Juillet 28, 2022
Par Paris Luttes
152 visites

Laissez-nous nous présenter. Nous sommes un collectif de personnes migrantes majoritairement des femmes dont certaines sont enceintes, et des enfants dont le plus jeune a 15 jours. Nous sommes sans domicile. Nous avons déjà épuisé toutes les solutions temporaires de logement avec le 115 et d’autres organismes. Le 115 propose des hébergements temporaires, d’un à quelques jours, avant de nous remettre à la rue. Cette solution d’urgence nous oblige à être isolées et nous déplacer dans toute l’Île-de-France.

Depuis plusieurs mois, nos seules solutions étaient de dormir à la rue. Face à cette situation inacceptable, nous avons décidé d’occuper un restaurant vacant depuis au moins 6 ans au 30bis avenue Pasteur à Montreuil pendant un mois. Nous avions aménagé au mieux ce lieu mais il ne pouvait pas être une situation durable car il était en mauvais état et que la Mairie a décidé de nous expulser.

La Préfecture du 93 a été alertée à maintes reprises au sujet de notre relogement mais nous n’avons pas de réponses. Nous sommes soutenues au quotidien par des associations, des collectifs solidaires de Montreuil mais également par des habitants, habitantes de Montreuil.

Aucune proposition de relogement à long terme et collective n’a été faite alors que la Mairie a pris un arrêté pour demander notre expulsion. Afin d’éviter une de nous retrouver à la rue et à tous ses dangers, nous avons quitté ce squat et décidé d’occuper un nouveau lieu dans le bas-Montreuil. Nous voulons vivre dans des meilleures conditions.

Aujourd’hui nous voulons juste le meilleur pour nos enfants et un suivi pour les femmes enceintes. Nous voulons un endroit pour vivre à long terme, pas un endroit temporaire. Nous maintiendrons le lieu propre, et nous tiendrons compte du voisinage. Nous allons organiser des activités pour les enfants comme l’apprentissage des langues, des sorties dans des parcs. Nous voulons aussi que ce lieu soit le siège de notre association.

Le mairie prétend nous aider et se battre pour nous mais ils prennent un arrêté pour nous expulser. Donc nous nous battons toutes seules avec nos enfants, pour leur donner une bonne éducation, et une bonne éducation ne peut pas se faire dans la rue. La mairie nous a dit qu’ils ne pouvaient pas trouver 120 places de logement, mais sur son territoire il y a beaucoup de logements vides. Nous sommes là depuis plus de 48h et nous faire sortir de ce bâtiment est illégal. Nous sommes chez nous et nous comptons bien rester.

On espère que la mairie de Montreuil va nous laisser un peu de répit dans ce nouveau lieu. Si elle désire que nous libérions ce lieu, elle devra nous proposer de vraies solutions d’hébergement. Maintenant nous sommes là, mais notre nouvelle maison est toujours menacée par une expulsion car le propriétaire nous a assignées en justice pour l’occupation du bâtiment. Lors d’une première audience le 6 juillet dernier au tribunal d’instance de Montreuil, un report a été obtenu pour le 9 août prochain.

Rendez-vous le 9 août à 9H30 au tribunal de Montreuil (63 rue Franklin) pour soutenir l’occupation lors de la prochaine audience, puis rassemblement devant la mairie à 11h30 !

Les habitant.tes du collectif Pasteur



A propos de l’audience du 6 juillet au tribunal de Montreuil :

Retour d’habitant.tes du collectif Pasteur :

La juge nous a demandé nos papiers d’identité. Il faut les pièces d’identité partout, à l’hôpital, au tribunal…. Les juges nous ont pas adressé la parole, ils nous ont juste demandé nos papiers et ils n’ont parlé qu’avec l’avocate. On entendait pas bien, mais on pouvait comprendre que ça se passait mal. la juge voulait nous juger le même jour ce qui n’est pas normal, c’est comme une sorte d’agression.

Le bâtiment doit être vendu, mais nous on est là parce qu’on n’a pas d’endroit ou aller, on peut nous donner un temps, le temps que chacune trouve un endroit ou aller, certaines personnes on déjà eu des solutions, et nous on attend des solutions. La juge est sensée réfléchir plus que la propriétaire, mais elle considère que la vente est plus importante que de mettre des gens à la rue.

La mairie ne fait toujours rien, ne dit toujours rien. La seule chose qu’elle a fait jusqu’à maintenant c’est un arrêté d’expulsion. On est allé les voir, ils ont fermé la porte. On a demandé à croiser le maire et on a jamais eu de réponse.

Retour de personnes solidaires présentes à l’audience :

Le 6 juillet avait lieu la première audience du nouveau squat du collectif Pasteur. Un report était demandé dans l’attente d’obtenir l’aide juridictionnelle (AJ). D’ordinaire ces demandes sont systématiquement acceptées, mais cette fois la juge était prête à prendre l’affaire le jour même. Suivant ainsi les arguments du propriétaire qui mettaient en avant l’urgence à expulser les habitantes.

Cette urgence plaidée par les proprios, elle est justifiée par une promesse de vente et un diagnostique datant de 2021 qui présenterait des problèmes de gaz et d’électricité (des locataires occupaient les lieux jusqu’à début 2022, autant dire que le problème était inexistant).

Au fond l’urgence est juste de permettre au propriétaire de faire de la thune sur son bien, le diagnostique n’ayant pas été problématique tant que des locataires payaient un loyer, mais devenant soudainement dangereux quand la vente de son bâtiment est retardée par des squatteurs.

La juge a fini par concéder un report mais semble bien décider à juger à la prochaine audience, et donc à décider à quel moment elle les remettra à la rue.

Soyons nombreux à les soutenir le 9 août !




Source: Paris-luttes.info