Janvier 29, 2022
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
194 visites

L’industrie du jeu vidéo est connue pour ses pratiques abusives et son haut niveau d’exploitation  : salaires bas, pressions sur les salarié·es, horaires et cadences intenables… mais depuis longtemps, des collectifs de travailleuses et de travailleurs ont essayé de faire bouger les lignes, en s’organisant selon des modèles coopératifs ou démocratiques, essayant de prouver qu’aucune de ces conditions n’est nécessaire pour réaliser de bons jeux.

L’exemple le plus connu est peut-être le studio bordelais Motion Twin, organisé en SCOP depuis 2004, qui distribue ses outils de développement en licence libre et a créé en 2018 Dead Cells, un jeu acclamé par la critique.

D’autres coopératives se sont formées et proposent de plus en plus de jeux au grand public  : Pixel Pushers Union 512, une coopérative états-unienne, a développé Tonight We Riot. Dans un monde dominé par un système capitaliste sans merci et sa police aux ordres, incarnez une foule révolutionnaire prête à en découdre pour obtenir sa liberté. Le studio coopératif canadien Lucid Tales a annoncé Sally, à l’ambiance plus paisible et centré autour de l’équipage d’un bateau volant.

La boutique en ligne Itch.io met en avant des projets éthiques et indépendants, et organise régulièrement des évènements de soutien à des causes sociales ou politiques comme une vente de jeux au profit de Black Lives Matter en 2021. Enfin, le studio taïwanais Red Candles – qui n’est pas organisé en coopérative – objet de la répression du régime chinois pour avoir produit un jeu vidéo supposé critique de Xi Jinping, censuré sur toutes les plateformes de ventes de jeux en ligne, distribue Detention et Devotion sur sa propre boutique, jeux abordant les sujets de la Terreur Blanche et de l’extrémisme religieux à Taïwan.

Autant de façons d’offrir des jeux vidéos sans enrichir des multinationales aux pratiques honteuses.

Alex (UCL Grand-Paris sud)

  • Pixel Pushers Union 512, Tonight we riot, Means Interactive, 2020, 12 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org