Le gouvernement d’IvĂĄn Duque a soumis au Parlement colombien un projet de rĂ©forme fiscale qui vise Ă  rĂ©colter 26 000 milliards de pesos par l’augmentation de la taxe sur la valeur ajoutĂ©e (TVA) sur les aliments de base, l’augmentation du taux d’imposition sur les salaires des travailleurs et travailleuses, parmi d’autres mesures qui feront payer aux pauvres du pays le prix d’une crise Ă©conomique crĂ©Ă©e qui est celle des capitalistes, tandis que le chĂŽmage augmente, comme les indices de la misĂšre et le nombre d’assassinats de combattants sociaux, tout ceci dans un contexte d’augmentation flagrante de la corruption.

Face Ă  ces mesures, les centrales ouvriĂšres ont appelĂ© Ă  une journĂ©e nationale de protestation, le 28 avril, qui a montrĂ© par ses grandes mobilisations l’indignation contre le gouvernement, s’est propagĂ©e et transformĂ©e en une lutte reconductible. A Cali, oĂč la protestation Ă©tait la plus forte, le gouvernement et le maire ont donnĂ© l’ordre de rĂ©primer la protestation sociale, aprĂšs un tweet de l’ancien prĂ©sident Uribe dans lequel il appelait au “droit des policiers et des soldats Ă  utiliser leurs armes”.

Environ 35 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es Ă  Cali, IbaguĂ© et BogotĂĄ, plus de 400 personnes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©es, plus de 150 personnes ont Ă©tĂ© blessĂ©es. par les balles des agents de sĂ©curitĂ© de l’Etat et 6 jeunes ont perdu un de leurs yeux, triste rĂ©plique des pratiques gĂ©nocidaires du Chili. Ils ont Ă©galement donnĂ© l’ordre de militariser les grands centres urbains, pour tenter d’imposer leurs politiques antipopulaires. dans le sang et le feu.

Depuis l’arrivĂ©e au pouvoir du gouvernement Duque il y a trois ans, plus de 1 000 combattants sociaux ont Ă©tĂ© assassinĂ©s : des dĂ©fenseurs des droits de l’homme, des guĂ©rilleros dĂ©mobilisĂ©s des FARC, des demandeurs de terres et des dirigeants syndicaux. Tout ce massacre a lieu alors que les organes d’enquĂȘte de l’État, tels que le bureau du procureur gĂ©nĂ©ral, continuent de mener des enquĂȘtes exhaustives qui en restent… Ă  une impunitĂ© la plus flagrante.

Le RĂ©seau syndical international de solidaritĂ© et de luttes dĂ©nonce la brutalitĂ© de la rĂ©pression en Colombie, les attaques du gouvernement d’IvĂĄn Duque et du Parlement Ă  travers la rĂ©forme fiscale. Nous adressons toute notre solidaritĂ© internationaliste aux combattant∙es sociaux, aux jeunes et aux travailleurs et travailleuses qui sont dans les rues pour dĂ©fendre leurs droits.

Dehors le gouvernement criminel de Duque !

Non Ă  la rĂ©pression !

A bas la rĂ©forme fiscale !

Ville la lutte des travailleurs et travailleuses dans le monde !




Source: Laboursolidarity.org