Les Etats-Unis sont traversés par des révoltes populaires depuis la mort de George Floyd, à Minneapolis, et sa lente agonie sous le genou d’un policier protégé par ses collègues. Cette vidéo a fait le tour du monde et cette dernière phrase de George Floyd résonne fort ici : « I can’t breath », « Je ne peux plus respirer ». Cette vidéo illustre la banalité des crimes policiers aux États-Unis, l’énième meutre froid d’une longue histoire. Elle a été un déclencheur des révoltes qui couvent depuis longtemps aux USA et, encore plus, avec la politique ouvertement raciste et répressive de Trump.

Ici, en France, elle nous renvoie à notre propre réalité, à tous nos frères tués dans les quartiers, des mêmes pratiques de clés d’étranglement, de plaquages ventraux qui ont causé la mort d’Adama Traoré, de Lamine Dieng, de Wissam El Yamni, d’Hakim Ajimi et bien d’autres encore… Elle nous renvoie plus généralement aux traitements des populations des quartiers populaires et des brimades quotidiennes sur les jeunes, les courses poursuites qui finissent parfois par la mort, et les balles de la police tirées sur des personnes désarmées. On pense dernièrement aux affaires de Villeneuve la Garenne, au jeune Gabriel, 14 ans, tabassé par la police, à Sabri qui a perdu la vie à 19 ans il y a quelques semaines. Et on voit la liste qui s’étire depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui, Youssef Khaïf, Abdelkader Bouziane, Habib, Jaouad, Amine Bentounsi, Ali Ziri, Morad…

Chaque fois les circonstances sont différentes mais ce ne sont pas des accidents. Ce ne sont pas des bavures. C’est bien un système qui organise une répression, une violence et une terreur à l’encontre des populations pauvres et non-blanches. C’est aussi des politiques et des médias qui couvrent et justifient ces crimes. Et c’est enfin une justice qui disculpe les criminels et donne ainsi des permis de tuer.

L’affaire Adama Traoré, comme tant d’autres, est un enjeu important car le combat est long. Aujourd’hui ils font face à une nouvelle provocation avec une expertise montée et grossièrement mensongère.

Nous appelons comme eux à faire le lien entre ce qui se passe aux USA et ici. Et le meilleur soutien aux révoltres américaines est sans doute de nous mobiliser contre les crimes policiers en France.

Solidarité avec les révoltes aux États-Unis

Soutien à la famille Traoré dans son combat

Soutien à toutes les familles, à tous les comités, à tous les quartiers

Plus que jamais, Pas de Justice Pas de Paix !

RDV mercredi 3 juin à 19h au Square Charles-de-Gaulle, métro Capitole

JPEG - 38.9 ko
JPEG - 107.4 ko

Article publié le 04 Juin 2020 sur Iaata.info