Juin 23, 2016
Par Union Syndicale Solidaires
155 visites


Les organisations syndicales FO, CGT, FSU, Solidaires dénoncent les méthodes iniques employées par un gouvernement aux abois à l’encontre du mouvement social : intimidations, répressions, criminalisation. Elles exigent l’arrêt immédiat de ces méthodes et l’abandon de toutes les poursuites contre les militants engagés contre la Loi Travail.

Quand la démocratie est bafouée, qu’une poignée d’individus illégitimes veulent imposer une loi régressive, les forces du progrès social que nous incarnons sont en légitimes défense.

Partout en France le combat mené contre le projet de Loi Travail, en particulier par les travailleurs et leurs organisations syndicales, fait l’objet d’intimidations systématiques. Les exemples dans le Bas-Rhin ne manquent pas :

mardi 14 juin, jour qui a vu déferler sur Paris une vague protestataire impressionnante, les militants de Solidaires ont subi un contrôle d’identité doublé d’une fouille en règle avant leur départ en car Place de l’ÉtoileRetour ligne automatique

une militante CGT de Strasbourg a fait l’objet d’une interdiction de manifester à Paris par arrêté préfectoral pour des motifs fallacieuxRetour ligne automatique

à ce jour, cinq militants de l’Union Locale CGT de Haguenau ont été convoqués à Hôtel de Police pour avoir participé à une action intersyndicale le 19 mai dernier, dans le cadre d’une journée de mobilisation nationale

Les organisations syndicales dénoncent l’autoritarisme de l’État qui par la voix d’un premier ministre prétendument socialiste menace de frapper d’interdiction les manifestations à venir contre la loi Travail.

Les intimidations, la répression et l’instrumentalisation des violences par ce gouvernement qui tente coûte que coûte de discréditer et de museler notre juste colère n’y feront rien.

Ces agissements ne sont pas dignes d’une République sociale.

Les organisations syndicales restent mobilisées et déterminées à obtenir le retrait total de ce texte contesté de toute part. C’est pourquoi elles continueront d’appeler à se mobiliser et à manifester malgré les menaces et les intimidations.

Strasbourg, le 20 juin 2016




Source: