Juillet 13, 2021
Par Attaque
151 visites


ZDNet / vendredi 21 mai 2021

Après plusieurs mois de préparation, le décollage de Terralpha peut commencer. SNCF Réseau vient en effet d’annoncer le lancement de sa filiale Terralpha, dont l’objectif sera de commercialiser l’accès à son réseau de 20 000 km de fibre disséminés sur le territoire, avec l’ambition « de valoriser l’excédent de fibres disponible à travers des partenariats stratégiques, contribuant à la réduction de la fracture numérique ».

« Dès 2021, Terralpha sera en mesure de proposer une offre Ultra Haut Débit de transport de données à ses clients et partenaires, tels que les opérateurs de réseaux fixe et mobile, les hébergeurs et opérateurs de datacenters, les grands industriels dont le Groupe SNCF et les réseaux d’initiatives publiques », fait savoir la société, qui sera présidée par Anne Bosche-Lenoir et dont la direction générale sera assumée par Gabriel Chenevoy.

Si Terralpha ne devrait donc pas proposer d’offres activées, la filiale de SNCF Réseau a de nombreux atouts à faire valoir auprès de ses clients. Celle-ci va en effet commercialiser l’accès à un réseau conséquent situé en bordure de ses lignes. L’offre de la société se déploiera « progressivement » autour de Paris, Toulouse, Lille et Valenciennes avant d’être disponible à Lyon, Marseille et Bordeaux. Les capacités de transport télécom seront « de plusieurs térabits par seconde et par liaison », indique la direction de SNCF Réseau.

« La combinaison des voies ferrées rectilignes et d’une architecture dédiée au transport à grande vitesse permettent à Terralpha d’introduire des temps de latence extrêmement réduits » lors de la transmission des données, met également en avant l’entreprise. « Nous allons créer un champion de la mobilité des données, accessible à tous, partout, grâce à la connectivité Ultra Haut Débit amenée aux portes des territoires, en respectant l’environnement », a commenté la présidente de Terralpha dans un communiqué.

La création de Terralpha s’inscrit dans un contexte de déploiement généralisé de la fibre sur le territoire. Si l’année 2020 avait déjà vu la filière des professionnels de la fibre battre tous les records de raccordements, avec 5,8 millions de prises installées, l’exercice actuel se présente sous de meilleurs auspices encore. 6,2 millions de prises devraient être déployées au cours de l’année, prévoient en effet les professionnels du secteur, qui se sont même permis le luxe de dépasser les objectifs gouvernementaux en la matière, avec des prévisions de 87 % de logements raccordés à la fibre en 2022 au lieu des 80 % initialement avancés.

Nul doute que l’arrivée de ce nouvel acteur de première importance devrait encore faire avancer le déploiement de la fibre sur l’ensemble du territoire, alors que le gouvernement table sur un déploiement quasi-total d’ici à 2025.

*****

Telehouse, géant des data centers, est parmi les partenaires de Terralpha

Global Security Mag / jeudi 17 juin 2021

Telehouse a été choisi par Terralpha, la filiale nouvellement créée par SNCF Réseau et futur acteur majeur de la couverture du territoire en Ultra Haut Débit Numérique. Telehouse héberge l’écosystème le plus dense du pays, notamment au travers de son pôle de connectivité TH2 qui s’illustre par la capillarité historique d’opérateurs qui y sont disponibles. […]

Historiquement, les territoires français sont connectés à Paris via le réseau de fibre national, qui emprunte les autoroutes et les chemins de fer, géré majoritairement par des opérateurs français. Aujourd’hui, plus de 300 opérateurs sont hébergés chez Telehouse et y font transiter 54% du trafic Internet national. En étant hébergé au sein du pôle de connectivité TH2 à Paris, Terralpha pourra s’interconnecter directement avec les opérateurs et les plus grands acteurs du numérique présents. En outre, Terralpha sera en mesure de proposer à ses clients et partenaires une fiabilité et une puissance de connectivité inégalés avec des liens jusqu’à 400 Gbs/s et déployer des points de présence Ultra Haut Débit aux portes des territoires. Ces Hot Spots UHD permettront l’accès aux datacenters nationaux ou régionaux, dont ceux de Telehouse.

À ce jour, SNCF Réseau a déployé, au fil de ses travaux de modernisation, un réseau de près de 20 000 km de fibres optiques maillé sur l’ensemble du territoire. Et, ce maillage unique sur le territoire national, lié à sa pleine propriété le long des artères ferroviaires, lui confère une résilience, une sécurité et une souveraineté inédite. […]

Parallèlement, fin 2020, Telehouse a annoncé investir 1 milliard d’euros pour augmenter ses capacités de Datacenters, soutenir la souveraineté numérique européenne et faire de la France la colonne vertébrale de l’internet dans le monde. Telehouse est devenu un point de transit incontournable pour les données échangées en Europe. […]

« Nous sommes fiers de soutenir Terralpha dans ce projet ambitieux. Notre pôle de connectivité TH2 est un véritable carrefour d’interconnexions qui héberge les principaux nœuds d’échange Internet à travers le monde, ainsi que de nombreux points de présence de contenus et services numériques vitaux pour la société et pour les entreprises. Nous avons choisi d’investir massivement pour faire de Paris la 2ème ville la plus connectée au monde et pour favoriser la relocalisation du trafic Internet sur l’hexagone. Ce partenariat permettra donc aux entreprises situées sur l’ensemble du territoire de disposer d’un environnement idéal pour se connecter à leur écosystème international au travers d’un réseau privé et sécurisé » a déclaré Sami Slim, Deputy Director de Telehouse France. […]

*****

Pareil pour Equinix

extraits d’Itsocial / mercredi 30 juin 2021

Equinix annonce le renforcement de ses liens avec le Groupe SNCF, son client historique, à travers un partenariat avec Terralpha, filiale de SNCF Réseau. Cette alliance doit permettre à Equinix de louer le réseau en fibre optique de la SNCF « pour ouvrir l’accès des territoires aux performances numériques de demain ». En reliant la fibre déployée par SNCF Réseau à ses centres de données parisiens, Equinix entend augmenter ses capacités de transport de données entre Paris et les régions, et leur donner accès à tout son écosystème parisien. […]

Cet accord devrait permettre à Equinix de faire face à la demande croissante en bande passante dans les années à venir. Par anticipation, de nombreux acteurs s’engagent pour valoriser leurs infrastructures : opérateurs régionaux, opérateurs télécoms nationaux ou internationaux, nouveaux acteurs spécialisés. Les besoins des nouveaux services 5G, la vidéo à la demande (VOD), l’intelligence artificielle, le Machine to Machine, l’IoT vont imposer une densification plus locale de la gestion et du traitement des données ; on parle alors d’Edge Computing. […]

*****

extrait de l’autopromotion de DigitalSNCF / jeudi 17 juin 2021

[…] « SNCF dispose d’un patrimoine assez unique. Grâce à son réseau ferré qui permet de disposer de 35 000 kilomètres de continuité territoriale, nous avons assez tôt dans notre histoire (1990-95) basculé sur de la fibre optique au lieu du cuivre, afin d’acheminer les signaux entre les centres de circulation et les aiguilles, ce qui fait que nous sommes dotés d’un patrimoine de 20 000 kilomètres de fibre optique. Nous avons également 3000 gares et points d’arrêt, ce qui crée un large potentiel de connectivité au sein de points névralgiques pour la population. Nous avons aussi la présence d’électricité aux abords des gares et des voies, et dans le domaine du numérique, l’accès à l’électricité est stratégique » explique Gabriel Chenevoy, Directeur Réseau de Collecte et chargé de mission Terralpha au sein de e.SNCF.

La première caractéristique qui a permis la construction du projet Terralpha est le maillage territorial. « Grâce à ce maillage très étendu, nous allons pouvoir apporter l’ultra-haut débit aux portes du territoire, et en quelque sorte créer le TGV de la donnée » explique Gabriel Chenevoy.
Deuxième caractéristique fondamentale, les fibres optiques SNCF suivent les voies ferrées, donc par rapport à d’autres réseaux similaires, elles sont posées de manière assez linéaire, en continue, et droite. « Et un des enjeux clés des décennies à venir, outre la capacité de transport de la donnée, c’est la vitesse de transport de la donnée. Dans le domaine de la fibre optique, plus vous allez droit, plus vous allez vite. Ainsi, les services que Terralpha peut offrir sont dotés de très bonnes performances en termes de vitesse de transmission de la donnée, et donc d’une ultra faible latence à portée de tous » détaille-t-il.

Enfin, la SNCF dispose d’une capacité à opérer un service de confiance, car l’ensemble de ses infrastructures est souverain. « Nous sommes sur une emprise ferroviaire qui est protégée par la Suge (la surveillance générale de la sûreté ferroviaire) et les points d’interconnexion sont aussi protégées par la Suge » précise-t-il. […]

« Le futur public de Terralpha est constitué d’opérateurs et d’entreprises de services numériques – donc du BtoB uniquement. Terralpha sera un des leviers de la transformation du paysage numérique français » explique Gabriel Chenevoy.
Par exemple, une dalle numérique, qui est en cours de construction puis d’expérimentation à Saint-Pierre-des-Corps, sera prochainement développée à plus grande échelle. Elle permettra à un opérateur ou à un industriel de la donnée d’héberger sur un terrain qui a déjà de l’électricité, du haut débit télécom et de la protection, son micro datacenter, où il pourra faire ses opérations de transit de données, de calcul et de stockage. Concrètement, cette dalle numérique est une dalle de béton située à proximité des centres-villes, pour que le temps de latence soit bon, comprenant des adductions électriques, des adductions optiques et une capacité à se connecter au réseau de Terralpha. « Nous sommes donc un accélérateur de l’industrie de l’edge computing, c’est du cloud de proximité » déclare-t-il.

L’idée est également pour les collaboratrices et collaborateurs SNCF de disposer d’une connexion ultra performante, qui va notamment permettre d’avoir des activités autour de la vidéo protection qui demande beaucoup de transport de données, mais aussi d’apporter l’ultra-haut débit dans les sites industriels SNCF, et pourquoi pas à l’avenir apporter le très haut débit dans les logements sociaux opérés par SNCF. […]

*****

La fibre augmente la vitesse… du capitalisme

extrait du Monde / mercredi 7 juillet 2021

L’Internet français est discrètement passé à la vitesse supérieure au début de l’année. Une courte majorité (51 %) des 30,9 millions d’abonnements Internet fixes en France au premier trimestre 2021 sont à très haut débit, selon les derniers chiffres publiés jeudi 1er juillet par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Ils ne représentaient que 17 % de ce total début 2016.

Cette croissance rapide est essentiellement le fruit du déploiement de la fibre dans le territoire. Sur les 15,7 millions d’abonnements très haut débit recensés dans le pays début 2021, 11,4 sont des lignes fibrées de bout en bout (ou fiber to the home, FTTH), qui bénéficient en principe des meilleurs débits de connexion. Malgré la crise sanitaire, les opérateurs ont recruté de nouveaux clients pour la fibre tout au long de l’année 2020, avec près d’un million d’abonnements supplémentaires tous les trois mois.

L’offre en très haut débit s’est fortement développée en France ces dernières années, du fait des investissements massifs des opérateurs et de la puissance publique. Le plan « France très haut débit » lancé en 2013 prévoyait ainsi une enveloppe de près de 20 milliards d’euros en dix ans pour doper la filière. Et il s’est rapidement traduit dans les faits : le nombre de locaux éligibles à la fibre de bout en bout est ainsi passé de 5,9 millions en 2016 à 25,6 millions début 2021. Tandis que les connexions avec une terminaison en câble coaxial, qui offrent une performance plus limitée, ont entamé leur décrue (− 16,5 % sur un an).

« Ces chiffres traduisent l’appétence des Français pour le haut débit », se félicite la présidente de l’Arcep, Laure de La Raudière. Les différents confinements et l’essor du télétravail ont pu plaider en faveur du très haut débit [article payant ; NdAtt.]

*****

Eurre (Drôme), le 25 juin 2021 – une suggestion à reprendre

Quelques adresses utiles :

SNCF et ses voie ferrées… partout !

Telehouse Europe
137, boulevard Voltaire – Paris 11e

Cette société exploite trois sites en région parisienne (et un à Marseille.) :
• Telehouse 1 – Paris Jeûneurs. Ouvert en 1996 près de la rue du Sentier.
• Telehouse 2 – Paris Voltaire qui a ouvert en 1998
• Telehouse 3 – Magny-les-Hameaux (Yvelines). Ancien site de l’Aérospatiale.

Equinix Inc. a 5 data centers en France : Paris-Roissy, Paris-Saint-Denis, Paris-Pantin, Paris-Aubervilliers et Paris-Courbevoie.

L’Equinix Internet Exchange Paris est un point d’échange Internet français créé en 2006. Il est géré par Equinix, opérateur de centres de données.
Ses installations sont réparties sur deux sites de la région parisienne :
• Equinix PA2 est situé en Seine-Saint-Denis, au 114, rue Ambroise à Saint-Denis ;
• Telehouse 2 (voir ci-dessus), en collaboration avec Oxymium (10, rue Rochambeau, Paris IXe)




Source: Attaque.noblogs.org