Mai 4, 2021
Par Attaque
264 visites


Act for freedom now! / mardi 4 mai 2021

La technologie a toujours été une puissant alliée de la domination. Mais aujourd’hui on peut dire qu’elle est l’une de ses armes les plus importantes. Ainsi, la technologie a envahi tous les recoins de notre vie quotidienne. Des « téléphones intelligents », des « montres intelligentes », des « maisons intelligentes » et même des « villes intelligentes ». Tout est prêt et prédisposé pour notre confort. Derrière cet confort apparent qu’on nous a donné, il y a un business énorme. Une collecte massive d’informations sur chaque individu. Évidemment, les sociétés de téléphonie mobile ont une place de premier plan dans cette situation. Toujours disponibles pour filer des enregistrements de conversations, des messages et toute les autres informations dont elles disposent, elles ont prouvé à maintes reprises leur bonne coopération avec les institutions du pouvoir.

Un de ces exemple est la période dystopique 2020-2021. Au premier avertissement d’un « emprisonnement de masse », ces entreprises se sont empressées de réconforter les gens avec des offres de forfaits, pour dorer la pilule pour des personnes qui étaient obligés de rester chez elle. Pourtant, ils ont été et sont encore l’un des instruments fondamentaux du contrôle social, étant donné que les autorisations de déplacements sont données principalement par sms et qu’à tout moment la protection civile a la possibilité d’envoyer des messages, avec des sons ridicules de sirènes hurlantes.

Au-delà de ce contexte social et de la situation de pandémie, nous savons bien que ces entreprises fournissent aux flics les informations que ceux-ci « souhaitent », lorsqu’ils veulent intenter des nouveaux procès et déclencher des nouvelles vagues répressives. Les interceptions de conversations téléphoniques, coupées et remontées selon les intérêts de la sécurité d’état, et la surveillance des personnes à travers leurs téléphones portables ont souvent été des éléments à charge contre des combattant.e.s/des exploité.e.s. Aux quatre coins du globe, cette coopération a aidé les pouvoirs en place à localiser leurs ennemis, à les emprisonner et à essayer de les exterminer de toutes les manières.

Notre haine de ce monde pourri est en train de déchire vos frontières, de démolir vos antennes, ne laissant que de la fumée qui envoie nos signaux de solidarité. Ainsi, dimanche 25 avril, nous avons mis le feu à une voiture de COSMOTE [la plus grande compagnie grecque de téléphonie mobile; NdAtt.], sur la rue du 25 mars, à Triandria [quartier de l’est de Thessalonique ; NdAtt.].

Nous dédions cette action aux compas Monica, Marcelo, Joaquin, Juan, Pablo, José, Tomas et Gonzalo [il y a aussi Francisco qui participe à cette grève de la faim ; NdAtt.] qui, le 22 mars, ont commencé une grève de la faim dans les prisons infernales du Chili, avec les revendications suivantes :
– l’abrogation de l’article 9 et le rétablissement de l’article 1 du décret-loi n°321, qui réglemente la « libération conditionnelle » (d’un.e prisonnier.e), et qui a transformé un droit en privilège.
– La libération du camarade Marcelo, qui est emprisonné depuis plus de 25 ans pour des actions contre l’État et le capital.
– La fin de la détention préventive, qui dure jusqu’à la condamnation, des personnes accusées d’actions dans le cadre du soulèvement.
– La révision des condamnations de Marcelo et Juan, qui se fondent sur la torture, sans qu’ils aient eu le droit de se défendre.

Nous voyons que partout dans le monde notre ennemi améliore constamment ses moyens, pour cibler les individus et dans un but répressif. Ne regardons pas ailleurs, donc, en pensant que tout cela est loin de notre propre réalité. Organisons-nous, armons nos pensées et nos désirs, afin de devenir cette flamme dangereuse dont on craindra qu’elle ne brûle, à un moment donné, tous ceux qui essayent par tous les moyens de l’éteindre.

POUR L’ANARCHIE
SOLIDARITÉ AVEC LES COMPAS AU CHILI
FEU AUX CELLULES DE L’ÉTAT
NOUS N’OUBLIONS PAS EMILIA, TUÉE PAR DES VIGILES PRIVÉS
LIBERTÉ POUR VANGELIS STATHOPOULOS

Groupes de troublions pyromanes




Source: Attaque.noblogs.org