Photo du syndicat Solidaires Étudiant·e·s Montpellier

Doona, une Ă©tudiante trans de 19 ans, s’est suicidĂ©e le 24 septembre Ă  la gare Saint-Roch de Montpellier. Des mobilisions contre la transphobie sont prĂ©vues dans toute la France. Le Crous, pointĂ© du doigt, rejette toute responsabilitĂ©.

« Nous exigeons que le Crous reconnaisse ses fautes »

Dans un communiquĂ©, plusieurs organisations et syndicats, dont Solidaires Étudiant·e·s et le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier, dĂ©noncent la responsabilitĂ© du Crous : l’étudiante en psychologie Ă  la facultĂ© Paul-ValĂ©ry « avait [
] dĂ©jĂ  fait plusieurs tentatives de suicides chez elle Ă  la citĂ© Universite Vert-Bois, dont les Ă©quipes Ă©taient au courant. [
] Le Crous lui a explicitement dit que si elle retentait de se suicider, ils lui retireraient son logement et enlĂšveraient ses bourses. [
] Nous exigeons que le Crous de Montpellier reconnaisse ses fautes. »

Des accusations niĂ©es par la rectrice Sophie BĂ©jean : « Cette Ă©tudiante [
] avait bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un accompagnement renforcĂ© de la part des services sociaux, comme des personnels assurant la gestion de la rĂ©sidence du Crous de Montpellier-Occitanie, Ă©galement Ă©prouvĂ©s par ce drame et auxquels le soutien s’adresse Ă©galement ».

Maltraitance institutionnelle des personnes trans

Le monde mĂ©dical est aussi pointĂ© du doigt : « Lors de ses prises en charge Ă  l’hĂŽpital, [elle a Ă©tĂ© emmenĂ©e aux urgences le 19 septembre par les pompiers], elle a subi une maltraitance mĂ©dicale importante dĂ» Ă  la transphobie portĂ©e par le personnel soignant, ce qui l’a poussĂ©e Ă  s’enfuir avant d’avoir reçu tous les soins adaptĂ©s. » Un rapport, publiĂ© en 2014 par le comitĂ© IDAHO et l’association « RĂ©publique & diversitĂ© », confirme la rĂ©alitĂ© de ce phĂ©nomĂšne : « 16% des trans se sont vus refuser des soins du fait de leur transidentitĂ© en 2010. [
] 35% des personnes trans ont [
] renoncĂ© Ă  des soins de peur de prĂ©jugĂ©s ou de discriminations Ă©manant du corps mĂ©dical. [
] 65% des personnes sollicitĂ©es ont subi des propos ou des actes transphobes de la part du monde mĂ©dical. Â»

Une maltraitance institutionnelle d’autant plus dramatique que « les personnes transgenres font face Ă  des facteurs de stress particuliers, comme le stress ressenti lorsque leur identitĂ© de genre n’est pas affirmĂ©e – [on notera d’ailleurs que le site Actu.fr a d’abord parlĂ© d’un jeune homme en parlant de Doona, lui niant ainsi sa qualitĂ© de femme]. Les personnes transgenres subissent Ă©galement des incidences plus Ă©levĂ©es de discrimination et de harcĂšlement que leurs homologues cisgenres et, par consĂ©quent, ont une moins bonne santĂ© mentale. Elles sont Ă©galement plus Ă  risque de se suicider, car elles sont deux fois plus susceptibles de songer au suicide et de faire une tentative de suicide que les personnes [lesbiens, gays et bis] », selon cette fiche d’information bien documentĂ©e sur les personnes transgenres et le suicide.

Mobilisations Ă  Montpellier, Toulouse, Rouen, Bordeaux, La Rochelle, Paris

Des organisations et des syndicats appellent Ă  un rassemblement le lundi 28 septembre Ă  midi devant le Crous de Montpellier, Ă  Boutonnet : « Nous demandons la justice pour Doona » et « que le Crous de Montpellier [
] prenne des mesures concrĂštes : la formation des personnels [
] aux questions LGBTI+ [
], l’impossibilitĂ© pour le Crous d’exclure les Ă©tudiant·e·s de leurs logements [
], la crĂ©ation de cellules psychologiques non-mixtes LGBTI+ [
], la crĂ©ation d’une commission contre les discriminations [
], ainsi qu’un fond d’aide aux personnes trans ».
Le collectif « FiertĂ© Pride Montpellier Â» appelle Ă  se rassembler le 30 septembre Ă  partir de 14h devant la gare Saint-Roch pour « dĂ©poser, tout au long de l’aprĂšs-midi, en signe de soutien aux proches et Ă  la famille de Doona, une bougie, une fleur, une pensĂ©e, un moment de recueillement Â».

D’autres mobilisations sont prĂ©vues : le 26 septembre Ă  13h30 place du Capitole Ă  Toulouse, le 28 septembre Ă  12h45 au Crous de Bordeaux (rue du Hamel) et Ă  13h Ă  La Rochelle au parvis Fernand Fraudel, le 29 septembre Ă  14h devant le Crous de Rouen (135 Boulevard de l’Europe), le 17 octobre Ă  Paris. Liste non-exhaustive actualisĂ©e sur cette discussion twitter.


Article publié le 25 Sep 2020 sur Lepoing.net