octobre 8th, 2019  

Depuis plusieurs mois, les chantiers de construction d’une zone d’affaires autour de la gare Matabiau à Toulouse continuent dans leur vaste entreprise de destruction de maisons et vieux quartiers. Le projet TESO (Toulouse Euro Sud Ouest) veut reconfigurer la ville en une métropole technologique, policière et touristique.

Projet gargantuesque qui curieusement implique ces mêmes entreprises qui batissent toujours plus de prisons. Eurovia, succursale de Vinci, a vu pour cela une de ses machines brûler cette nuit du 4 octobre, sur le chantier de gentrification de la place Arago, extension du réaménagement de toute la zone visant a y installer ces cadres dynamiques et flexibles loin de ces rages jaunes, noires et vertes qui convergent.

Contre TESO et les industries de destruction massive et pour la liberté des Gilets jaunes, prenons celle de rappeler à ces machines qu’elles ne sont pas les bienvenues dans nos quartiers.

[Publié le 8 octobre 2019 sur Indymedia-Nantes.]


Article publié le 08 Oct 2019 sur Fr.squat.net