Juin 12, 2022
Par Expansive
282 visites

Le tribunal administratif de Rennes vient d’annuler le 3 juin dernier le permis de construire du projet de thalassothérapie du côté de Kerguelen à Larmor-Plage. En cause, le délai pour produire certaines pièces administratives.

Malheureusement, ce n’est que la forme qui est invalidée et pas le fond. Il faudra encore attendre la décision du conseil d’Etat si la mairie décide de le saisir. Sinon, il leur suffira de redéposer une demande de permis de construire.

GUERILLA JURIDIQUE CONTRE LE PLU

En toile de fond, la question du Plan Local d’Urbanisme (PLU), document administratif qui permet de zoner un territoire communal et lui attribuer des fonctions. Ici, c’est la potentielle urbanisation du quartier de Kerpape-Kerguelen qui est en jeu. C’est-à-dire le béton contre les quelques espaces agricoles et milieux sauvages encore restant sur la côte. Bien évidemment du côté de Rendez-nous la mer – Ar mor·Bro an Oriant, nous serons toujours du côté du vivant !

C’est déjà une première victoire d’arrachée par les associations qui ont eu la deter d’aller devant les tribunaux contester ce projet scandaleux et le PLU. Un grand merci à Tarz Héol, Les Amis des chemins de ronde du Morbihan (ACR 56), Bretagne vivante – SEPNB et l’Union pour la mise en valeur esthétique du Morbihan.

LA THALASSO, UN PROJET POUR RICHES QUI ACCENTUERA LA MISE EN TOURISME DE LA COTE LORIENTAISE

Cette thalasso, elle est pour nous au carrefour des différentes luttes que nous souhaitons porter. Parce que derrière ce potentiel projet bénéfique pour nos santés se cachent la privatisation rampante du littoral par les plus aisés, l’artificalisation des terres et donc la mise à sac du vivant, l’accentuation de la mise en tourisme de notre côte et in fine la raréfaction de l’offre de logements pour les habitant·e·s du coin.

Pour rappel, ce projet c’est un centre de thalassothérapie du groupe relai thalasso de 3000m2, trois piscines dont une à l’extérieur, un hôtel 4 étoiles de 130 chambres, deux restaurants, un espace forme, un espace réunion et banquet, et enfin un bar lounge. Le tout pour 30 millions d’euros ! Bref un vaste complexe touristique derrière le CNL et un saccage en règle des dernières terres agricoles !

Pour que la côte lorientaise puisse être un territoire où se mélange différentes populations, pour que les locaux et locales puissent continuer à y vivre, pour que nous portions des projets à même de défendre le vivant et qui mettent un frein au déreglement climatique, entrons en résistance ! Nous planchons déjà sur divers évènements sur site afin d’ancrer l’opposition sur le terrain !

Rendez-nous la mer – Ar mor·Bro An Oriant




Source: Expansive.info