Dans nos rêves les plus fous nous bloquerions massivement cette enquête pour bien leur montrer que nous ne sommes pas d’accord. Mais voilà, l’information manque et le temps passe. Alors on peut aussi poser des contributions, autant que faire se peut, pour péter un peu la « bonne ambiance » qui semble régner autour de ce projet. Ne les laissons pas pourrir nos vi(ll)es en toute impunité. C’est aussi l’occasion de toucher du doigt l’ampleur du projet qui dépasse de loin la destruction de quelques rues. C’est une transformation profonde de la ville en machine à fric qui se dessine.

Comment faire ?

Le dossier de l’enquête est disponible ici. Attention c’est énorme mais ça vaut le coup d’y passer un peu de temps pour se rendre compte de ce à quoi cela ressemble. Pour déposer vos « contributions » il faut se connecter ici. Il faudra avoir une adresse mail valide pour recevoir le lien de confirmation de votre dépôt. Il est néanmoins possible de se connecter sous TOR. Ensuite il faut savoir quoi écrire. Là, libre à vous de mettre ce que vous voulez. Il paraît que les commissaires enquêteur.es valorisent plus les avis « raisonnés » et « argumentés ». Mais bon en fait de toute façon ils s’en fichent alors pourquoi ne pas dire aussi toute la détestation de leur monde de béton, de fric et de métal brossé ? Ils/elles seront obligées de vous lire de toute façon…

Ensuite il n’est pas non plus interdit d’argumenter. Pour ça un travail de fond a été mené par l’association Chalet Roquelaine. Un article est disponible ici et mis à jour régulièrement. Vous y trouverez notamment des éléments sur l’augmentation du trafic automobile et la pollution afférente et pas seulement dans le quartier visé. Mais aussi une réflexion sur le manque d’équipement collectif prévu autour du projet ainsi qu’une série d’arguments spécifiquement contre la tour d’Occitanie.

Vous demanderez pourquoi perdre son temps à écrire des choses qui ne serviront à rien ? On fera pas semblant de croire que cette pseudo procédure « d’utilité publique » aura un impact quelconque sur des décisions déjà prises. Pourtant c’est l’occasion de vous informer, de faire circuler autour de vous l’annonce de ce qui arrive et des dégâts que le projet va occasionner dans nos vies. C’est également celle de démontrer, à l’inverse de ce que dit la Métropole, qu’il existe bel et bien une contestation et que le consensus ne règne pas autour du projet. Et puis, si vous préférez vous adresser directement aux commissaires enquêteur.es il y a des moments de rencontres prévus :

À la Mairie de quartier / Espace Bonnefoy

Mardi 23 avril / 13h30 – 16h30

Dans l’espace détente du bâtiment voyageurs de la gare de Toulouse-Matabiau

Vendredi 26 avril / 16h – 19h

Au siège de Toulouse Métropole

Mardi 30 avril / 11h – 14h

Pour info on y a été samedi 13 avril, on a bien pu discuter et comprendre le rôle limité qu’iels ont, et à la suite de notre discussion iels ont décidé de refaire un tour du quartier pour constater, comme quoi c’est pas totalement inutile.

Et enfin et surtout venez donc faire un tour au café anti TESO, au 3 rue des cheminots tous les mercredis d’avril pour s’organiser contre ce projet !