Ce soir encore des militants connu pour avoir réquisitionné le restaurant de Saint Barthélémy pour y organiser une aide alimentaire pour les plus précaires pendant le confinement, ont été jugé. Ils ont été condamnés à 4 mois avec sursis et 400 euros d amendes

Une GAV qui fait suite à la plainte d’un propriétaire d’un McDo marseillais, qui prétend avoir été agressé par les militants. Une accusation absurde comme tant d autres contre des militants syndicalistes, gilets jaunes, ou encore des personnes qui ont décidé de se prendre en charge et de ne plus subir les attaques du gouvernement. En réalité, il s’agit d attaques en vue d affaiblir les différentes convergences qui se font un peu partout en france entre différents collectifs.

Des attaques qui semble donc s’inscrire dans une longue série d’intimidations contre les militants, et face à laquelle nous exigeons l arrêt et le retrait de toutes les poursuites !

Stop aux violences politiques !!

Stop à la répression !!!

Appel Facebook de Marseille contre les violences policières

Appel de Sud Solidaires 13 : Soyons solidaires contre la répression !

Ils sont sortis libres du tribunal mais condamnés. Sursis, probation, amende, la répression est là mais nos solidarités sont fortes ! Nous étions plusieurs centaines devant le tribunal aujourd’hui et nous serons plusieurs milliers samedi ! communiqué.

Kamel Guemari et A. ont été déférés aujourd’hui au Parquet, pour une affaire pourtant mineure, mais qui semble montée en épingle pour nuire à ces deux militants syndicaux. Ils sont sortis libres mais condamnés à de la prison avec sursis, avec une période probatoire.

Nos deux amis sont particulièrement connus pour leur combat syndical et la réquisition du Mc Do de St Barthélémy, qui a permis de nourrir des milliers de foyers depuis le début du confinement en l’absence d’action suffisante des pouvoirs publics.

L’ombre de McDo plane derrière cette affaire. Sans nous prononcer sur fond, la sévérité de l’opération policière (près de 24h de garde à vue, interpellation à domicile…) nous inquiète et nous choque. Ce deux poids–‐deux mesures est inadmissible : les militants de la solidarité sont attaqués tandis que les escrocs restent libres.

À Marseille, il est devenu courant que les acteurs de la solidarité soient ainsi attaqués : descente policière et garde à vue à Maison blanche l’été dernier après l’incendie ; arrestation et procès (le 2 juillet prochain) de Kevin du Collectif du 5 novembre ; amende contre Emmaüs en décembre dernier ; descente policière contre le Collectif El Manba et le marché rouge pendant le confinement ; tentatives d’expulsion du squat St Just ; arrestation et garde à vue des cyclistes manifestants le mois dernier (dont Greg, de la plate-forme Aouf) ; désormais Kamel Guemari et A.

Sans oublier les dizaines de syndicalistes, de Gilets Jaunes arrêtés, condamnés, mutilés, ni la répression quotidienne et les crimes policiers dans les quartiers populaires contre lesquels le monde entier se soulève désormais.

Si cette liste donne le tournis, c’est qu’il ne s’agit pas d’une série de faits isolés mais bel et bien d’une stratégie qui vise à faire taire les acteurs de solidarité, lorsqu’ils se soulèvent contre la misère qui s’étend et pour défendre nos droits.

Nous affirmons notre soutien plein et entier à Kamel Guemari et A. et appelons à renforcer toutes les solidarités contre les répressions policières, judiciaires, administratives, syndicales et politiques.

Samedi RDV 19h au Vieux-Port de Marseille contre le racisme, les violences policières et pour la justice sociale


Article publié le 26 Juin 2020 sur Mars-infos.org