https://florealanar.wordpress.com/2019/05/10/conference-de-presse-a-la-librairie-publico/

Agression au couteau au siège de la Fédération anarchiste

3 mai 2019 par Floréal

Une attaque au couteau a eu lieu hier (2 mai) à la librairie Publico, siège de la Fédération anarchiste (FA). Christophe, un militant présent, rencontré à plusieurs reprises avec les amis de l’émission « Ras-les-murs », dont il fait partie, a en effet été agressé par un individu arrivé peu de temps après l’ouverture de la boutique. Ce camarade a été atteint à la tête. Il devrait subir prochainement une opération, selon des informations que m’ont transmises des amis de la FA.

Toute ma sympathie est acquise à Christophe, cela va de soi, ainsi qu’à l’ami Laurent, permanent de longue date de la librairie, présent sur les lieux au moment de cette agression et qui en a bien sûr été lui aussi très choqué.

Floréal

10 mai 2019 par Floréal

Il eût été incongru de reprendre en chœur le célèbre refrain « Ils sont venus, ils sont tous là », appliqué aux médias, lors de la conférence de presse à laquelle la Fédération anarchiste les avait conviés jeudi 9 mai à la librairie Publico, siège de cette organisation. Seule l’envoyée du journal 20 Minutes était présente, en effet, malgré une centaine d’invitations envoyées à la presse. Cette absence était d’autant plus surprenante que depuis quelques mois, vous l’aurez remarqué, lesdits médias se sont montrés hypersensibles à la question de la violence. Or, ils avaient là de quoi trouver matière à se mettre sous la plume, puisque cette réunion était consacrée à l’agression au couteau ayant eu lieu le 2 mai dans cette même librairie. Il faut croire que la tentative d’assassinat d’un militant anarchiste pèse de peu de poids, journalistiquement parlant, au regard d’une prétendue « intrusion violente » de barbares prêts à achever jusque dans leur lit d’hôpital des malades en salle de réanimation.

C’est donc principalement devant des militants et des sympathisants libertaires que s’est tenue cette conférence de presse, où la librairie Quilombo, la Libre-Pensée et Alternative libertaire étaient également représentées. L’ami Ramon a rappelé le plus exactement possible les faits survenus, de l’agression elle-même jusqu’au départ des équipes de la police scientifique. Hugues a pour sa part souligné le désintérêt manifeste des médias envers cette affaire, rappelant que toute la presse avait par exemple évoqué la récente opération commando de militants véganes contre une boucherie parisienne, dont la seule victime fut l’étal de viandes diverses proposées à la clientèle, alors que pas une ligne n’avait été écrite jusque-là sur ce qu’il faut bien appeler une tentative de meurtre. Hugues prit soin de rappeler également que s’il est arrivé parfois à des agités d’extrême droite d’entrouvrir la porte de la librairie et de lancer un slogan stupide avant de partir en courant, jamais une agression d’une telle gravité n’avait eu lieu depuis l’attentat à la bombe, revendiqué par l’OAS, qui, le 3 mars 1962, détruisit la librairie, alors située rue Ternaux, dans le XIe arrondissement de Paris. Hélène a quant à elle rappelé que Publico n’était bien sûr pas qu’une simple librairie comme il y en a des dizaines dans la capitale, mais aussi le siège de la Fédération anarchiste, de Radio-Libertaire et du journal Le Monde libertaire, un lieu organisateur d’activités militantes et culturelles diverses, point de rendez-vous des libertaires de France et de l’étranger de passage à Paris.

Les personnes présentes ont débattu, avec les animateurs de la conférence « de presse », de la personnalité de l’agresseur et de ses motivations. Acte politique ou de déséquilibré ? On sait que l’individu en question n’a proféré aucune parole avant, pendant ou juste après l’agression et sa fuite. On sait également qu’une demi-heure après être passé à l’acte, son auteur – du moins suppose-t-on qu’il s’agit de la même personne – a téléphoné à la librairie et s’est exprimé en ces termes : « Enculés d’anarchistes, vous avez appelé la police. » Il est donc permis de supposer que cette personne ne fait guère preuve d’un amour débordant pour les anarchistes, d’une part, et qu’il était resté dans les environs, d’autre part, après avoir commis cet exploit magnifique qui consiste à poignarder un homme dans le dos.

Les animateurs de la conférence ont signalé par ailleurs qu’ils n’avaient pour le moment aucun renseignement quant à l’enquête en cours, et que la Fédération anarchiste avait par ailleurs reçu quantité de messages de sympathie et de soutien émanant de personnes isolées comme d’organisations politiques, syndicales ou culturelles. En attendant le retour des deux camarades présents lors de l’agression – l’agressé lui-même, Christophe, ainsi que Laurent, le permanent de la boutique –, tous deux toujours très choqués, la librairie Publico reste ouverte, où se succéderont des bénévoles pour les remplacer temporairement, et les diverses activités qui y étaient prévues sont maintenues.

Je souhaite pour ma part, avant tout, un rétablissement le plus rapide possible des deux copains Christophe et Laurent, et m’associe bien sûr à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont condamné cet acte particulièrement dégueulasse et manifesté leur soutien à ce lieu indispensable qu’est la librairie anarchiste Publico.



Floréal


Article publié le 10 Mai 2019 sur Mondialisme.org