Août 6, 2021
Par Expansive
235 visites


Un article du journal Oues-France relate des incidents au moment du repas, qui se sont terminés sous les gaz lacrymo.

La raison mise en avant est l’augmentation des délais de rétention (jusqu’à 2 ou 3 mois contre une dizaine de jours en temps normal), liée aux mesures anti-COVID (diminution du nombre de vol pour les expulsions).

Au-delà de ces circonstances, c’est surtout toute la politique de gestion des exilé.es qui est en cause…




Source: Expansive.info