internet de 3enlutte ou en nous contactant directement. Si vous hésitez pour des raisons

financières, dites-­vous que le gain de votre journée de travail vaut bien une lutte contre l’exploitation que vous ou vos proches subirez forcément si la loi passe.

Étudiant.e.s, lycéens et lycéennes : vous avez peur pour vos exams ? Si la grève est massive, il y a fort à parier que les exams soient annulés. Si ce n’est pas le cas les syndicats étudiants vous aideront à faire des recours, 13enlutte peut soutenir cette démarche ! Vous craignez une absence ? Vos profs font grève aussi et il y aura peu de transports !!!

Précaires, intérimaires, chômeurs et chômeuses, sans statut : la grève n’est pas le seul moyen de faire basculer le rapport de force. Tu peux t’organiser avec nous pour agir à partir de modes d’action variés.

Indépendant.e.s : quelques heures de manifs valent bien le coup pour mettre fin à un projet qui concernera un membre de votre entourage à un moment donné.

Vous ne savez pas avec qui manifester ? Rejoignez 13enlutte dans une ambiance familiale et conviviale ou un autre cortège qui vous est sympathique.

À partir du 28 avril : préparer la grève générale et la mener jusqu’au bout !

Informer et mobiliser dans les entreprises ou les lieux de vie quotidienne. À plusieurs on peut s’organiser et faire face au patron. Internet regorge d’informations critiques sur la loi travail et les manières de lutter. Des tracts informatifs sont libres d’accès sur le site internet 13enLutte, à diffuser librement.

Soutenir les salarié.e.s en grève. Vous pouvez faire des dons aux caisses de solidarité de 13enLutte, de la Nuit Debout ou des syndicats (même 1 euro !). Vous pouvez aussi donner du matériel de grève : du papier pour imprimer des tracts ou des affiches, des conserves alimentaires, des tickets de transport, etc., matériel redistribué aux salariés en lutte.

Demander du soutien matériel ou autre afin d’organiser la grève dans les sites et entrer dans le combat. Si vous avez besoin d’aide pour organiser votre mobilisation, n’hésitez pas à nous contacter. Dans la mesure de nos moyens nous viendrons vous soutenir, comme nous l’avons fait pour d’autres salarié.e.s, pour les étudiant.e.s, pour les lycéens et lycéennes et pour les syndicats désargentés !

Si vous n’appartenez ni à un parti ni à un syndicat ou que vous n’avez pas de lieu où vous organiser, mais que vous voulez vous engager dans cette lutte. Vous pouvez participer aux Assemblées de 13enLutte ou de la Nuit Debout où vous trouverez des collectifs pour entrer dans l’action de terrain.

La grève générale se prépare, s’organise et elle nécessite la solidarité de classe.

Tou.te.s ensemble dans la rue pour (re)lancer et amplifier le mouvement social

28 avril 2016, vieux-­port, 10h30

Prochaines AG de lutte à Marseille :

Mardi 26 avril, 18h , au « Kiosque des Réformés ».

www.13enlutte.fr, facebook 13 en lutte




Source: