Février 3, 2021
Par CNT Solidarité Ouvrière
385 visites


Les travailleurs-euses subissent de plein fouet les effets de la crise sanitaire, économique et sociale pendant que la machine à profit continue de tourner et que les grandes fortunes continuent de s’accumuler… Ça suffit !

Le patronat ne fait aucun cadeau aux travailleurs-euses, il gère ses intérêts… Les entreprises sont arrosées de milliards d’argent public sans aucune contrepartie et des grosses boîtes solides continuent à faire des licenciements boursiers !

Le Covid-19 n’a pas mis la lutte des classes entre parenthèses ! Bien au contraire, les patrons utilisent la situation pour imposer restrictions sur nos droits et nouveaux sacrifices en plus de l’exploitation habituelle.

Les plans sociaux, le chômage et la précarisation explosent alors que les “filets sociaux” ne nous protègent pas suffisamment et que nombre d’entre-nous en sont exclus (UBERisés, “au black”…).

Et ce n’est pas le gouvernement qui s’opposera à eux ! Il préfère les servir en continuant la politique de casse des services publics, Santé ou l’Éducation en première ligne. On en paye tous.tes le prix au niveau de la gestion sanitaire, centrée sur les intérêts à court terme des élites économiques.

Salarié-e-s du privé et du public, privé-e-s d’emploi et retraité-e-s, nous devons profiter de cette journée pour affirmer, que les travailleurs-euses ont des objectifs totalement à l’opposé du patronat et du gouvernement à son service.

Pour revendiquer d’autres choix,
mobilisons-nous dans la grève et dans la rue
pour la journée interprofessionnelle du 04 février

• Pour une gestion sanitaire non-autoritaire et sociale !

• Pour un état d’urgence social (logement, emploi, précarité, jeunesse…) !

• Pour une protection des travailleurs-euses face à la crise et contre la remise en cause de nos droits !

• Pour la priorité aux services publics !

• Pour l’augmentation générale des salaires !

• Pour un droit de veto des salarié-e-s sur licenciements !

• Pour la répartition égalitaire des richesses et du travail, le contrôle ouvrier sur l’économie !

• Pour la réquisition par les travailleurs-euses des entreprises en faillites !

Nous n’aurons que ce que nous prendrons !





Source: Cnt-so.org