Mai 27, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
383 visites


Vivons-nous une nouvelle mutation anthropologique ?

Avec le Covid, on a vu la nature reprendre ses droits : des canards remontant tranquillement le boulevard de Rivoli à Paris, des sangliers faisant une virée nocturne à Nîmes… Et dernièrement Sarko (une espèce que l’on croyait disparue à jamais) faire son retour sur son ancien biotope de Sarkoland* où il va conseiller à l’international Natixis, la banque d’affaires du Groupe BPCE dirigée de 2009 à 2018 par son ami François Pérol et où a officié son autre ami Thierry Gaubert au casier judiciaire aussi large que le bas du pantalon pattes d’eph de Joe Dassin.

La persistance de l’espèce Sarko bismuthum (c’est son nom scientifique) vérifie ici la loi de la sélection naturelle de Darwin, sauf qu’il s’agit en l’espèce de la nature infâme et mortifère de la finance.

C’est tellement n’importe quoi que ça en devient mi drôle mi pathétique !

Au dernier comité de Groupe, L. Mignon expliquait à qui voulait l’entendre : « L’OPA sur les titres de Natixis permettrait au Groupe BPCE de devenir le premier groupe bancaire non coté européen et de renforcer encore son modèle de banque coopérative universelle ». Si le code de conduite et d’éthique de BPCE prévoit de lutter contre la corruption et le trafic d’influence, ce dernier n’a jamais empêché Natixis de tremper dans la finance spéculative et toxique.

BPCE recycle les « copains » et jette les salarié-es !

L’ancien président de la République conseille désormais Natixis. Il a pourtant été déclaré coupable de corruption et trafic d’influence, même s’il a fait appel de cette condamnation.

Et l’affaire Bygmalion qui reprend ces jours-ci, ou comment un candidat à la présidence de la République aurait pu doubler ses dépenses de campagnes sans que personne, ou presque, au sein de son parti ne s’en aperçoive !

Au sortir du dernier plan stratégique qui a conduit à la suppression de plus de 4 000 emplois et à la fermeture de centaines d’agences dans le Groupe, Mignon sait trouver des dizaines de milliers d’euros pour recycler Sarko. Surement pour « vous être utile » !!!

ZÉRO DE CONDUITE

*Sarkoland : à une certaine époque, BPCE embauchait à tour de bras des proches de Nicolas Sarkozy.

Ces recrutements « complaisants » faisaient tellement jaser que les Caisses d’épargne sont vite connues sous un sobriquet, celui de « Sarkoland ».

Documents à télécharger

Article publié le 27 mai 2021




Source: Solidaires.org