Décembre 9, 2020
Par Le Pressoir
338 visites


C’était samedi 26 septembre au matin, ça nous a fait du bien de croiser des mots de colère peints sur les murs autour du chateau de Florac, siège du Parc National des Cévennes.

C’était le week-end anniversaire des 50 ans du P.N.C, dans sa petite “capitale”. Ils ont été effacés en urgence, pour les photos des cérémonies probablement. Il n’en reste pas de traces, en voilà une.

On pouvait lire à peu près :

“LE PARC EST UN FLIC, POINT BARRE”

“BUREAUCRATES, POLITICIENS, LEUR ECOLOGIE SERT DE CAUTION À CE MONDE POURRI”

“CE QUE JE CROIS SAISIR JE LE BROIE. QUI SUIS-JE ?

UN TOURISTE, UN NATURALISTE, OU LES DEUX”

“PARC NATIONAL, MUSEE DU CAPITAL”




Source: Lepressoir-info.org