Octobre 3, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
200 visites


Depuis 16 jours, les salarié.e.s de chez Bergams (groupe agroalimentaire NORAC) sont en grève. Bergams est une entreprise de 300 salarié.e.s, une majorité de femmes, qui produisent des sandwichs ou salades pour des grands groupes comme air France ou Relai. Elle est située à Grigny en Essonne (grande couronne de Paris), la ville la plus pauvre de France.

Le taux de gréviste est proche de 95 % et un piquet est tenu nuit et jour devant l’usine. Cette grève est animée par les salarié.e.s et leurs représentant.es syndicaux au CSE de SUD Industrie, la CGT, FO et la CFTC, avec le soutien de leurs unions locales et départementales comme Solidaires 91. Des caisses de grèves ont notamment été ouvertes en ligne : www.cotizup.com/pourlescamarades

Si ces salarié.e.s se mettent en grève, c’est à cause de l’augmentation de leur temps travail (de 35h à 37,5h), des horaires modulés et variables sur la journée, une baisse énorme de rémunération (jusqu’à 300 euros par mois), une dégradation de leurs conditions de travail et de leur vie personnelle. Toutes ces mesures avaient été mises en place par un accord de performance collective pendant la baisse d’activité due au COVID mais ont été pérennisées.

Trop c’est trop !

Comme sur d’autres luttes, les patrons mettent la pression en poursuivant les grévistes en justice pour « blocage ». L’audience s’est tenue vendredi 24 au tribunal d’Evry, et un gros rassemblement de soutien a eu lieu.

A la sortie de l’audience, le juge a ordonné une médiation, le blocage n’est pas levé et les grévistes ont rejoint leur piquet dans une ambiance festive et combative ! Depuis, les camarades continuent de tenir, organisent des repas et s’organisent pour continuer leur lutte et gagner.

L’Union syndicale Solidaires et ses structures, réunies en congrès, apportent tout leur soutien aux salarié.e.s de Bergams et saluent leur courage et leur détermination. La mobilisation doit s’amplifier et nous encourageons les structures à alimenter la caisse de soutien, relayer et populariser cette lutte et apporter tout soutien concret possible.

Seule la lutte paie !


Article publié le 3 octobre 2021




Source: Solidaires.org