Avril 30, 2022
Par CRIC Grenoble
248 visites

MP3 - 1.3 Mo

Soutien aux 4 de grenoble suite aux plaintes de l’UNI
Suite Ă  l’arrestation de 4 jeunes, rassemblement de soutien pour exiger la libĂ©ration de nos camarades, perquisitionnĂ©s et mis en garde Ă  vue suite Ă  des plaintes de l’UNI.

C’est donc un message clair qu’envoie Macron pour inaugurer son nouveau quinquennat : la poursuite de la rĂ©pression des militant.es d’extrĂȘme-gauche et d’antifas, ou plus largement, celle.ux que les mĂ©dias aiment Ă  qualifier “d’islamogauchistes”.

DĂšs lundi 25 avril, vers 6h Ă  Grenoble, 4 jeunes de 16 Ă  23 ans, Ă©tudiant.es et lycĂ©n.nes, ont Ă©tĂ© perquisitionnĂ©.es puis envoyĂ©.es en garde Ă  vue suite Ă  des plaintes de militants de l’UNI (et adhĂ©rents LR), bien connu comme Ă©tant un syndicat Ă©tudiant de droite rĂ©ac. Ces arrestations font suite Ă  une bagarre qui a eu lieu aprĂšs des provocations de l’UNI envers des antifas, il y a une semaine dans le centre de Grenboble. L’affaire a Ă©tĂ© Ă©videmment largement relayĂ©e et montĂ©e en Ă©pingle non seulement par la droite et PĂ©cresse mais aussi par l’extrĂȘme-droite, prouvant encore une fois leur complicitĂ© dĂšs qu’il s’agit de dĂ©fendre des valeurs nationalistes et libĂ©rales.


Il est important de rappeler les mĂ©thodes d’intimidation de plus en plus assumĂ©es de l’UNI Grenoble, qui non seulement a perturbĂ© plusieurs meetings durant la campagne des prĂ©sidentielles, de Ruffin, Artaud ou Poutou mais surtout ne cesse de provoquer des militant.es afin de susciter des rĂ©actions. Leur stratĂ©gie de victimisation et d’instrumentalisation a pour but de dĂ©former la rĂ©alitĂ© pour Ă©mouvoir sur les rĂ©seaux sociaux et de faire le jeu du gouvernement qui cherche Ă  dissoudre tout potentiel groupe antifa et/ou militant.

Plusieurs organisations ont rĂ©agi vite en dĂ©but de semaine en diffusant un communiquĂ©, afin de demander la libĂ©ration des 4 jeunes interpellĂ©.es. Une centaine de personnes est venue en soutien lundi et mardi soir, aux cris de “militer n’est pas un crime”. C’est lors du deuxiĂšme rassemblement qu’iels ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©.es vers 18h aprĂšs une trentaine d’heures de garde Ă  vue, avec une convocation au tribunal le 27 juin et le 7 juillet, poursuivi.es pour “violence en rĂ©union avec ITT de moins de 8 jours”.


Restons mobilisĂ©.es !

Ci dessous le communiquĂ© signĂ© les familles soutenues par une trentaine d’organisations ainsi de nombreuses personnalitĂ©s, dont Taha Bouhafs, Philippe Poutou, Mathilde Larrere, Olivier Besancenot, etc…





Source: Cric-grenoble.info