Octobre 18, 2021
Par Contrepoints (QC)
156 visites


Des allégations de tombes d’enfants autochtones laissées par les expériences psychiatriques MK-Ultra sur le site de l’Institut Allan
Memorial à McGill entraînent un groupe de mères mohawks, détentrices souveraines du territoire non-cédé de Montréal, à bloquer le projet de
réaffectation de l’Hôpital Royal Victoria et à réclamer une enquête médico-légale et archéologique des lieux.
 

Les kanien’kehá:ka kahnistensera (femmes mohawk), gardiennes de thequenondah (deux montagnes/mont royal) en vertu de leur connexion avec la MèreTerre, demandent la suspension immédiate de tous les plans dereconstruction du site de l’Hôpital Royal Victoria et de l’Institut Allan Memorial à l’Université McGill, pour les raisons suivantes : 1) Le site étant un territoire kanien’kehá:ka non cédé, la permission des kahnistensera est nécessaire pour y entreprendre des travaux ; 2) Le site contient des vestiges archéologiques du village iroquois précolonial ; 3) Les terrains de l’Institut Allan Memorial doivent faire l’objet d’une enquête afin d’y trouver des tombes anonymes et des preuves d’atrocités commises pendant le programme MK-Ultra, entre 1954 et 1963.

Les kanien’kehá:ka kahnistensera ont demandé à rencontrer la chancelière de l’Université McGill, Suzanne Fortin, ainsi que l’Office de consultation publique de Montréal, avec qui elles auront une audience le 10 novembre 2021. Selon le protocole traditionnel, leur mémoire (joint à ce courriel et soumis à l’Office) sera présenté par des membres des Rotisken’raketeh (société de guerriers) de Kahnawake, d’Ohsweken (Six Nations) et d’Akwesasne. Les kanien’kehá:ka kahnistensera réaffirment l’avis de saisie qu’elles avaient envoyées à l’Université McGill en 2015, dont le campus situé sur le village iroquois précolonial d’origine a été construit grâce à des fonds iroquois jamais été remboursés et dont la valeur s’élève aujourd’hui à plus de $5 milliards.

Les allégations de tombes anonymes près de la piscine Henry Morgan derrière l’Allan Memorial Institute ont refait surface avec le témoignage de Lana Ponting, l’une des seules survivantes des expériences psychiatriques non éthiques du Dr Ewen Cameron, financées par la CIA et le gouvernement canadien entre 1954 et 1963. Craignant que ces tombes ne contiennent les restes d’enfants autochtones, comme l’ont suggéré Lana Ponting et les membres des familles d’autres survivants, les kanien’kehá:ka kahnistensera exigent l’arrêt immédiat du projet de réaffectation de l’hôpital Royal Victoria, et que l’université McGill soit considérée comme une scène de crime et fermée jusqu’à ce qu’une enquête archéologique et médico-légale menée par les autochtones détermine la présence de corps sous le sol de son bâtiment de psychiatrie.




Source: Contrepoints.media