À n’en pas douter, le mouvement social qui s’annonce a de quoi inquiéter les autorités. La manif de jeudi à Paris s’annonce comme un premier test. En ce sens, et afin de tenter de tuer dans l’œuf une nouvelle révolte massive et une giletjaunisation de la grève contre la réforme des retraites, la préfecture de Paris a opté pour un parcours sur mesure répressive : gare de l’Est-République-Nation.

C’est un parcours piège, dont la seule vocation est de permettre aux keufs de pouvoir procéder à un maintien de l’ordre agressif qui porte la signature du préfet Lallement, fait de lacrymos, LBD, BRAV, charges de CRSGM et arrestations ciblées : terreur sur le cortège. La stratégie des pouvoirs publics est simple : isoler le cortège de tête du reste de la manif dès la place de la République (c’est-à-dire avant même le départ de la manifestation puisque la foule sera certainement suffisamment nombreuse pour combler la distance gare de l’Est-République). Les keufs vont jouer la carte de l’affrontement sur le terrain qu’ils auront choisi, c’est-à-dire cette foutue place, terrain de jeu préférentiel des excités de la gâchette et des gradés en salle de commandement. Par conséquent, ne faisons pas le jeu de la préf’ avec un cortège de tête clairement identifiable, mais multiplions les points de tensions. De là naitront peut-être des opportunités de débordement si nous le souhaitons.

Attendus place de la République, soyons plus malins, en restant par exemple diffus au sein de la manif, plutôt que de former un bloc de tête gérable pour les flics. Mélangeons-nous le plus possible avec le reste des manifestants en gardant un œil attentif sur le SO de Force ouvrière qui sera méchamment hostile, véritable supplétif policier qui tentera de faire régner l’ordre au sein du cortège.

Enfin, l’arrivée place de la Nation est un nouveau guet-apens, qui s’apparente à un véritable stand de tir. Pourquoi ne pas l’éviter, en tentant de refluer et de déborder le dispositif policier ?

Bref, prévenez vos potes, méfiance et intelligence tactique doivent nous guider jeudi. Restons solidaires et unis, des opportunités tactiques apparaitront sûrement ! Et gardons en tête que la lutte s’annonce longue.

Courage à tous et toutes et bonne manif !

Quelques manifestant·e·s


Article publié le 04 Déc 2019 sur Paris-luttes.info