L’idĂ©e de fond est que l’organisation de l’espace est Ă  la fois condition et rĂ©sultat des rapports sociaux : le prix des loyers et des transports ; les autorisations et les interdictions ; les amĂ©nagements et les Ă©quipements ; les constructions et les destructions et tout l’infini d’élĂ©ments qui constitue la « Ville Â». Voici un petit rĂ©sumĂ© du texte de prĂ©sentation disponible ici.

Ce site est une initiative du CRU, collectif de radiographie urbaine [1]. Au-delĂ  d’une intention d’écriture il y a aussi un de dĂ©sir de partage, de se doter d’un outil de travail, qui aide Ă  comprendre, Ă  se projeter, Ă  donner de la densitĂ© Ă  nos mĂ©moires. Par la pratique de l’archive vivante et du tĂ©moignage, de l’enquĂȘte et de la narration. C’est le sens de cet adjectif « sensible Â» qui fait rĂ©fĂ©rence Ă  l’expĂ©rience, individuelle et collective. Avec l’intuition que, raconter, se raconter, contribue Ă  donner de la prise sur l’espace dans lequel nous vivons. Relier les liens Ă©pars des souvenirs singuliers pour participer Ă  Ă©crire des histoires comme autant de repĂšres sur un cheminement qui se fait au prĂ©sent. Ces histoires sont faites comme les cairns, ces petits amas de pierres qui marquent les sentiers de montagne, dans la rĂ©pĂ©tition de gestes ordinaires, des randonneuses et des randonneurs, pierre par pierre.

Espace de dissensions et de sĂ©cessions, espace d’élaborations parmi d’autres, existant ou possible, ce site ne cherche pas Ă  rĂ©duire la multiplicitĂ© de nos rĂ©alitĂ©s Ă  un rĂ©cit commun.

Chacun·e peut proposer une image, un montage sonore, un son brut, une photo, un article… Cette proposition est validĂ©e ou non par l’équipe qui prend part Ă  la vie du site. Quels sont les critĂšres de validation et d’invalidation ? À l’heure d’écrire ces lignes, il est difficile de lister des rĂšgles prĂ©cises, disons que nous porterons une attention soutenue et exigeante aux quelques jalons compilĂ©s ci-dessous pour donner une idĂ©e plus claire de notre position.

Ce site n’a pas vocation à donner de la place et de l’exposition aux multiples dominations qui traversent ce monde.

Ce site n’a pas vocation à servir l’histoire de ceux et celles qui vivent de la sueur et des larmes.

Ce site n’a pas vocation Ă  dĂ©possĂ©der ceux et celles qui possĂšdent si peu, de leur vie, de leurs histoires, de leurs secrets.

Ce site porte une grande importance à la production de l’espace.

Ce site publie les documents géolocalisés à travers des cartes.

Ce site fonctionne avec des appels Ă  contribution.

Ce site est ouvert aux propositions.

Ce site veut donner de la place à des écritures théoriques, qui manient le concept.

Ce site veut donner de la place à des colÚres, des témoignages.

Ce site veut tenter de ne pas hiérarchiser les savoirs.

Ce site veut laisser de la place aux lectrices et lecteurs dans l’élaboration de leur point de vue.

Ce site veut aider Ă  la publication, par l’échange et/ou l’aide technique.

Ce site veut ĂȘtre une contribution Ă  la transformation du monde et Ă  la beautĂ© des choses.

Un premier appel Ă  contribution pour l’automne 2022 : MĂ©moires d’une ville
 quelle histoire !

Pour amorcer des collaborations dans les publications du site nous voudrions nous confronter justement Ă  une question centrale : celle de faire mĂ©moire.

Il existe un dĂ©bat long et complexe sur la diffĂ©rence entre la mĂ©moire et l’histoire, entre ce dont chacun·e se souvient et les « faits historiques Â». Entre ce qui est liĂ© Ă  une place particuliĂšre et ce qui serait indĂ©pendant des maniĂšres de voir et de sentir. Sans y entrer plus que ça on peut dire que d’un cĂŽtĂ© il y une subjectivitĂ© irrĂ©ductible et de l’autre une recherche, sans cesse renouvelĂ©e, d’objectivitĂ©, de « vĂ©ritĂ© historique Â». Ici nous avons, en plus, un autre problĂšme, moins Ă©vident, celui de l’entitĂ© « ville Â». Est-ce que l’on peut vraiment parler de Toulouse comme d’une unitĂ© cohĂ©rente dans le temps et l’espace ? Qu’est-ce que ça veut dire de faire l’histoire de Toulouse ? Est-ce que ce n’est pas faire exister, de maniĂšre un peu artificielle, une logique, une consistance, voir une sorte de clĂ© d’explication ? Et, si on parle de mĂ©moire de Toulouse, est-ce qu’on n’est pas en train de prĂȘter des traits humains, de personnaliser, une chose ? En la personnalisant, nous en faisons une sorte d’entitĂ© magique, et en cela nous accentuons le « caractĂšre fĂ©tiche Â» de la ville. Pourquoi pas, peupler le monde de fĂ©tiche peut aider Ă  vivre. Pourtant il y a un risque. Comme Marx l’a dĂ©montrĂ© pour la marchandise, le fĂ©tichisme occulte les rapports sociaux qui sont Ă  l’origine de l’objet, lui dĂ©niant son ancrage social. De ce fait, Toulouse apparait comme une entitĂ© qui s’étend, se dĂ©veloppe se transforme
 sans que ni propriĂ©taire et propriĂ©tĂ© ; ni politique ni institutions ; ni travail ni rapports sociaux, bref tout ce qui concourt rĂ©ellement Ă  la production de l’espace n’intervienne jamais. Nous pouvons y voir un mĂ©canisme de l’impuissance. En effet, Ville semble une seconde nature car l’ordre du rĂ©el et de l’abstrait s’inversent : nos existences, nos expĂ©riences, sont rendues Ă©phĂ©mĂšres, fragiles, lĂ  oĂč la Ville apparait comme une puissance intemporelle.

Cet appel Ă  commencer un premier effort d’élaboration autour de nos histoires dans cet espace est une tentative pour inverser cet Ă©tat de fait. Donner de la densitĂ© Ă  nos expĂ©riences, Ă  nos liens, Ă  nos activitĂ©s.

L’appel s’adresse Ă  toutes celles et ceux qui se retrouvent dans la proposition et les intentions du site. Par l’image, par le son, par l’écrit raconter des histoires ordinaires, des vies quotidiennes, des moments ou des pĂ©riodes, des lieux ou des gens. Il ne s’agit pas de composer un rĂ©cit unique, mais de permettre Ă  des rĂ©cits de s’élaborer. En particulier, nous attendons des propositions sur les histoires minorisĂ©es, des invisibles, des oublié·es et des effacé·es. Aucune compĂ©tence particuliĂšre n’est nĂ©cessaire pour participer, seulement l’attention Ă  ne pas utiliser l’histoire des autres.

Pour plus de renseignements sur les modalitĂ©s de soumission des propositions vous pouvez contacter directement [email protected]

Il est possible de proposer des documents originaux rĂ©alisĂ©s par les personnes ou avec l’autorisation expresse des personnes qui les ont produites. La prĂ©sentation centrale du site Ă©tant la carte il est demandĂ© de prĂ©ciser une localisation pour chaque document proposĂ© :

  • des photos, en sĂ©rie ou pas (une photo peut venir seule) ;
  • des sons, qui peuvent ĂȘtre bruts ou montĂ©s ;
  • des copies de tract, d’affiche, de tout type de document numĂ©risĂ© ;
  • des textes originaux, sous forme de tĂ©moignage, de coup de gueule, d’article, de poĂšme en vers ou en prose ;
  • des compositions de plusieurs de ces Ă©lĂ©ments ;
  • il y a certainement des choses auxquelles nous n’avons pas pensé 

Il est possible, dans la limite de nos moyens, de vous accompagner dans la mise en forme et dans la numérisation des documents proposés.

Les propositions seront examinĂ©es pour vĂ©rifier leur cohĂ©rence avec l’esprit du site, une rĂ©ponse quant Ă  la publication vous sera donnĂ©e dans un dĂ©lai raisonnable.

L’ensemble des propositions sera mis en ligne à partir de l’automne 2022.




Source: Iaata.info