182 visites

A l’approche d’une date symbolique, l’UCL participe à l’action de protestation de la gauche kurde à proximité des institutions européennes.

Le 25 juin cela fera exactement dix ans que des militantes de la gauche kurde ont planté leurs tentes à proximité du Parlement européen, à Strasbourg, pour réclamer la libération d’Abdullah Öcalan et une solution politique à la question kurde. Ils et elles se relaient de semaine en semaine sous la pluie, le vent, la neige ou – comme à l’heure actuelle – sous un soleil de plomb. A l’approche de cet anniversaire, ils et elles reçoivent le renfort d’internationalistes venu·es de Belgique, de France, d’Allemagne et du Mexique.

La date du 25 juin, c’est aussi celle, à quelques jours près, du traité de Lausanne de 1923 qui a entériné la fondation de l’État-nation turc et la négation des minorités en son sein, dont le peuple kurde, condamné à subir de véritables politiques de colonisation intérieure.


Les veilleuses, veilleurs, et leurs soutiens, juin 2022.

Pour une solution politique au Kurdistan

Contre cette oppression, la gauche kurde cherche à construire un projet d’émancipation nommé « confédéralisme démocratique », qui s’appuie sur la solidarité entre les peuples, le féminisme, l’écologie et la démocratie directe. Ce projet d’émancipation remet en cause l’autorité des États et cherche à construire la paix, là où ceux-ci cherchent à étendre leur sphère d’influence par la guerre et la répression. Aucune solution politique ne peut exister tant que les opposantes et opposants à Erdoğan – dont le très symbolique Abdullah Öcalan –, subissent une répression terrible et croupissent en prison.

Aujourd’hui la tension est plus grande que jamais, avec une attaque turque sur le nord de l’Irak. Pour éliminer le mouvement kurde, Erdoğan fait usage d’armes chimiques directement contre des civils. Ces crimes font craindre le pire à l’Administration autonome de Syrie du nord-est où, sous le régime du confédéralisme démocratique, vivent conjointement par les populations arabes, kurdes, syriaques, turkmènes et autres.

Ce projet de paix et d’émancipation démocratique qui s’oppose à la domination du capitalisme et des États rencontre un grand écho à travers le monde. « Le peuple kurde a pour seules amies ses montagnes » dit l’adage. Pour le démentir, des camarades internationalistes de différents pays se sont rassemblés à Strasbourg cette semaine et jusqu’au 25 juin pour poursuivre symboliquement la veille jusqu’à son dixième anniversaire. L’UCL est fière de pouvoir y participer et de réaffirmer une fois de plus son soutien à la révolution kurde.

Strasbourg, le 25 juin 2022

En octobre 2021, la police avait attaqué le sit-in devant l’église Saint-Maurice de Strasbourg.


Enchaînement devant le Parlement européen, en avril 2022.




Source: Unioncommunistelibertaire.org