Depuis le mois de Novembre 2019 des personnes s’organisent et vivent à la Maison du Peuple de Saint-Nazaire [n°2] et alentours.

Ce bĂątiment, propriĂ©tĂ© de la CarĂšne, est abandonnĂ© depuis une dizaine d’annĂ©es, alors que de nombreuses personnes sont mal logĂ©es ou sans logement.

La Maison du Peuple est devenue un espace de rencontres, de culture, d’hĂ©bergement et de soutien pour toutes les personnes dĂ©sireuses d’envisager d’autres possibilitĂ©s d’échange et d’entraide.
Pendant la crise sanitaire rĂ©cente, elle a eu un rĂŽle fondamental pour des dizaines de personnes. Le 115, n’ayant plus d’hĂ©bergements Ă  proposer, a mĂȘme orientĂ© des gens vers la Maison du Peuple !

Mercredi 8 juillet, notre avocate nous a annoncé que le lieu ne serait pas expulsable avant la mi-octobre, ce qui constitue une immense victoire pour la vingtaine de personnes résidentes du lieu, ainsi que pour les nombreuses nazairiennes et nazairiens impliqué.e.s depuis le début et fréquentant le lieu réguliÚrement.

Jeudi 9 juillet, un habitant a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© devant la Maison du Peuple par les forces de l’ordre pour un motif alors trĂšs flou, et contraint de les suivre au commissariat.
Le lendemain, nous apprenions que notre ami, de nationalité étrangÚre et non européenne, était transféré illico au Centre de Rétention Administrative de Rennes.
Nous prĂ©cisons que cette personne vit Ă  Saint-Nazaire depuis plusieurs annĂ©es, comprend et s’exprime en français et est insĂ©rĂ©e dans plusieurs projets de la vie locale.

À ce stade nous avons peu d’informations, mais nous ne laisserons pas tomber notre ami et sommes dĂ©jĂ  en relation avec son avocate et les rĂ©seaux associatifs luttant avec les personnes exilĂ©es.

Nous nous indignons de cette situation. Nous refusons que la police, la mairie, la CarĂšne se vengent d’une dĂ©cision de justice de ne pas expulser la Maison du Peuple immĂ©diatement, en s’attaquant individuellement Ă  des personnes dĂ©jĂ  en situation de fragilitĂ© sociale.

Nous apportons notre soutien indĂ©fectible Ă  notre ami, ainsi qu’à toutes les personnes Ă©crasĂ©es par le poids d’un monde toujours plus injuste. Nous appelons donc Ă  la libĂ©ration immĂ©diate de notre ami afin qu’il puisse retrouver sa vie Ă  Saint-Nazaire.

[Publié le mercredi 15 juillet 2020 sur Indymedia-Nantes.]


Article publié le 17 Juil 2020 sur Fr.squat.net