Octobre 27, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
284 visites


Paris, le 27 octobre 2021

Des travailleurs sans papiers, organisĂ©s dans un collectif de Sans Papiers (CTSPV) ou un syndicat (CGT) ont lancĂ© depuis quelque jours des grĂšves avec occupation de leur entreprise afin d’obtenir leur rĂ©gularisation.

Ce mouvement de grĂšve touche tous les secteurs d’activitĂ© qui fonctionnent par le biais de cascade de sous-traitance et/ou d’intĂ©rim sur l’exploitation de sans papiers, pour le plus grand profit de grands groupes voire de l’Etat : Nettoyage, BĂątiment, logistique, restauration 
.

Les travailleurs sans papiers sont la base de l’édifice et du fonctionnement Ă©conomique de ces secteurs fort consommateurs de main d’Ɠuvre prĂ©carisĂ©e, anonymisĂ©e et exploitĂ©e.

Ce sont elles et eux qui ont Ă©tĂ© les premiers de corvĂ©es qui ont pu ou dĂ» assurer le fonctionnement de l’économie notamment durant la crise Ă©pidĂ©mique.

Elles et ils doivent ĂȘtre reconnus et rĂ©gularisĂ©s !

Au contraire, ils et elles se sont fait rĂ©primer et dĂ©jĂ  deux piquets de grĂšve (RSI Ă  Paris et Proman Ă  Maisons-Alfort) ont Ă©tĂ© Ă©vacuĂ©s par la force alors que c’est une lutte de travailleurs dans une entreprise !

L’union syndicale Solidaires condamne la rĂ©pression de l’Etat Ă  l’égard des grĂ©vistes et soutient leur lutte et leur rĂ©gularisation.

Nous appelons l’ensemble des sans papiers à se regrouper, s’organiser et rejoindre une organisation de lutte (Syndicats et collectifs de sans papiers) et l’ensemble du monde du travail à soutenir la lutte en cours des travailleurs sans papiers.

Documents à télécharger

Article publié le 27 octobre 2021




Source: Solidaires.org