Eisenjugend Schweiz est un groupe nĂ©o-nazi suisse-allemand fondĂ© en janvier 2020 Ă  Winterthour. Le type de nĂ©o-nazisme que prĂ´ne le groupe porte le nom d’accĂ©lĂ©rationnisme : la vision selon laquelle la sociĂ©tĂ© actuelle est irrĂ©cupĂ©rable et doit ĂŞtre poussĂ©e vers l’effondrement par tous les moyens afin d’établir une nouvelle sociĂ©tĂ© fasciste. C’est dans cette optique que, sur leur canal Telegram, Eisenjugend va partager le manifeste du terroriste de Christchurch ou encore faire la lecture de textes de James Mason, un nĂ©o-nazi amĂ©ricain qui fait la promotion d’une « rĂ©sistance sans leader Â», de la formation de cellules terroristes et d’une « rĂ©volution blanche Â». Eisenjugend souscrit Ă©galement Ă  la thĂ©orie conspirationniste nĂ©o-nazie du gĂ©nocide blanc, selon laquelle les juif.ve.s comploteraient secrètement en vue de l’élimination de la « race blanche Â» [1].

Eisenjugend est la branche suisse d’Iron Youth, un groupuscule accĂ©lĂ©rationniste amĂ©ricain crĂ©Ă© par un adolescent californien en aoĂ»t 2018 [2].

Ă€ gauche : le logo d’Iron Youth, Ă  droite : le logo d’Eisenjugend Schweiz.

Sur Telegram, Iron Youth a confirmé qu’Eisenjugend Schweiz était bel et bien la branche suisse du groupe. Il est précisé qu’Iron Youth donne carte blanche à Eisenjugend dans tous les domaines, sauf celui de l’idéologie. Selon le fondateur d’Eisenjugend, Iron Youth a aidé à la mise en place du groupe à ses débuts.

Les archives des publications Telegram en question.

Avant qu’Eisenjugend n’efface l’intĂ©gralitĂ© de ses rĂ©seaux sociaux, ses activitĂ©s consistaient principalement en la diffusion de propagande sur Internet. Le groupe a Ă©galement menĂ© quelques actions locales comme le collage d’autocollants antisĂ©mites dans le pĂ©rimètre de plusieurs universitĂ©s zurichoises et la perturbation de cours universitaire en ligne par des insultes racistes et des slogans nazis, notamment le 20 avril pour l’anniversaire d’Hitler. Des membres d’Eisenjugend s’en sont Ă©galement pris Ă  des manifestantes lors de la JournĂ©e internationale des femmes du 8 mars 2020 [3].

[LIRE LA SUITE ICI]


Article publié le 28 AoĂ»t 2020 sur Lahorde.samizdat.net