Soutien des naturalistes en luttes aux 5 inculpés du 22 janvier

Les Naturalistes en Lutte sont affectés par les arrestations récentes de personnes résidant sur la ZAD de Notre-Dame des Landes. La plupart d’entre-elles habitent la ZAD depuis plusieurs années et se sont lancées en 2018 dans le processus de l’installation paysanne sur ce lieu. Elles font donc partie de cette équipe précieuse qui s’est engagée dans l’aventure collective inédite de cultiver la terre tout en prenant soin de ce « réservoir majeur de biodiversité » sauvé du béton mais pas encore de l’agriculture productiviste. Ainsi, mercredi dernier, nous avions rendez-vous avec deux éleveurs pour travailler ensemble les pratiques favorables à la conservation des éléments naturels qui font la valeur de ce site. Un de ces deux éleveurs était hélas, au jour du rendez-vous, en détention provisoire.

Les avocats de ces personnes nous indiquent qu’une telle détention est très peu fréquente dans des cas semblables, éloignant les personnes de leur famille et de leur lieu de travail. Nous nous questionnons aussi sur le dispositif policier démesuré mis en place pour les arrestations. Ces événements et leur mise en scène sont bien évidemment utilisés par ceux qui n’ont pas défendu les terres agricoles et naturelles et qui, sans pudeur aujourd’hui, réclament leur usage exclusif dans le cadre d’agrandissements opportunistes. Cela peut aussi faire peur et affaiblir les soutiens de ce mouvement qui continue de prendre en main l’avenir du bocage préservé.

Fort heureusement, la zone reste riche d’un grand nombre de personnes, toujours pleines d’énergie et
de motivation pour notre projet commun, toujours pleines de curiosité envers la nature et conscientes de ce qu’elle a de précieux. Cette vie associant la solidarité, le soin du vivant, des réponses au changement climatique, le tout bien loin d’une « mise sous cloche » doit continuer. C’est pourquoi nous, Naturalistes en Lutte, toujours engagés dans la pérennisation de ce projet, sommes solidaires des personnes arrêtées.
Nous invitons donc, toutes les personnes qui nous ont soutenus contre le projet d’aéroport, à manifester leur soutien à nouveau, pour que la victoire obtenue collectivement ne soit pas vidée de son sens : la protection du bocage comme zone environnementale habitée. e.

Les naturalistes en lutte, vendredi 8 février 2019