L’intersyndicale Educ 31 se félicite de la mobilisation lors de la journée de grève du 10 novembre. Nous étions plus de 200 réunis en Assemblée Générale sous l’Arche Marengo et un millier dans la manifestation qui a suivi pour exprimer notre colère face à des conditions de travail disloquées et face à un gouvernement qui refuse de protéger efficacement les personnels et les élèves, et de prendre en compte les revendications des personnels en terme de postes et de classes.

Les dédoublements obtenus par les enseignants en lycée et dans quelques collèges ne sauraient suffire à remplir les conditions nécessaires à la réussite scolaire de touˑteˑs les élèves. Comme nous avons pu le constater lors du confinement du mois de mars, l’enseignement hybride provoque l’explosion de nos Obligations Réglementaires de Service par le double travail qu’il impose et aggrave les inégalités entre les établissements et entre les élèves.

Dans le premier degré, avec la mise en place du dernier protocole, les conditions de travail se sont encore dégradées, conduisant à une surcharge de travail et à une pression intenable pour l’ensemble des personnels, notamment pour les directeurs et directrices d’école. Le manque de remplaçantˑeˑs est criant. Les classes largement surchargées rendent impossibles les gestes barrières. Le port du masque en élémentaire est une entrave pédagogique majeure pour les enseignantˑeˑs comme pour les élèves.

Et pourtant malgré ces conditions intenables, aucun poste supplémentaire, aucun recrutement urgent des « listes complémentaires au concours », aucun recrutement AESH et statutaire n’est envisagé par le gouvernement. Il est grand temps de donner les moyens nécessaires au bon fonctionnement du service public d’éducation !

C’est pourquoi l’intersyndicale Educ 31 considère que l’heure est à poursuivre et à amplifier la mobilisation jusqu’à satisfaction des revendications, avec au centre la création urgente et massive de postes pour nous permettre de continuer à faire notre métier dans des conditions de travail respectant la santé physique et psychique des personnels et des élèves, pour que l’école puisse scolariser ses élèves à temps plein sur l’ensemble de leurs disciplines. L’intersyndicale exige le recrutement immédiat de tous les candidats inscrits sur les listes complémentaires et le réabondement de celles-ci, l’admission de tous les admissibles aux concours de l’an dernier, le réemploi et la titularisation de touˑteˑs les contractuelˑleˑs, la création massive de postes d’AESH, de personnels médico-sociaux, d’agents territoriaux et d’AED.

Cette période d’épidémie renforce l’urgence de répondre à ces revendications déjà largement exprimées par les collègues depuis de nombreuses années. Alors que les réformes successives n’ont eu de cesse de diminuer année après année le nombre de postes et que le gouvernement prévoit d’en supprimer encore 1800 à la rentrée 2021 dans le secondaire pour 20000 élèves supplémentaires, il est grand temps que le ministre réponde aux revendications des personnels !

L’intersyndicale 31 appelle d’ores et déjà les collègues à se réunir en AG, HIS et RIS pour établir

précisément les besoins en termes de postes, de classes et d’heures de cours et rédiger les cahiers de revendications pour chaque établissement.
Elle soutient toutes les initiatives qui iront dans ce sens. Elle condamne toute violence policière et répression d’Etat qui pourraient survenir lors de ces mobilisations, en particulier envers les lycéens et appelle à se rassembler mardi 17 novembre à 18h au Monument au Morts CONTRE le projet de loi de Sécurité Globale.

Enfin, l’intersyndicale 31 appelle à participer à la journée SANTÉ prévue le samedi 21 novembre qui fait suite à celle du samedi 7 novembre qui a réuni 5000 manifestants. Nos revendications dans les écoles et dans les hôpitaux sont les mêmes.

A l’hôpital on veut des personnels et des lits, à l’école on veut des postes et des classes

L’intersyndicale Educ 31 revendique :

  • Des moyens humains et matériels à la hauteur des besoins du service public d’éducation et en soutien à tous les autres services publics démantelés : création rapide et massive de postes, de classes, etc. ;
  • Le respect de nos métiers et de nos missions ;
  • Des mesures de protection de l’ensemble des personnels ;
  • Des conditions de travail dignes de tous les personnels (agents des collectivités territoriales, AESH, AED, enseignantˑeˑs contractuelˑleˑs) ;
  • L’abrogation des contre-réformes, l’abandon des projets de loi néfastes et l’arrêt des évaluations standardisées imposées ;
  • La hausse immédiate des salaires et des pensions sans contrepartie et l’ouverture immédiate de négociations en vue d’un rattrapage de la perte de pouvoir d’achat subie depuis 2000 ;
  • Des conditions d’études et de vie des élèves sous la covid 19 et en général, respectueuses de leur santé physique et psychique ;
  • Le respect des libertés et des droits, la levée des poursuites contre les personnels, militantes et militants syndicaux, et l’arrêt de la répression contre les lycéenˑneˑs.



Source: Iaata.info