Juin 3, 2022
Par Basse Chaine
187 visites

Lundi 30 puis mardi 31 Mai des Ă©tudiant.e.s de l’Ecole SupĂ©rieire des Beaux Arts d’Angers ont Ă©tĂ© Ă  la rencontre du conseil d’administration des 3 Ă©tablissement du TALM (Tours, Angers, Le Mans). Des Ă©changes avec l’élue angevine Ă  la culture et les diffĂ©rents Ă©lus du conseil d’administration ont eu lieu sans que rien de positif n’en ressorte.

TALM en lutte a Ă©crit un texte et sorti une pĂ©tition pour que les conditions actuelles de l’école des beaux arts soient enfin publiques !

Lettre ouverte aux Ă©lu.es du Conseil d’Administration :

“Notre directeur d’école des Beau Arts d’Angers est en arrĂȘt maladie depuis le 18 Mai 2022.

Dans un contexte de souffrance au travail généralisé qui dure depuis bientÎt 1an, nous sommes trés inquiÚt.es de sa situation.

Les équipes pédagogiques, administratives, techniques et les étudiant.es de TALM-Angers soutiennent leur directeur, son projet et ses choix pédagogiques.

En 18 mois, Antoine RĂ©guillon a :

- valorisĂ© le patrimoine industriel du site en ouvrant avec l’Usine Giffard, la galerie d’art La Distillerie au sein de l’école (+30 000€ pour l’établissement)

- mis en place la formation « RĂ©gie de l’Art Â» ouverte aux Ă©tudiant.es des filiĂšres techniques (+4000€ par Ă©tudiant concernĂ© pour l’établissement)

- initiĂ© un dispositif de professionnalisation pour TALM « Les Affluentes Â» dont un rĂ©seau de rĂ©sidences angevines d’artistes diplomĂ©.es avec l’école d’art du Choletais, Fontevraud, le Centre d’Art LE MAT et EmmaĂ»s 49, acteurs du territoire dans un cadre de professionnalisation et le relais d’opportunitĂ©s auprĂšs de ces jeunes artistes qui ont abouti Ă  des rpojets en partenariat avec la ville d’Angers, de Saumur et de Cholet.

- mis en place d’un parcours de master ECRAN de CinĂ©ma d’animation avec le festivale PREMIER PLAN et la NEF de Fontevraud impliquant la crĂ©ation d’un atelier technique « la Maison de l’Image Â» au sein de l’école ;

- Soutenu la rĂ©habilitation ’d’un espace de projection « salle KINOS Â» qui, en parallĂšle a permis le dĂ©veloppement de partenariat avec l’association CinĂ©ma d’Afrique, l’accueil de formations et ateliers du PĂŽle des Arts Visuels.

- AccompagnĂ© avec les enseignant.es concernĂ©.es le projet PATERN de double master en partenariat avec Polytech ;

- Mise en place des actions sociales en direction des quartiers d’Angers Ă  travers les cours publics et des Ă©tudiant.es/professeur.es et diplomĂ©.es de l’école.

- RenforcĂ© des partenariats historiques et locaux mais dĂ©laissĂ©s ces derniĂšres annĂ©es comme le CNDC, le PAD, l’UniversitĂ© d’Angers ou encore les musĂ©es d’Angers.

ParticipĂ© au dynamisme et au dĂ©veloppement du secteur des arts visuel d’Angers sur demande de son Adjoint Ă  la Culture, notamment en participant Ă  des rencontres professionnelles commes des journĂ©e d’études ou encore des jurys.

- Permis la mise en valeur et la concrĂ©tisation de la transversalitĂ© et de la signularitĂ© des enseignement propres Ă  cet Ă©tablissement.

- ContribuĂ© au dialogue et Ă  une coopĂ©ration entre les Ă©quipes administratives, techniques, pĂ©dagogiques et les Ă©tudiant.es TALM-Angers, chose inĂ©dite depuis la crĂ©ation de l’école en Etablissement Public de CoopĂ©ration Culturelle.

Nous Professeur.es, équipes administratives et techniques et étudiant.es souhaitons que se poursuive et se contruise le travail engagé depuis son arrivée dans un climat serain.

Nous estimons que des fonds nĂ©cessaires doivent ĂȘtre allouĂ©s Ă  son projet et nous lui accordons toute notre confiance quant Ă  sa gestion financiĂšre.

La direction gĂ©nĂ©rale des 3 Ă©tablissement de l’ESAD TALM (Angers, Tours, Le mans) laisse planer le doute sur une mauvaise utiliation de l’argent public ; or, nous constatons que l’argent utilisĂ© par notre Ă©tablissement sert uniquement aux projets de notre Ă©tablisement :

- professinnalisation des Ă©tudiant.es par le dĂ©veloppement des monitorats.

- PĂ©rennisation des postes prĂ©caires, dans un dialogue social toujours renouvelĂ©.

- Partenariats pour des projets d’envergure et concrets dont les bĂ©nĂ©fices pour le Ă©tudiant.es et le Ă©quipes sont Ă©vidents et immĂ©diats et qui participent au financement de l’école d’Angers.

- Engagement dans un rĂ©el projet artistique digne d’une Ă©cole d’art, tant au niveau local qu’international.

A l’heure oĂč nos Ă©tudiant.es passent leur diplĂŽme, par la dĂ©cision arbitraire de la Direction GĂ©nĂ©rale et de la Direction Administrative et FinanciĂšre de fermer toute les lignes budgĂ©taires de l’école d’Angers, ielles se retrouvent dans l’impossibilitĂ© de travailler dans des conditions acceptables :

- Plus de nouveaux livres en bibliothĂšque

- Plus d’impressions

- Plus de bois ni de terre

- Plus de papier ni d’encre

- Plus de matĂ©riels ni de produits

- Plus de remboursements des frais engagĂ©s

La Direction Générale, élue sur un projet pédagogique fantÎme, impose une vision sans collégialité, déconnectée des réalités que notre directeur et nous éprouvons sur le terrain au quotidien.

Vous, Ă©lu.es et membres du Conseil d’Administration de TALM, n’écoutez qu’une seule voix.

Il est temps que nous fassions entendre publiquement la nÎtre. Nous nous tiendrons aux cÎtés de notre directeur envers et contre tous, pour défendre son projet qui est le nÎtre.

Pour nous soutenir : Signez la pĂ©tition !

Plus de 400 signatures on dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©coltĂ©es, soutenons la lutte !




Source: Basse-chaine.info