Le personnage principal du film à succès Squid Game est un ouvrier automobile syndiqué licencié dont l’histoire est basée sur une lutte réelle : la grève de SsangYong Motors en 2009, qui s’est terminée par une violente défaite lorsque des centaines de policiers déchaînés ont fait irruption dans l’usine et ont brutalement battu les grévistes.

Alerte spoilers : cet article contient des spoilers majeurs pour la série à succès, notamment les derniers épisodes.

La fascinante série télévisée de Netflix Squid Game – qui se déroule dans la Corée du Sud moderne – est en passe de devenir la série la plus regardée de l’histoire de Netflix. Un mois seulement après son lancement, elle devrait bientôt atteindre les 100 millions de visionnages dans le monde.

La série met en scène un violent jeu de survie dans lequel des concurrent·es désespéré·es et appauvri·es s’affrontent jusqu’à la mort pour remporter une énorme poche de verre remplie de 46,5 milliards de wons (près de 40 millions de dollars). Bien que les téléspectateur·trices occasionnel·les peuvent rapidement saisir la préoccupation de la série concernant l’inégalité entre les riches et les pauvres, une grande partie de son public mondial risque de ne pas voir la façon dont Squid Game commente l’histoire syndicale de la Corée et le rôle de la solidarité des travailleurs dans la défense de l’humanité des opprimés.

Les horreurs du capitalisme

La critique que fait Squid Game des inégalités sociales et économiques croissantes en Corée est présentée avec force dans le deuxième épisode (intitulé sans détour “Hell” [Enfer]), qui met en scène le terrible quotidien de ses protagonistes appauvris. Toutes les personnes qui se joignent aux mortel·les Squid Games sont pauvres et aliénées, y compris le personnage principal, Seong Gi-hun, ouvrier automobile syndiqué licencié (joué par Lee Jung-jae), ainsi qu’un agent de change raté, un transfuge nord-coréen, un petit gangster, un vieil homme solitaire et un ouvrier d’usine pakistanais migrant.

Bien que l’économie coréenne soit devenue la dixième plus riche du monde, ces Coréens en difficulté sont le reflet du fossé socio-économique qui se creuse dans une société où l’endettement personnel a atteint cette année le chiffre vertigineux de 104 % du produit intérieur brut national, soit 35 % de plus qu’en 2007.

D’un autre côté, la décadence et la vénalité des super-riches sont présentées avec force dans les derniers épisodes de la série, où des joueurs méga-riches somptueusement costumés parient sur la vie et la mort des pauvres tout en se prélassant, leurs pieds posés sur des serviteurs humains nus.

Grève brutalement réprimée

L’un des clins d’œil les plus subtils au mouvement ouvrier coréen apparaît dans l’épisode 5 (“A Fair World”), dans une scène énigmatique où le protagoniste principal voit ses concurrents s’affronter dans une mêlée générale violente. Cet événement traumatisant le plonge dans une transe, car il se souvient de scènes similaires de violence mortelle dans sa vie d’ouvrier automobile.

Le spectateur lambda ne sait probablement pas que ces visions de transe dépeignent un événement réel de l’histoire de la Corée, à savoir la grève de SsangYong Motors en 2009. Cette lutte s’est soldée par une défaite violente lorsque des centaines de policiers déchaînés ont fait irruption dans l’usine et ont brutalement battu les grévistes.

En tant que gréviste de SsangYong, Seong a vu son collègue être battu à mort par la police. Ces événements l’ont conduit à perdre son emploi , à divorcer et à perdre la garde de sa fille.

Squid Game imagine comment des événements aussi brutaux peuvent amener des travailleurs désespérés à parier leur vie sur une chance de rédemption économique. Cette vision fantaisiste des luttes misérables pour le suicide des travailleurs est, en fait, ancrée dans la réalité.

Une vague de suicides

La grève réelle de 77 jours de SsangYong a eu lieu lorsque l’entreprise a licencié de manière inattendue 43 % de l’ensemble de ses effectifs (2 646 travailleurs) afin de faciliter le transfert de ses actifs à des investisseurs internationaux dans un souci de rentabilité. L’entreprise a été rachetée par une société chinoise, Shanghai Motors, puis rachetée à nouveau par une société indienne, Mahindra & Mahindra.

Après que la grève a été violemment réprimée, les grévistes ont été mis à l’index dans d’autres grandes entreprises coréennes. En outre, la société SsangYong et la police locale ont eu recours aux tribunaux civils pour les poursuivre en justice pour avoir porté atteinte à l’entreprise. Les membres du syndicat ont été condamnés à payer de lourdes amendes pour “dommages économiques” d’environ 9 millions de dollars – une somme que ces travailleurs n’avaient pas et ne verraient jamais de leur vie. Qui plus est, les intérêts différés sur ces amendes devaient augmenter de 620 000 wons par jour, dépassant bientôt une fois et demie le principal dû.

Pour payer ces amendes astronomiques pour leur activité syndicale, les salaires et les biens des travailleurs (y compris même leur maison) ont parfois été saisis par les tribunaux. Ils ont été remis à la SsangYong Motor Company ou à la police en vertu des lois coréennes sévères de compensation des “dommages économiques” antisyndicaux.

Treize travailleur·euses de SsangYong et des membres de leur famille se sont suicidé·es à la suite de cette oppression antisyndicale entre 2009 et 2011. La dernière déclaration d’un travailleur était la suivante : “Mon salaire a été considérablement réduit, et il est pénible de nourrir mes enfants avec des ramen (nouilles instantanées) parce que je ne peux pas me permettre d’acheter du riz.” Un autre travailleur a dit à sa femme : “Je ne te laisse des dettes qu’au dernier moment. Je suis vraiment désolé.” Entre 2009 et 2018, 30 autres travailleurs de SsangYong se sont suicidés pour des raisons similaires.

La solidarité prévaut

Mais la série présente également des possibilités de rédemption par la solidarité entre les pauvres. De nombreux concurrent·es de la série Squid Game ne cherchent qu’à se sauver eux-elles-mêmes (comme le gangster cupide et l’agent de change amoral) ; d’autres se tournent vers la prière, qui ne les sauve pas. Mais à la fin, les personnages qui se montrent solidaires de la souffrance des autres et qui se sacrifient pour les sauver sont les seuls à transcender dignement l’horrible jeu ; l’un d’entre eux survit même.

Tout au long de Squid Game, le syndicaliste Gi-hun fait preuve de compassion envers les autres participantelles·es, sacrifiant ses propres chances de survie pour se tenir aux côtés de concurrents comme un vieil homme malade et une jeune femme mortellement blessée. Sa forte compassion morale est motivée par ce que le dernier épisode présente comme sa “confiance en l’humanité”, un sentiment de solidarité qui est à la base même de ce que signifie croire au syndicat et à ce qu’il peut accomplir.

Le héros de Squid Game, le syndicaliste licencié, représente le triomphe de l’humanité et de la solidarité, même face à la brutalité du capitalisme. Les individus peuvent être éparpillés, fragiles et prêts à tout pour leur propre survie, mais les êtres humains sont néanmoins liés par la responsabilité morale de prendre soin les uns des autres. Ce principe qui anime le mouvement ouvrier est dépeint de manière artistique dans l’imaginaire vivant de Squid Game. À la fin, Gi-hun, qui se bat, est brisé mais toujours debout – un syndicaliste honnête.

Minsun Ji – 13 octobre 2021

Minsun Ji est la fondatrice d’une coopérative de conseil en éducation populaire, Labor Coop Connections. Elle a été organisatrice syndicale, fondatrice d’un centre de travailleurs (El Centro Humanitario) à Denver et directrice d’un programme d’études supérieures, le Center for New Directions in Politics and Public Policy, à l’université du Colorado à Denver.

Traduction Patrick Le Tréhondat




Source: Laboursolidarity.org