C’était de nombreux tags et affiches contre les flics, les juges, les matons, les bourgeois, l’etat, le patriarcat…

On pouvait lire par exemple « Le feu tue les virus… brûle ton comico » « Balance ton smartphone, pas ton voisin » « Ne relevons pas l’économie, détruisons là » « Avec ou sans masque, ce monde est irrespirable. Détruisons ce qui nous étouffe » « Crève les poukaves » « Squat ton préfet » « Plutôt mourir libre que vivre confiné » « la police tue, confinons la » « ACAB le pire des virus c’est l’autorité »…

Un voisin a poukave et les keufs ont arrêté quelques minutes plus tard 7 personnes. Elles ont fait 48h de GAV (Garde à Vue) + une nuit en prison, avec les chefs d’inculpation :

- Dégradation aggravée en réunion.

- Identité imaginaire.

- Refus de signalétique et d’ADN.

En GAV, elles ont toutes demandé le même avocat mais le procureur a refusé en prétextant un « conflit d’intérêt ». Personne n’a rien déclaré et certaines ont refusé les auditions.

Durant la GAV, au moins une personne s’est faite prendre son ADN sur un gobelet.

L’avocat a finalement pu défendre les 7 personnes à la comparution immédiate.

Il y avait 3 parties civiles. La ville de Toulouse et 2 syndic de copropriété (dont la SOGEM)

A l’audience, les personnes n’ont voulu répondre à aucune des questions. Elles ont maintenu leur identité et ont simplement déclaré qu’elles ne reconnaissaient pas les faits.

Le procureur a annoncé devoir « faire un tir groupé » car il ne pouvait pas individualiser les peines en se basant sur le profil de chacun. Il a requis 3 mois ferme avec maintien en détention.

Quand le juge a prononcé la condamnation a 2 mois ferme, les personnes présentes dans la salle et à l’extérieur ont exprimé leur rage et leur solidarité en gueulant. Le juge a demandé l’arrestation d’une d’entre elles pour « outrage à magistrat ». Plusieurs autres ont tenté de s’interposer et les flics ont utilisé leurs matraques.

La personne qu’ils voulaient arrêter s’est faite bousculé et a chuté. Elle a été emmenée à l’hopital pour être envoyée ensuite en GAV.

On partagera d’autres informations très vite.

Ni innocentes, ni coupables. Crève la justice et son monde.

Exprimons leur toute notre solidarité !

[Repris d’Indymedia Nantes.]


N° écrou de personnes en taule à toulouse

Indymedia Nantes, 27 septembre 2020

Voilà les numéros d’écrou de personnes qui ont été condamnées à 2 mois de taule pour des tags, affiches, refus de signalétique et identité imaginaire.

On a eu des premières nouvelles de tout le monde, plutôt iels vont bien !

5 des 7 personnes sont ok pour que leur numéro d’écrou soit rendus publics. En sachant que la plupart d’entre eux préfèrent pour l’instant qu’on ne leur envoie pas des trucs contre les prisons et contre les maton-ne-s.

Pour leur écrire :

Marius Lahaye n°45677 (MAH)

Zoé Van Bryck n°45678 (MAF)

Lucie Gomez n°45679 (MAF)

Brice Poirson n°45681 (MAH)

Simon Duval n°45682 (MAH)

MAF : Maison d’arrêt des Femmes

MAH : Maison d’arrêt des Hommes

Sur la lettre :

Nom et numéro d’écrou

MAF ou MAH de Seysses

10 rue Danielle Casanova

31600 SEYSSES

C’est bien de leur mettre des enveloppes + timbres si vous voulez peut être une réponse.

Jamais leurs barreaux n’arrêteront notre rage !


Les affiches :









Article publié le 05 Oct 2020 sur Non-fides.fr