S’il n’y a, à ce jour, aucun cas symptomatique de Covid19 dans ce squat de 380 jeunes hommes, la promiscuité́ et la précarité́ rendent quasi impossible le respect de certaines consignes sanitaires, faisant redouter un cluster potentiel à la Croix Rousse.

Chez ces demandeurs d’asile ou mineurs en cours de reconnaissance, qui devraient être logés et protégés, les seules préconisations à la limitation de l’épidémie sont venues du collectif de soutiens et d’habitants du squat (AG extraordinaire pour expliquer les mesures barrières, diffusion des recommandations en plusieurs langues, rôle du confinement, responsabilisation de « référents santé » chargés d’alerter en cas de symptômes, surveillance des cas éventuels, stratégie en cas de maladies, organisation des contacts avec l’extérieur).

Les habitants font preuve d’un très grand civisme, de beaucoup de calme
et de sens des responsabilités dans la lutte contre la diffusion de
l’épidémie.

En cas d’épidémie au sein du squat, malgré nos demandes et propositions pour lutter contre la surpopulation (chambres de 25 personnes !), il n’y a aucune proposition adaptée pour l’instant.

Pourtant, d’autres villes ou régions s’organisent, des locaux sont vides partout (hôtels, gymnases, …).

Nous demandons donc en extrême urgence :

  • Un plan sanitaire en cas de diffusion de l’épidémie, qui soit autre chose que du bricolage par nous-même, avec un lieu pour isoler les malades n’ayant pas besoin d’hospitalisation.
  • La réquisition de bâtiments vides pour diminuer la promiscuité actuelle source de propagation de l’épidémie.
  • La poursuite du diagnostic social (interrompu par le confinement) par entretien vidéo. Si 200 jeunes ont passé́ des entretiens, un grand nombre, dont des mineurs, n’ont pu le faire : c’est une rupture du principe d ’égalité.
  • Des propositions de logement dignes pour tous les ayants droits identifiés par ce diagnostic.

La solidarité envers ces jeunes migrants, qui n’avait jamais failli, se renforce encore depuis la crise. Le collectif remercie chaleureusement tous les généreux auteurs des gestes récents en faveur des squats : livraisons de nourriture par les restaurants, dons financiers, …

Mais cette solidarité ne saurait exonérer les institutions de leur devoir d’agir.

JPEG - 577.9 ko

Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse – Collège sans frontières Maurice Scève.


Article publié le 26 Mar 2020 sur Rebellyon.info