Avril 28, 2021
Par Squat.net
388 visites


La Borie est expulsable à partir du 31 mai.

T’en as entendu parler ?

La Borie, c’est ce trop beau lieu queer en pleine campagne cévenole, avec sa rivière et son histoire à rallonge de procès, tentatives de récupération capitalismoecolobobo et moult péripéties de collectifs.

Cette semaine ça y est c’est sur : les recours légaux sont épuisés.

Verdict de l’appel : la cour «ordonne expulsion», «enjoint les personnes assignées à remettre terre et batiments occupés sans droit ni titre, à y enlever tous leurs effets et à les libérer pour le 30 mai, sous peine d’astreinte de 100 euros par jour de retard et par personne présente» doivent rendre «les lieux…» libres le 30 mai, dans 5 semaines.
Un « dédommagement » de 1 000 euros doit être versé à la commune de saint-Jean-du-Gard.
Sinon, «assistance le la force publique».

Premières réactions: choqué, triste, colère, blasé, fou rire nerveux, jet de cailloux dans la rivière, jeter nos têtes dans l’eau glacée, des petites discut-émotions, des larmes, de la deter pour organiser le futur…
Être destabilisé.e.s parce que c’est notre maison, et où est-ce qu’on va aller ?

Puis rebrancher la colère quand tu réalises que c’est une entreprise privée qui va s’installer ici.
Ce nouveau projet phare pour La Borie, c’est une vente à Néomérys, une entreprise qui veut produire du bio carburant en mélangeant des algues génétiquement modifiées nourries par de la sève d’arbre.

Alors tu regarde les arbres, les oiseaux qui construisent leur nid, la rivière, le regard des copaines et puis t’as les nerfs, les boules, le seum.

Un point commun : dégoût, injustice.

Néomérys, et encore le capitalisme et l’exploitation qui gagnent du territoire.
Un projet capitaliste greenwashé , bien dans ses pompes, rentré en bourse, qui prétend remplacer le pétrole par des biocarburants blablabla, et qui ne s’emmerde pas de savoir que ce lieu est occupé, habité depuis 30 ans et qui va encore détruire une terre qui n’a rien demandé.
Des raclures de bidet qui vont se faire des thunes sur ce lieu libre et gratuit.
Si tu veux voir quelle merde c’est, voici leur site:
https://www.neomerys.fr/

Et puis
merde quoi ici c’est squatté depuis 30 ans maintenant !
Et puis
mal de ventre de penser à nos cabanes détruites, les maisons murées
Et puis
le cerveau qui dit non quand il pense à tous ces collectifs, ces gens de passage, les énergies qui ont traversé ici à qui on fermera le portail
Et plus assez de doigts pour compter les lieux expulsés ces derniers mois ; tous ces endroits qui réunissent les copaines, où tu peux venir sans demander l’autorisation à personne: détruits, volés, vendus, achetés.
Partout autour il faut payer, demander l’autorisation, avoir de l’argent, des papiers, cohabiter avec des non-humaines qui se font exploiter, se faire marcher dessus par des virilos, être montré.e du doigt, exclu.e et incompris.e si t’es neuro-atypique, être la personne seule et solitaire dans un groupe de cis-het, être entouré.e de béton dedans et dehors.

C’est pas acceptable.

On n’a pas envie de lâcher La Borie.

Pour le moment on aurait besoin urgemment de retours d’expériences de la part de personnes qui auraient été assigné.es en justice pour un lieu expulsable et qui auraient écopé d’astreintes, ou de gens calées en droit, parce qu’on sait pas trop quelles stratégies adopter.

On cherche aussi des maisons pour certaines chattes qui vont avoir besoin de lieu pour habiter plus sereinement.

Y a plus d’infos sur le blog:
laborie.noblogs.org

Et tu peux nous écrire aussi ici : [email protected]@@riseup.net

Venez nous voir ! On a encore envie d’accueillir, que le mois de Mai soit beau !

On vous tient au courant sur les réseaux, pour la suite.

A bientôt,

Les queers de la rivière.

[Publié le 24 avril 2021 sur le blog de La Borie.]




Source: Fr.squat.net