À toutes et tous qui nous avez accompagnĂ©s lors des derniers rassemblements rĂ©alisĂ©s en juillet Ă  Paris en soutien aux prisonniers politiques tant mapuche que chiliens, nous vous transmettons ce communiquĂ© afin de compter sur votre prĂ©sence ou/et votre soutien en le diffusant dans vos rĂ©seaux.

Une nouvelle manifestation en appui aux prisonniers politiques au Chili aura lieu Ă  Paris, lundi 24 aoĂ»t 2020, place Salvador Allende, entre 17h30 et 19h30. Il y a un mois, nous nous Ă©tions dĂ©jĂ  rĂ©unis au TrocadĂ©ro. Les raisons en sont les mĂȘmes
 mais plus graves qu’il y a un mois.

En territoire Mapuche, 26 prisonniers politiques demeurent en grĂšve de la faim dans les prisons d’Angol, de Lebu et de Temuco. Certains sont en situation critique et ont dĂ©passĂ© les 100 jours de jeĂ»ne. Des milices d’extrĂȘme-droite armĂ©es ont attaquĂ© dans la nuit du 1er aoĂ»t des communautĂ©s Mapuche qui occupaient pacifiquement les mairies de plusieurs localitĂ©s d’Araucanie, en solidaritĂ© avec leurs prisonniers en grĂšve de la faim. La mĂ©thode rappelle les pogroms nazis. Il y a quelques jours une mĂšre et sa fille, militantes mapuche Ă©cologistes, ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es mortes chez elles (suicide selon le communiquĂ© de la police).

2 500 jeunes mis en examen pour infraction aux lois sĂ©curitaires, au cours des manifestations de la rĂ©volte sociale qui a commencĂ© le 18 octobre dernier, attendent avec angoisse leur jugement Ă  la lumiĂšre des rĂ©centes condamnations prononcĂ©es par la « justice Â» chilienne. Un jeune accusĂ© d’avoir lancĂ© un cocktail Molotov dans la rue, Ă©cope de 3 ans fermes. Quant Ă  ceux qui sont toujours en prison prĂ©ventive (environ 300), ils sont contaminĂ©s par le Covid 19 qui se propage dans les prisons (autant qu’à l’extĂ©rieur, d’ailleurs).

Les prisonniers politiques dits « historiques Â» n’ont toujours pas droit aux bĂ©nĂ©fices pĂ©nitentiaires prĂ©vus par la loi. Et, dans le cas de Mauricio Norambuena « Ramiro Â», la situation est devenue encore plus difficile : maintenu en isolement total (aprĂšs 17 ans avec le mĂȘme rĂ©gime au BrĂ©sil), il est harcelĂ© au quotidien par les gardiens de la prison oĂč il purge une peine de 30 ans. Objectif : le faire craquer et l’empĂȘcher ainsi de bĂ©nĂ©ficier d’une rĂ©vision de ses conditions de rĂ©clusion.

Pour sa part, Piñera en dĂ©signant comme nouveau « premier ministre Â» Victor PĂ©rez (militant pinochetiste de la premiĂšre heure), fait revenir ouvertement l’extrĂȘme droite chilienne aux manettes. Ce dernier, dĂšs sa prise de fonctions, a encouragĂ© les hordes fascistes en territoire Mapuche et nie l’existence de prisonniers politiques dans le pays. Ainsi, le Chili ressemble, chaque jour un peu plus, Ă  une vĂ©ritable dictature, tout en conservant les habits et le masque d’une dĂ©mocratie.

Nous demandons instamment la protection internationale de la vie des prisonniers politiques Mapuche en grÚve de la faim et de toutes et tous les prisonnier-e-s politiques au Chili. Nous exigeons que les mesures de protection accordées aux prisonniers de droit commun, en raison de la pandémie, bénéficient aussi aux prisonniers politiques qui en ont été exclus.

Nous vous invitons à soutenir ces revendications et à participer activement au boycott des produits chiliens tant qu’il y aura des prisonniers politiques au Chili.

Venez nous Ă  la manifestation de lundi 24 aoĂ»t de 17h30 Ă  19h30, place Salvador Allende (M° La Tour Maubourg).

D’autres manifestations se dĂ©rouleront dans plusieurs pays le mĂȘme jour.

20 aoĂ»t 2020

Signataires :

Collectif International de Parrainage des Prisonniers politiques de la RĂ©volte Sociale au Chili, Association Terre et LibertĂ© pour Wallmapu, Collectif Droits Humains au Chili (France), AssemblĂ©e SolidaritĂ© Chili-France, FAL France AmĂ©rique Latine, Nuevo Concepto Latino-France, ComitĂ© de SolidaritĂ© avec les Indiens des AmĂ©riques – CSIA Nitassinan, SecrĂ©tariat International de la CNT, Collectif pour la libertĂ© de Ramiro et tous les Prisonniers politiques chiliens-France.


Article publié le 22 AoĂ»t 2020 sur Paris-luttes.info