Mai 8, 2021
Par RĂ©fractions
361 visites


RĂ©gis Duffour, Philippe Godard,

Tout est pour le mieux dans le pire des mondes

Les éditions Cactus inébranlable, mai 2021, 144 p., 12 euros.



Tout est pour le mieux dans le pire des mondes
se prĂ©sente comme un ouvrage de fiction politique et sociale sur le monde prĂ©sent, Ă  la fois pamphlet et fiction documentĂ©e sur la crise sanitaire planĂ©taire. Se fondant sur le principe « Gouverner, c’est prĂ©voir Â», les deux auteurs exhument un certain nombre de donnĂ©es qui laissent Ă  penser que non seulement cette crise Ă©tait prĂ©visible, mais que, surtout, la premiĂšre pandĂ©mie venue serait utilisĂ©e Ă  « bon Â» escient. Ce qui confirme la « stratĂ©gie du choc Â» de Naomi Klein. À ceci prĂšs que jusque-lĂ  cette stratĂ©gie ne concernait que les pays pauvres, et pas l’ensemble de la planĂšte comme c’est dĂ©sormais le cas.

L’histoire a pour cadre les Forums de Davos de 2013 Ă  2020. Personnages inventĂ©s se mĂȘlent Ă  des personnalitĂ©s bien rĂ©elles. La logique de rĂ©cupĂ©ration de la crise sanitaire est poussĂ©e aussi loin que des documents, des dĂ©clarations, des mesures officielles le permettent, avec une petite incursion satirique inspirĂ©e de « Modeste proposition Â» de Jonathan Swift, sans l’outrance du satiriste irlandais, mais avec un pragmatisme qui fait froid dans le dos.

Régis Duffour, né en 1968, a exercé plusieurs métiers. Il a publié un roman jeunesse chez Oskar et un texte politique chez Pire Fiction. Il a collaboré à Réfractions.

Philippe Godard, nĂ© en 1959, a crĂ©Ă© des collections d’ouvrages documentaires chez Autrement, Syros et La MartiniĂšre. Il a travaillĂ© pour l’encyclopĂ©die Hachette multimĂ©dia.

Le livre

Adblock test (Why?)




Source: Refractions.plusloin.org